Un zeste d’éprouvante épouvante sur un blog déjà bien moribond

201611_clinton-soros_zombie

La famille des prédateurs :
Hillary Clinton et son  » père adoptif  » Georges Soros, fossoyeurs de l’humanité.

À lire ici.

Pour le reste, l’existentielle vie de Michel M. se poursuit tranquillement.

201611_carrefour_guy-moquetCrépusculaire ciel d’automne à Paris XVIIIème ce mardi 22 novembre2016.
Les bâtiments haussmanniens se situent toutefois dans le XVIIème arrondissement.

Michel M. n’a pas laissé tomber les séances de gym avec son senseï Alain C. :

Ni la surveillance de son poids :
20161126_poidsQuant à Elena A., le tranquillisme est lui aussi de mise :

201611_lna_au_restaurant

Au restaurant d’entreprise de Michel M., ce vendredi 25 novembre 2016.

Pour le coup, cette publication se termine mieux qu’elle n’a commencé, mmhm ?

À bientôt (enfin heu…) !

PDF Creator    Envoyer l'article en PDF   

Michelémiennes miettes existentiellistes

Déconne parodiquement stigmatisante

img-20161119-wa0003img-20161119-wa0002Ce vendredi 18 novembre, Michel M. avait invité « sa famille » à diner. Étaient présents ces deux fils, Guillaume et Kévin, le premier étant accompagné de son épouse Aurélie, ainsi qu’Elena A., auteur du cliché ci-dessus (ce qui explique qu’elle n’aie pas pu figurer dessus, HÉ !).
La susdite, prise d’une soudaine envie de déconne, eut l’idée de poser sur la tête de son homme cette kippa banche qu’elle lui avait ramenée de son voyage en Israël. Michel M., fidèle à son profil d’électron libre qui n’est autre qu’un mélange d’athéisme (non militant mais il faut pas trop l’importuner avec ça sinon…) mâtiné de misanthropie ainsi qu’imbibé d’un refus de s’affilier à quelque groupe que ce fusse et comme souligné dans la rubrique « Civilité » du présent blog : « Ne fait partie d’aucune chapelle, confrérie, association, ni d’aucun syndicat, parti, complot etc. : l’expression «Libre penseur» est apparemment adéquate. », Michel M. donc, en cela fidèle à ses principes existentiellistes, en profita pour faire dans la provoc’ fastoche mais toujours aussi rigolote, et dont il réserva la primeur sur sa page Facebook : « Un père montre à ses fils (et brue) l’exemple d’un « œcuménisme » interculturel de bon aloi, en ces temps de grands troubles confessionnels : une saucisse fumée dite « du chasseur » venue de Russie dans une main, une bouteille de Bourgogne venue de France dans l’autre et une kippa venue d’Israël sur la tête, Mich Elm se fait le porte-étendard de trois nations qui sont plus que jamais imbriquées, en se siècle naissant. »

Puis, estimant que sa brune mie lui évoquait fortement une personne issue de la « communauté élue » sur ce cliché, il en ajouta une couche en légendant la double photo ci-dessous :

201611_prets_pour_leur_alya« Dans le cas où ça tournerait mal par-ici en Europe, ces deux-ci pourraient aisément faire leur Alya (https://fr.wikipedia.org/wiki/Alya#L.27alya_la.C3.AFque), n’est-ce pas ?
Moyennant, bien sûr, quelques commissions versées de-ci, de-là ainsi qu’à qui de droit, et comme cela existe dans tout les pays de cette planète. Qu’ils soient gouvernés par un régime démocratique, totalitaire ou une théocratie, et quelle que soit la religion dominante dudit pays, la chair étant faible (http://saintebible.com/matthew/26-41.htm). »

Cerise sur le gâteau (et chers souvenirs à la clef), il ramena la photo ci-dessous du lourd passé (mais sans passif) venu du fonds des SAR et qui les vit, son alter ego de l’époque Marc V. et lui-même, déjà jouer aux colons sionistes en train de bâtir l’une de ces colonies illégales dont les israéliens ont le secret et qui foutent tellement de bordel là-bas depuis des décennies (et merci aux britanniques).

201611_prets_pour_leur_alya2Septembre 2010 – Marc V. et Michel M. sur le chantier de Vincennes, en l’occurrence
dans l’ex appartement de son grand-père défunt qui est devenu le sien, depuis.

Dans cette veine de la stigmatisation du judaïsme, il y eut aussi ce fait de guerre et de gloire, du temps du sarisme flamboyant (mars 2007 – mi 2008), alors que la société discrète Sectis adorem rectum avait fait le plein, c’est à dire qu’était était constituée de 7 membres (6 fondateurs, 1 glomoss) :

les_sar_livre03-30

Ha ! Quelle épique époque tout de même…

_________________________________________________________________________

Post-tempête* de la nuit du 19 – 20 novembre

201611_apres_la_tempeteHier en fin de journée, alors que Mich Elm sortait du métro, il regarda le ciel comme à l’accoutumée. Seulement ce soir-là, c’était franchement beau à voir…

Pour le reste, pas de voyage en vue pour les deux bourlingueurs que sont devenus Elena A. et Michel M., excepté ce petit séjour dans le Sud de la France prévu du vendredi 9 au dimanche 11 décembre, organisé en secret par l’auteur et qui concrétisera le 6ème anniversaire de leur rencontre.

Youpi.

* Enfin bon, en Ile-de-France, dès qu’il y a un peu de vent c’est la panique. Mais pas autant que lorsqu’il y a 1 centimètre de neige dans Paris : là, c’est carrément la désorganisation absolue.

PDF Writer    Envoyer l'article en PDF   

Les veines de ce blog sont taries. Aussi devrait-il disparaitre des radars, lentement mais sûrement. MAIS, en attendant…

Petit séjour letton de quatre journées et trois nuits dans le cadre de l’anniversaire de Ventina O., déjà rencontrée il y a cinq années sur un autre blog michèlémien (mais sarique celui-ci), puis ici-même en août 2013.

À peine atterri à Riga, Elena A. et Michel M. sont pris en main par Valentina O., colonel russe en retraite de la police lettonne, pendant qu’OleGala partent de leur côté avec la fille de Galina.

C’est dans sa dacha de Júrmala, LA station balnéaire lettonne qui se meurt depuis que le pays s’est fait engloutir par cette nauséabonde pieuvre qu’est (devenue ?) l’Union-européenne, plus que jamais supplétive vassale de Washington que s’en est désormais immonde. C’est Valentina elle-même qui a constaté une baisse terrible de fréquentation de ce « Saint-Tropez letton » depuis ces dernières années.

En revanche, à défaut de touristes sur les plages de Júrmala au mois d’octobre (il y a des limites climatiques, tout de même !), Valentina O. a reçu de façon extraordinaire ses deux touristes rien qu’à elle.

01

02Aussi, en attendant que chauffe le sauna, la table se peuple petit à petit pour un après-midi de rêve. Ce sera en effet sauna, douche, manger, sauna, douche, manger durant trois bonnes heures !

03Petit coup d’œil sur le cadre alentour…

04Les thés sont bus, le sauna est nettoyé : il est temps de ranger tous ça et de rentrer sur Riga où les attend Andréï, le fils unique de la colonel, lui-même ancien soldat de l’armée russe dans laquelle il atteignit le grade de capitaine d’un bataillon de chars (une trentaine, dit-il) : les chiennes ne font pas des chats.

05Inévitablement, cette vision d’un tram évoqua les différents voyages faits à l’Est par Michel M. Tous trois le prirent afin de aire cette micro visite de la capitale lettonne, sous la pluie et le frais. Une visite qui se terminera incontournablement par un un pot pris au chaud dans un estaminet du centre de la ville

06

Sur le chemin du retour, les deux enfants uniques qui se sont connus il y a bien longtemps se racontent leur vie respectives de ces cinq dernières années.

Attention : à compter du lendemain, soit samedi 8 octobre, se sont les préparatifs de la soirée qui débutent, avec un saut à l’aéroport de Riga afin de récupérer Arthur, un autre enfant unique et fils d’Elena A. bien connu des lecteurs.

14Valentina O. est une personne importante à Riga : elle s’occupe d’une fondation pour enfants pauvres. En l’honneur de son anniversaire, le gratuit du coin lui a tiré un portrait dithyrambique que celle-ci se fait un plaisir d’offrir à tous.

Et c’est désormais la soirée qui se déroule, avec toute la pompe qu’il se doit pour un aréopage d’une telle qualité : de riches personnes âgées, appartenant à l’intelligentzia du coin.

Voici le film qu’en a réalisé Elena A. (ce dont son homme l’a chaudement remercié, lui qui vient « à peine » de terminer TOUS ceux de leur dernier voyage estivale en Crimée, Russie). Dans ce film, on voit aussi la fin du séjour, mais rien n’empêche toutefois les lecteurs de poursuivre leur lecture après ce visionnage.

15Scène quasi mystique car pyramidale avec une madone (qui aurait troqué sa croix
par quelques menues breloques style-genre « Channel » et toussa).
Sont présents sur ce cliché : Arthur A. (caché par la blanche tignasse d’Oleg A.),
Macha, fille de Julia (elle-même fille de Gala), Elena A. et Julia.

17Une soirée russe à la russe.

07Un Français ivre après une soirée russe.

08 09La dacha de Valentina qui semble beaucoup aimer la couleur verte…

À suivre : lendemain de fête au sauna.

PDF Download    Envoyer l'article en PDF