Après la bête, la belle

Il fallait bien que Michel M. présente à l’univers mondial dans son ensemble tout entier sa chère et tendre brune mie Elena A. puisqu’elle fera partie de toutes ses aventures par-delà les mers, les océans et les terres de Gaïa, avant qu’icelle ne nous bazarde par-dessus bord, nous les humains, comme d’encombrants parasites qui auront fini par les lui briser menu menu à force de la piquer partout (métaphore sans doute bien naïve pour moult esprits rationnels qui se seraient fourvoyés on se demande bien comment dans un blog dénué de toute base scientifique).

C’est donc sans plus de façon que l’auteur (qui en ressent une fierté non feinte) a l’honneur de présenter à l’intersidéral et infini cosmos, Madame Elena A., ci-devant compagne de Michel M. depuis le mois de décembre 2010, exceptionnelle représentante du sexe féminin (si si, ça existe, la preuve car, et ce sera peut-être l’objet d’un billet ultérieur, Michel M. croyait bel et bien en avoir fini avec la gent féminine après trente années vécues en couple, laps de temps nécessaire pour comprendre qu’il n’était vraiment pas fait pour cela (mieux vaut tard que jamais) et, accessoirement, utile à la naissance de deux fils, Guillaume et Kévin, issus de deux femmes différentes) qui a su voir en cet homme un gars digne d’elle (et réciproquement).

Mais trop de texte tuant le lecteur aussi irrémédiablement qu’un rhum-coca michèlémien enivre son bonhomme, voici la personne en question, prise (en photo) dans un restaurant ouzbek sis dans la banlieue moscovite, en juillet dernier.

Le premier qui lui trouve un air vaguement russe gagne le droit de poursuivre une semaine de plus la lecture de ce blog ô combien passionnant.

Ainsi et désormais, les lecteurs et ices savent à qui ils ont affaire dans cette histoire naturelle, qui se déroule au sein d’un « couple* » en tous points remarquable, et qui les mènera, si leur patience ne les a pas (Franck) quittés, au bout d’une aventure humaine hors du commun (si si).

Demain à la fraîche, le taxi vient les cueillir à 7h15 en bas de chez Elena A., afin de les déposer à Orly d’où ils prendront l’avion pour Alicante, ville d’Espagne située sur la Costa Blanca (Côte blanche en non étranger).

Pas de pécé embarqué (à moins que…), ce qui signifie que, sauf matériel présent sur place, ce blog va à nouveau tomber en léthargie jusqu’au lundi 20, courant de journée.

A suivre.

* Dorénavant le couple selon Michel M., c’est la semaine chacun chez soi et la fin de semaine unis, cela pour le meilleur, et rien que pour le meilleur, bien entendu. Youpie.

PDF24    Envoyer l'article en PDF