Autodérision bis (bien qu’Adrien G-M. ne sache pas que Michel M. le met ainsi en vedette sur son blog) et vénération

Les lectrices et teurs avaient quitté l’ami AGM alors qu’il semblait sur le point d’abdiquer, pauvre vieil hère sans parole, attablé pour un café sur un méchant fond orange. Hé bien le revoici, mais cette fois en sommeil avancé dans le bureau de l’auteur :

Victime de narcolepsie, Adrien G_M. n’a pas/plus de téléphone mobile du fait qu’il se les est tous faits tirer par de bien peu amènes individus voyant là un moyen facile et sans aucun danger de récupérer l’objet en question  : dépouiller un vioc ne fait partie des limites à ne pas franchir chez ces gens-là, pardi.

Toujours est-il que ce brave homme se trimballe en permanence avec une valise remplie de papiers : l’autre jour, voyant qu’icelle trainait par terre et gênait quelque peu le passage, Michel M. voulut la déplacer. Mal lui en pris car la chose n’était pas close, un monceau de papiers en tous genres s’est derechef répandu sur le sol : ne disposant pas d’une fourche dont on se sert pour ranger les bottes de foin, l’auteur dut à mains nues remettre tout ça en vrac (mais le vrac y était déjà avant) et refermer sommairement le bagage roulant du druide citadin. Bien entendu, dès que Michel M. vit son petit vieux se radiner, il l’informa illico de cette mésaventure, car mentir par omission est mentir tout court. Ainsi depuis cet incident, l’auteur voit-il régulièrement Adrien G-M. tenter de faire un tri dans tout ce fatras, mais sans guère de résultat au vu de la corbeille du bureau que son employeur a mis à la disposition de l’auteur qui ne se remplit pas vite (la poubelle, pas l’auteur, et quand bien même fut-elle vidée chaque soir).

Ci-dessous, le fameux (fumeux) logo relatif à la personne d’Edgar F., dont Adrien G-M. est vénérateur puisque président d’une association portant son nom. Cette remarquable oeuvre et composée d’un dessin original (d’après photographie, toutefois, de Gilbert T. : ceux parmi les lectrices et teurs qui ont migrés de ce blog-là à ce blog-ci connaissent bien ce personnage, éminemment haut en anecdotes sur tout un tas de gens, disparus ou non, qui font partie des notables nationaux et dont les trois quarts (au minimum) sont inconnus de l’auteur. Il faut dire que Gilbert T. est d’une érudition rare en ce domaine des choses de l’intimité intimes entre toutes ces personnes que s’en est truculent à écouter, le bonhomme étant en outre doué d’un humour au « second degré » des plus délictueux) et des étoiles du drapeau européen, selon une lumineuse idée d’Adrien G-M. : il va sans dire que la réalisation de ce logo par Michel M. fut unanimement saluée par les deux autres artistes. Le résultat donne ceci :

Indubitablement, Edgar Faure ne ressemble-t-il pas à un guru, ainsi ceint d’étoiles et de ce pâle halo sur fond gris ? Le bonhomme étant douée d’un sacré sens de l’ « humour au second degré » itou (ses aphorismes en témoignent, lien déjà inséré dans le blog, mais vaut plutôt deux fois qu’une tu ne l’auras pas), nul doute qu’il aurait apprécié cet hommage qui confine totalement au ridicule. Une chose sur : toutes les personnes auxquelles Michel M. a demandé de qui il s’agissait ont répondu comme un seul homme :  « Edgar Faure ! ». Bien évidemment, il s’agissait là de personnes d’âge mûr, les moins de cinquante ans ne pouvant pas connaitre ce commis de l’Etat au centrisme aussi chevillé au corps qu’à d’autre l’est l’inouï désir du pouvoir.

A suivre.

PDF24 Tools    Envoyer l'article en PDF