Décrochage

Illustrations : la vie de l’auteur.

Hop, ayè, stop : effaçage de l’indication qu’un blog « existe » au-delà du michèlémisme mariannauté. Normal, bon sang : avec 78% de commentateurs qui commencent leur intervention par un « Acter la faillite de l’idéologie socialiste en tentant de singer la droite… », « La gauche anti-capitaliste respire encore ! » ou ce « Le changement proné par le PS ne peut arriver qu’après la mort mais de quelles idées ? » (orthographe orginelle) Michel M. se rend à l’évidence qu’il n’a pas grand-chose à faire là-bas, tant ces gens balancent leurs (vagues) conceptions politiques comme d’autres draguent dans la rue. Deux coup ils se prennent un râteau, un coup ils emballent, ni plus, ni moins, l’important étant qu’il y en ait au moins un qui fasse mouche : quand ils sont cités, la jouissance est là.

Andalousie – Octobre 2012 – Dans une épicerie de Tarrifa

Bref, l’auteur continuera à commenter là-bas à sa façon, mais la connexion marianne.net avec michel.fr devient invisible. Sans nul doute cela aura-t-il une manifeste incidence quant au taux de fréquentation du suscité site (car il est indubitable que tous les visiteurs de marianne.net s’empressaient de cliquer sur le lien amenant ici), mais il est des limites dûment bornées qu’il est impossible à toute personne humainement cérébrée de franchir, à moins de verser dans un m-as-tu-visme éminemment vulgaire.

Auvers-sur-Oise- Décembre 2012

Ainsi, www.michel.fr va-t-il (re)devenir tellement anonyme : l’auteur n’en (re)trouvera qu’au plus vite ses marques, telles qu’elles furent gravées en leur âme et conscience (si si, véritablement) par ses membres fondateurs lors de la création de la Société discrète Sectis adorem rectum, à jamais fondatrice de ce qu’ils purent devenir par la suite : si l’image est dérisoire, l’être fait son histoire.

Ce blog sera désormais aussi intimiste qu’il n’aurait jamais dû ne pas l’être : constitué de témoignages pour proches d’une vie réalisée, ni plus, ni moinsss.

A suivre.

PDF24    Envoyer l'article en PDF