Succès damnés & scories sariques

2013_01_SAR_vigne

Alors que d’aucuns en leur temps arborèrent une feuille de vigne afin de cacher quelque nudité puissamment masculines (c’était le 1er janvier 2009, car il s’agissait en effet pour les deux Sectis adorem rectum ci-dessus fièrement exposés et membres fondateurs de la société discrète du même nom, de souhaiter une bonne année aux milliards de lectrices et teurs des élucubrations michèlémiennes bloguées d’alors, les feuilles de vignes délicatement apposées sur les indéniables corps athlétiques de Marc V. & Michel M., les M&M’s de l’ABSM (Aventure du Bout de Soi-Même), tournicotaient en permanence sur ce cliché qui s’exposa sur la page d’accueil du blog de la SDSAR durant une bonne semaine)

2013_01_Druide_lys

… C’est avec une fleur de lys pendante façon cache-misère qu’Adrien G-M. se prépare à célébrer la nouvelle cérémonie honorifique qui voit se poursuivre l’élévation immensément décorative autant qu’ésotérique des âmes de Patrick S. et Michel M., l’un et l’autre néanmoins déjà récipiendaires du RAN (Ruban de l’Assemblée Nationale), précédente décoration qu’Adrien G-M. leur a accordée du haut de sa grande bienveillance druidique.

L’Epiphanie 2013 ayant été appelée à la rescousse par le susnommé afin de faire se radiner un peu plus de gens, par la galette frangipanée ainsi annoncée alléchés, ce sont pas moins de six hommes en tout qui se retrouvent là, dans une sorte de vestibule attenant au bureau de l’auteur, afin d’assister à cette Ô combien agéèmiste cérémonie (c’est à dire préparée dans l’absolu approximatif, dans un total brouillon autant que dans l’infini bouillonnement d’un esprit fécond bien qu’un tantinet suranné ainsi qu’indéfectiblement politique) dont le but, le nom et tout le protocole y afférent resteront une fois de plus inconnus aux personnes présentes (AGM lui-même a-t-il seulement un plan dans tout le fatras qui encombrent son ciboulot, palsambleu ?), mais cela sera su en son temps foi du druide du VIIème, dont acte.

2013_01_Epiphanie02

Voici un montage qui rappellera aux plus ardentes et dents souteneuses et neurs michèlémiennes et miens qu’arborer une tasse comme le fait ainsi Patrick S. est bien proche de ce que les Sectis adorem rectum avaient choisi comme signe distinctif à porter afin de prouver leur appartenance à leur société discrète (le Gobelet percé lorsqu’ils se réunissaient pour l’un de leur épique IC (Instants Constitutionnels) lors desquels le monde était plus surement refait que la décoration du DR (Discret Recoin). De là à imaginer que l’AGM, fortement ébranlé par la lecture de certains parmi les 11 tomes publiés des « Actes des SAR » que Michel M. lui avait transmis précédemment, ait pu être influencé (évidemment à l’insu de son rétif esprit, qui sait ?) par elle (la lecture de certains des onze tomes publiés des « Actes des SAR »), il n’y a qu’une remarque que l’auteur écrit sans coup férir et avec moult délectation : le druide n’a-t-il pas récemment dit à son hôte que, lors de la lecture de son exemplaire de  » Michel M., une inexistentielle vie « , livre 1er (non encore publié à cette heure), il a été pris d’une crise de fou rire alors qu’il lisait le compte-rendu fait par l’auteur de l’invasion cellulosique agéèmiste de son bureau, auteur qui s’en trouva pour le coup flatté car, tout de même, parvenir à faire rigoler un gars qui a dû lire l’équivalent de centaines de camions équipés de semi-remorques remplies à ras-bord de bouquins, ce n’est pas donné au premier blogueur venu, HE.

2013_01_Galette-AGM_03

Deux accolades pour une cérémonie : après le RAN* (rouge pour Patrick S., bleu pour Michel M.), c’est à un nouveau hochet qu’Adrien G-M. a proposé aux deux précités. Là aussi, pas de nom de la chose ni d’explication, certes, toujours est-il que Patrick S. a gagné une tasse à café (et sa soucoupe) issue de la vaisselle du restaurant La Coupole alors que l’auteur, quant à lui, obtenait une CUSBAN** de 8 Go (tout de même) : voici enfin un objet utile dont Michel M. fera le meilleur usage possible, indubitablement.

Une chose sûr : Adrien G-M. a (évidemment) bien intégré le cérémonialisme adéquat à toute parodisiaque copie afin de poursuivre son oeuvre hautement loufoque, y compris un sens inné du protocole. Quand bien même a-t-il toujours besoin que d’autres s’occupent du décorum tant il se disperse à la moindre nouvelle fulgurance en son esprit née, Michel M. reconnait volontiers que ce bonhomme relance l’esprit sarique.

ATTENTION : il s’agit toutefois d’une relance sujette à critique, c’est à dire excepté les multiples remarques michèlémiennes déjà formulées au long des précédents billets. Ainsi, malgré ce qui précède et qui mut en son temps Michel M., les élogieux commentaires qu’AGM fit suite à la découverte de ce qu’était l’esprit sarique :  « Jamais en (n) années vécues ici (dans le cadre de mon/son travail), je n’ai rencontré un truc aussi séditieux ». Et même si cela a déjà été écrit sur son blog, Michel M. se repait avec moult plaisir d’une telle « critique ».

Palsambleu de bougre : pourquoi toujours taire ce qui flatte et sans cesse exprimer ce qui blesse ?

Au tour de l’auteur de lui renvoyer la monnaie de sa pièce : jouer le solennelisme est le moindre des « cadeaux » que Michel M. peut faire à AGM. Aussi se montra-t-il, picturalement tout du moins, à la hauteur de l’honneur qui lui fut à l’occasion décerné. Ceint (investi, même), grâce à l’ineffable entregent du maître du protocole Pascal P., de la première CUSBAN mondiale, Michel M. se fait un devoir d’exprimer avec le plus de déférence possible (c’est à dire jusqu’aux limites de l’entendement sarique, et c’est pas rien) l’honneur qui lui est ainsi fait :

2013_01_Galette-AGM_04

Ne dirait-on pas un patenté transmigrationniste de première bourre, voire un ardent gisant lazariste (agéèmisme oblige) avec cette attitude éminemment respectativiste affichée façon transmigration, mmhm ? Aurait-il été si déplacé de truquer ce montage afin de positionner sur Michel M. une auréole façon saint homme (l’archangisme est indissociable du michèlémisme, il ne faudrait pas que la multitude l’oublie), comme cela fut opéré du temps de la  SDSAR…

2013_01_Galette-AGM_05

Michel M., (feu) Francis H. & Zlatan S. au temps du sarisme vibrionnant et, en l’occurrence, après l’un des Instants Constitutionnels (IC, probablement après l’intromission du troisième au sein de la confrérie, véritable erreur puisque, quelques mois plus tard, la société discrète explosa suite aux mauvais coups portés contre elle par ce titiste sur le retour) qui émaillèrent les 6 premiers mois d’existence de la Société Discrète Sectis Adorem Rectum (SDSAR), clichés pris aux alentours du mois de mai 2007

Quoi qu’il en soit, « le druide du VIIème » Adrien G-M. aura amené avec lui un esprit de déconne que Michel M. pensait bel et bien à jamais perdu du fait de la mort de la société ci-dessus nommée : gloire lui en soit rendue.

A suivre, éventuellement.

* RAN : Ruban de l’Assemblée nationale – ** CUSBAN : Clé USB de l’Assemblée Nationale.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF