Londres, jour 3

Syndrome de la narration contrainte, ouane mort taïme : au risque de devenir pénible auprès de celles et ceux qui daignent persévérer dans leurs visites sans cesse réitérées ici (Michel M. commence à établir la liste des plus assidues parmi ses émules à force de remarques faites par icelles, ce dont il retire à chaque fois une fierté certaine, et patati et patata), l’auteur se doit d’écrire à cet instant précis, devant une émission délicieusement nostalgique à souhait (portrait de Jean-Claude Brialy, sur la 5), lui qui ne regarde JAMAIS la téloche dans ces émissions programmées, mais uniquement comme diffuseur de séries US en VOSTFR indûment récupérées (celles qui ne passeront JAMAIS sur les chaines grand-publics car bien trop réalistes, puisque dénuées de ces éclats de rire franchouillards qui ne font pas sens et autre dérisoire façon d’apaiser des téléspectateurs supposés terrorisés par une histoire d’une violence inouïe qui aura vu une sale bonne femme/ou un fameux pourri se faire tuer par un mari jaloux / une fille victime d’inceste enfin bref, histoire qui se termine férocement bien, parce que la télé est faite pour délasser et non pour renvoyer vers leur misère existentielle des millions de gens qui survivent bien plus qu’ils n’ont les moyens de savourer leur courte présence en ce monde) qu’il ne se sent plus trop l’âme à raconter ce troisième jour, dont le programme avait pourtant tellement bien été préparé par Arthur A.

Et c’est rien à côté du 4ème jour qui fut carrément grandiose, grâce à la visite du Camdem Market…

2013_05_Londres_Camden00

… Ainsi que du téléféerique final, bon sang !

2013_05_Londres_Tele01

2013_05_Londres_Tele02

2013_05_Londres_Tele03

Ah ! mais, il y a trop de photos pour ne pas en exposer quelques unes là-dedans.

Enfin bon, voilà où en est Michel M. : à la fois un non désir d’en raconter des masses et son contre corollaire, une envie folle de tout montrer. Ce qui le ramène inexorablement à cette histoire d’exposition photographique à laquelle il lui faudra bien se résoudre une fois pour toute (ce qu’il fit pour l’AVN (l’Aventure Viêt-Namienne de juillet – août 2011), mais sans être toutefois parvenu à faire le tri dans cette colossale somme de témoignages, thésaurisée durant 21 jours par 7 appareils photos non synchronisés, c’est à dire avec chacun une heure différente, véritable cauchemar pour celui qui doit trier tout ça).

Quel boulot mine de rien, pfouuu.

Allez, histoire de prouver qu’on est bien à Londres, voici le Tower-Bridge en personne :

2013-05_J3

Mais et surtout, preuve ultime qu’il s’agissait bien de la capitale britannique où se sont rendus les deux protagonistes :

2013-05_J3-02

Ah mais oui, c’est bel et bien l’ami Big bBen qui s’élève à l’horizon, cliché pris avant l’arrêt au pub Wellington et bien avant le fil conducteur du précédent billet londonien, l’immeuble 30_St_Mary_Axe de forme ovoïde et tout ça.

A suivre certes, mais pendant ce temps-là la vie continue et d’autres activités sont, soit déjà en boite (au sanglier à la broche en famille, ce samedi 25), soit à venir (périple au Mont-Saint-Michel du 7 au 10 juin, organisé par Adrien G-M.) : une seule vie, des millions de voyages à accomplir avant qu’elle ne s’achève, pardi !

YoUpIe !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF