Livre second en ligne : l’aventure michèlémienne s’épaissit de 149 pages

Cent quarante neuf pages d’édification de la multitude, donc cent quarante neuf pages illisibles selon la prose habituelle de Michel M., mais cent quarante neuf pages heureusement illustrées par tout plein de belles photographies de tout plein de gens qui s’aiment et s’animent comme autant de signes de vie bien que figés sur le papier, ce qui ne veut rien dire mais noircit toutefois cinq lignes d’un texte déjà pénible à poursuivre pour l’auteur (et pour ses émules, mais elles en ont l’habitude) qui n’a pas d’autre sujet à évoquer à cet instant qu’icelui. C’est ici que ça se trouve (fichier pdf > à 18 Mo tout de même).

A bientôt, là-dedans.

Hop&zoU

PDF24    Envoyer l'article en PDF