L’aventure continue : 13 heures, ce jour, au cimetière du Père Lachaise.

La ponctuation est très importante dans un texte. Ainsi en est-t-il de ces deux virgules : Michel M. eût pu en effet écrire « : 13 heures ce jour au Père Lachaise » ce qui signifierait alors qu’il passerait aujourd’hui treize heures au cimetière du Père Lachaise, chose tout à fait délirante à moins d’être exposant dans une brocante par exemple, mais les émules michèlémiennes seront d’accord avec l’auteur que la probabilité d’une telle activité à cet endroit soit nulle. Aussi, grâce à la virgule sise entre « heures » et ce « ce jour », le « à » qui indique une heure de rendez-vous est aisément devinable (enfin, pour les plus finaudes parmi les émules précitées, voire les plus littéraires, mais cette précision est superflus puisque évidente, très peu de personnes s’amusant à lire la prose de l’auteur, comme il lui est toujours régulièrement signifié, autres que des habituées à la littérature la plus ardue qui puisse se trouver en France).

Ainsi, les lectrices et teurs devinent-ils qu’il s’agit en fait d’un rendez-vous qui va mettre en relation un guide et ses clients. Mais le temps manque à Michel M. pour creuser plus profondément les tenants et aboutissants de cette affaire. Icelle sera de toute manière photographiée sous toutes ses coutures. Kévin M., Elena A., Sébastien M., collègue de l’auteur, Marc S. (un ponctuel nouveau venu dans la mouvance michèlémienne), le guide (ami de Sébastien M.) et une amie d’icelui.

La visite est promise comme étant très détaillée car le guide en question est un féru de première bourre qui a été approché par la ville de Paris tant sa réputation était grande afin de travailler pour elle. Cela promet quelques anecdotes les plus folles, pardi et Youpie.

A suivre.

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire