Renommée qui croît, Michel M. qui s’y croit ? (illustré par « soir d’orage », thématique de toute première qualité)

2013_08_Avant_l_orage_de_la_nuit

Quand bien même Michel M. n’animerait-il pas ce blog afin de faire du chiffre, de gonfler ses pectoraux cérébraux (car pour les autres, le travail est en cours à coup de deux séances de sport par semaine, façon assouplissement et gymnastique pratiqués à un rythme soutenu, lorsque son harassant travail le lui permet ou bien à moins qu’une invitation à un pot ne vienne subrepticement chambouler cet emploi du temps) ou/et de se la jouer m’as-tu-vu, il est indubitable que de voir chaque mois ainsi croitre le taux moyen de fréquentation de son blog a de quoi améliorer un chouïa son quotidien. D’ailleurs il l’avoue tout de go : chaque matin, après les ablutions laïques du lever, il se connecte en tant qu’administrateur et s’en vient mater le nombre de visites de la veille.

Aussi, quid de ce mois de juillet, après celui de juin qui fut déjà bien plaisant à commenter ?

http://michelm.fr/wp-content/uploads/2013/08/Stats_07_2013.jpg

Hé oui, aussi incroyable que cela puisse paraitre (et certifié sans aucune tricherie de la part de l’auteur faut-il le préciser, lui qui abhorre le mensonge et autre travestissement de la vérité sous prétexte de peur de blesser quand il ne s’agit que de trouille de devoir s’assumer), ce ne sont pas moins de 45,6 émules michèlèmiennes de plus par jour qui sont ainsi venues s’agréger à la foule déjà présente journellement sur michelm.fr.

Avec ce solide 256, 26 visiteurs/jour, l’ascension de l’auteur vers les limbes de la renommées discrètes (aucune publicité n’est en effet faite, seul fonctionne le cliquetis numérique des robots butineurs de la toile d’araignée mondiale (« World Wide Web » en étranger) ainsi que le doigt à doigt des êtres faits d’os, de chair et de sang qui parcourent ces pages noircies par tant d’âneries (mais pas si sans intérêt que cela in fine vu l’affluence)), file décidément bon train. Le corollaire d’une telle progression est que son bénéficiaire pourrait bien courir le risque de sentir monter en lui la crainte de voir se tarir cette a priori irrésistible progression. Seulement mais non : il n’en est pas question. Tout comme il n’est pas question pour lui de se lancer dans une folie graphomanesque augmentée de mille et un liens savants afin de gonfler artificiellement la fréquentation de son blog, certes nenni : Michel M. ne mange pas de ce rassi-ci

2013_08_Avant_l_orage_de_la_nuit2

A ce propos, l’auteur a relevé le nombre de billets qu’il publiait chaque mois depuis la création de ce bouge : il y a plus ou moins une certaine stabilité dans la fréquence de ses publications, soit 11,16 billets/mois, avec un minimum de 5 billets en janvier 2013 et 15 en juin et juillet 2013 (gare à la boursoufflure, nom d’un chien !). Michel M. va s’appliquer à faire un graphique avec ces données de toutes premières qualités, à l’image de ce qu’il faisait du temps de la Société Discrète Sectis Adorem Rectum (SDSAR), comme déjà précédemment exposé.

2013_08_repos-du-guerrier

Ce soir, c’est le retour au bercail elenasque, comme toutes les fins de semaines : malgré la chaleur et sans doutes quelques activités à discrétion (sortir le chien et faire de petites courses en simultanéité : précision non futile tant Michel M. connait l’esprit mal placé qui meut la multitude (et le sien itou, puisqu’il en fait partie pour d’autres), dès qu’il s’agit de lâcher la bride à l’imagination devant les possibilités offertes par la présence sous un même toit d’un homme et une femme, pfff), peut-être aura-t-il le temps de s’y coller…

Quoi qu’il en soit, c’est à suivre, août est bel et bien entamé et la vie continue.

PDF24    Envoyer l'article en PDF