Hier Elche, aujourd’hui relâche

Ne souhaitant en rien crisper leurs hôtes à coup d’un programme épuisant par rapport à leur emploi du temps habituel (lever tranquilliste, midi passif, après-midi sieste et plage en fin de journée – début de soirée), l’auteur et sa brun mie ont proposé bien lourdement à Leonid et Dasha que ce samedi en soit un à leur goût.

En attendant le méga diaporama qui suivra le retour, voici un extra qui montre clairement qu’on ne rigole pas avec le soleil, du côté de la communauté valencienne,

2013_08_Alicante07

2013_08_Alicante08

ni que l’on ne rechigne pas à se nourrir sur la bête heu sur l’arbre, en l’occurrence,

2013_08_Alicante09

que ça ne ressemble pas à un jardin botanique sis du côté de Paris

2013_08_Alicante10

que Léonid J. est irrémédiablement un sale égoïste de ruskoff, car si tous faisaient comme lui, en une seule demi-journée de fréquentation du parc, les arbres seraient aussi vierges d’offrandes fruiteuses que l’impénétrable forêt du même nom, bon sang de touristes étrangers !

2013_08_Alicante11

Un tel cliché se passe de commentaire, n’est-il pas (bien que réalisé par l’auteur grâce à son parfois bien surprenant Niko P7000 avec, toutefois il faut bien le reconnaitre, le concours bien efficace du sujet lui-même, de toute beauté : la ville de Elche est connue pour l’ensemble de ses parcs et plantations de palmiers, parfois même carrément de palmeraies) ?

2013_08_Alicante12

Même sans ses fils, même sans Marc V., Michel M. ne s’évite jamais le coup du pub (ou bien le coup au pub), même si dans le cas présent, ce n’est pas une mousse qu’il s’est enfiléen mais bel et bien deux ron Zacapa, servis à l’espagnol, c’est à dire plus haut que le bord, là où en France on a droit une lichette de 3 infinitésimaux centilitres, minable !

Pour finir, voici un bel exemple de ce que donne la pudibonderie institutionnelle :

2013_08_Alicante13

par devant, l’Espagne est en train de virer cathos durs (regrets éternels du franquisme, le bon vieux temps n’est-ce pas) quand, par derrière du côté trastienda (« back room » en étranger), on invite les machos à ne pas hésiter à sauter la gourgandine à peine rencontrée au pub, pfffllllll.

A suivre car là, c’est piscine (bientôt en photo).

Youpie.

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire