Lessivés par l’escapade guadalestienne, les touristes font relâche le lendemain (interlude)

Un billet façon interlude, histoire de montrer l’auteur au travail, ses hôtes au repos et les fleurs de la piscine aux aguets.

2013_08_Alicante46

La gestion d’un blog aussi important que l’est michelm.fr nécessite beaucoup de temps à lui consacrer, parfois même au risque d’agacer les personnes qui orbitent autour de son propriétaire…

2013_08_Alicante47

Et, en effet, Dasha et Léonid J. (ils ne sont pas mariés, c’est juste que Michel M. ne connait pas le nom de la demoiselle) semblent quelque peu désoeuvrés par cette duradera siesta. Il n’en est évidemment rien, pensez donc ! C’est juste que le contrecoup de la journée bien remplie de la veille se fait sentir. En outre, du fait de l’arrangement initialement conclu entre les russo-espagnols et les français, une journée sur deux est laissée à la discrétion des deux invitants : en bonne intelligence, plus belle sont les vacances.

2013_08_Alicante49

A l’heure à tous les espagnols roupillent ou, tout du moins, disparaissent des rues comme autant de fourmis avant que le séisme ne flanque tout par terre, los francès filent à la piscine qu’ils savent déserte (ou tout comme), pardi ! Alors que Michel M. pique une tête, Elena A. fait son petit tour du plan d’eau…

2013_08_Alicante48

…et en rapporte ces resplendissantes images dignes de figurer dans l’Encyclopédie Universalis, du temps d’avant que l’internet ne lui ai taillé des croupières dans ses parts de marché (parce que le proprio a beau raconter son histoire, entre les marges qu’il se faisait en envoyant des VRP sur les routes du monde entier à refourguer ses tonnes de papiers à des milliers de retraités innocents qui se voyaient contracter des dettes qui couraient dès lors sur plusieurs années, tss tss idiots de vieux, va…).

2013_08_Alicante50

En  toute fin de soirée, les quatre vont faire une balade digestive du méga lotissement dans lequel est sise sa demeure à Léonid J. (qui envisage soit d’acheter une maison d’une apparence beaucoup plus  » nouveaux riches russes  » soit de la louer). Si une émule michèlèmienne possède une villa avec piscine, et de quatre pièces minimum, à vendre du côté de la communauté de Valence aux alentours 500 000 / 450 000 euros, qu’elle n’hésite pas à le faire savoir à l’auteur qui transmettra.

Fin de l’interlude du lundi 19 août 2013 à Gran Alacante : à suivre, la boue un tantinet puante de San Pedro de Pinatar, et ce qui la précéda…

PDF24 Tools    Envoyer l'article en PDF