Y’en a qui meurt de faim, alors mangez tout le pain

Mercredi 16 octobre, c’était la journée du gâchis. Enfin, La Journée décrétée comme étant celle de la sensibilisation à nos comportements aux limites du délictueux, puisque nous empêchant de comprendre cette infinie chance qui est la nôtre, à nous autres habitants d’un hémisphère terrestre (ils sont deux, pas fastoche de savoir auquel l’auteur fait allusion, bon sang !) préservé des aléas climatiques, eux-mêmes générateurs d’aléas sociétaux amenant indéfectiblement aux pires guerres, puisque celles issue de la misère, du dénuement, cette mévie qui ramènent l’être humain à ses seuls instincts dits reptiliens (à boire, à manger et à rendre dans cette théorie, comme d’hab’) des nations aux prises avec la rareté des ingrédients vitaux à la prosperité de leur population, genre flotte et céréales par exemple, deux des composants du pain, aliment soit disant vital (puisque sa disparition avait mené à la révolte, puis l’insurrection et enfin à la pleine révolution le bas peuple de France) et qui a été donc choisi par la cantoche dans laquelle se restaure chaque midi Michel M. Il s’agit d’un restaurant inter entreprise qui géré par une association à but non lucratif (loi de 1901) et que, accessoirement, Sodexo, fabriquant d’une malbouffe de première bourre, aimerait bien prendre à son compte : mais ça lutte dur pour résister à cet ennemi du côté du conseil d’administration de la cantoche, la manière d’un célèbre village gaulois, youpie !

Ainsi, c’est avec cette pyramide de morceaux de pain non consommés que la directrice a cru bon de stigmatiser (Ah, ce mot !) les adhérents de l’association, à la façon d’un : « Quand on pense qu’il y en a qui ne mange pas à leur faim dans le monde, c’est vraiment pas bien ce gâchis, bouhhh ! la bande de vilains! ». Le rapport entre le fait qu’il y ait des millions de personnes qui meurent de faim à l’autre bout du monde et ce pain perdu, dont le coût est intégré dans le prix du repas, ne lui saute pas vraiment aux yeux, à l’auteur…

A suivre ?

PDF24    Envoyer l'article en PDF