Le jeudisme se vit aussi en solo, mais moins bien (quoique…) + drastique gym

Ceci étant, même un filet de boeuf en solo, quand bien même accompagné par Neil Halstead (instigateur en chef de « Black Hearted Brother » (les critiques ne laissent aucune place à la découverte d’un album par des novices, pour cause de cursus de ses trois géniteurs : des limites de la critique ?), et Mojave 3 à lui seul : bon sang, une telle discographie  pulvérise tellement de balbutiements par chez nous…), ça n’a pas la même pêche qu’une rencontre avec un M. B.A.C. + n philo, en compagnie d’un fils cadet (un homme « en chantier » en l’occurrence), ou même qu’une soirée entre fils et père, avec ou sans Bar Belge à la clef…

Noël passé, c’est une récurrente plaie (dans le sens d’un truc à faire parce que ça se fait, pas de blessure profonde que l’auteur aurait gardée suite à on ne sait quel douloureux évènement de son existence passée, que nenni) qui se (re)ferme.

Dans le domaine de son travail, Michel M. se la joue astreinte et tout ça : il assure la continuité du service (si ça ce n’est pas signé, hein…) sans qu’aucune idée de sacrifice ne s’emmêle (enfin, ne s’en mêle : allez, c’était juste pour faire l’érudit, pfflll…) car il y gagne en temps à donner pour…

…La gym’ !!!

Car oui et enfin, voici (ci-dessous) un aperçu de ce que Michel M. endure (cette séquence vidéo ne constituant au demeurant qu’un court extrait de ce qui est professé par M. Alain C. et qui dure au minimum une heure ; de susss, elle date de plus ou moins deux / trois mois, entre temps les amplitudes ce sont accentuées) lors de ses séances de sports au travail.

Hé oui, Michel M. et ses collègues n’attendent pas que les hiérarques découvrent qu’un bon employé n’est pas qu’un employé mort, à la manière du Général Philip S., mais bel et bien un être humain qui s’est dépensé avant de se sustenter, afin de servir au mieux son entreprise après tout ça, parbleu !

Afin d’accentuer le trait, les émules michèlèmiennes doivent savoir que leur idole a demandé à son sensei de travailler en solo le jeudi (en parallèle aux cours des mardi et vendredi, libre à l’auteur de s’y rendre ou non, désormais ). Ainsi (et a priori), à compter de début janvier, Michel M. va-t-il subir un entrainement d’enfer afin de perdre cette ventripotence qui est désormais devenue le combat d’Alain C., depuis qu’Elena A. lui a donné pour objectif de la faire disparaitre. Il faut en effet avoir à l’esprit qu’un aussi grand macho que l’est cet homme qui reçoit une telle feuille de route, de plus imposée par une représentante du sexe féminin aussi puissamment féminine qu’Elena A., c’est comme un ordre venu d’un haut gradé auquel il est interdit de surseoir : Alain C. est un gars sérieux et à principes.

Ainsi peut-on constater que ce que femme veut, face à macho femme a (enfin, femme devrait avoir sous trois mois en l’occurrence, selon la promesse faite par le susdit macho sensei à son élève et, par rebond, à Alena A. : autant dire que l’auteur devrait en baver un tantinet, mais il s’y est préparé).

Voici en tut cas de quoi faire réfléchir les plus vives parmi les émules michèlèmiennes, ou bien simples visiteuses et teurs du blog, tant ce que l’on y rencontre (dans le bog) est à l’image de l’univers : c’est à dire à la fois infiniment anodin et, pourtant, éminemment stimulant.

 Pourvu que ça dure !

BoNjOuR ChEz VoUs, là-dedans !

PDF24    Envoyer l'article en PDF