Michel M. serait-il magnétique, pour que s’en appochent tant de roches granitiques ?

La jolie musique faite par ce titre est un leurre, car s’il y a bien quelque chose qui puisse s’approcher d’un chaos archéologique tels que ces amas ci-dessous, ce sont bien les êtres vivants ainsi que la flore (le distinguo est de mise, car bien que vivantes, les représentantes et représentants de la flore ne peuvent en aucun cas être considérés comme des êtres, à moins de pulvériser les plus extrémistes parmi les  antropomorphistes, ceux d’entre les défenseurs de la cause animale qui pourraient laisser crever le cavalier, qui s’est imprudemment aventuré sur un par-terre d’algues vertes bretonnes au profit de son canasson « qui n’avait rien demandé, lui », bande de fous), et non l’inverse : si ces centaines, voire milliers de tonnes devaient, au passage de Michel M. le randonneur, se mouvoir afin de lui faire un rang d’honneur (facile, certes, mais né lors de la balade : pourquoi s’en priver au moment de narrer icelle ?), ça en ferait de la rumeur, nom d’un micro séisme ! De la rumeur et quelques centaines de jaloux en susss, ce qui ne serait pas bien malin : à trop susciter l’envie on finit par être victime d’occision (à ne pas confondre avec excision) ou en taule sur dénonciation anonyme. Le nombre de personnes qui envient (et lui en veulent de) son quotidien bonheur, à l’auteur, doivent déjà se compter autour des quelques milliards, par-delà la Voie lactée et des confins l’univers : il est inutile d’en ajouter quelques hordes en susss.

Rien de tout cela ici, mais il est vrai qu’après les blocs de granit rose de la Bretagne…

2013_12_Granit_en_stock01

2013_12_Granit_en_stock02

…Ceux de la forêt de Fontainebleau ne font pas moins bonne figure, façon bestiaire figé.

Et c’est à suivre, pour cause de réveillon. Mais ce sera rapide avec les « beaux-parents » : on commencera à plus ou moins dix-huit heures (enfin pour le coup, c’est mal barré vu qu’il est dix-huit heures), et on a finirait à plus ou moins vingt-une heure trente. Retour à Fontenay-aux Roses avant minuit, un tantinet gai, donc en forme pour terminer ce billet saint-sylvestrique (comme gastrique), youpie !

Et à l’année prochaine pour les émules qui ne pourront suivre cette aventure en 2013.

PDF24    Envoyer l'article en PDF