A défaut de jeudisme (les partiels de Kevin M. approchent), c’est de l’imminent huîtrisme qui se radine

Mais tout d’abord, Michel M. tient à réparer un oubli relatif à la narration précédente. En l’occurrence, il s’agit d’un montage photo comme il sait si bien les réaliser et qui font à chaque fois se poiler les moins obtuses parmi les émules michèlèmiennes, les autres ne saisissant pas cette autodérision quasi perpétuelle dont il fait preuve (et qui le rend évidemment parfaitement hors norme dans cet exercice qui consiste à ne parler que de soi afin de se survaloriser, là où n’y a la plupart du temps qu’une petite vie comme celle des autres, de presque tous les autres si l’on met de côté une sorte d’élite dont il serait si difficile, parait-il, de ne pas envier : mais vu que cette élite ne l’est essentiellement que par le fait d’être riche, il est à imaginer que si l’on ôte la partie matérialiste de leur existence, il ne doit pas rester grand chose d’autre qu’un profond ennui (et encore, l’ennui existe sans doute déjà, à force d’obtenir le moindre de ses désirs sans « travail » pour se faire), sans compter la difficulté de s’extraire de ce milieu afin de fréquenter des personnes de classe inférieure (quelle drôle d’idée ceci dit), celles-là mêmes qui ne rêvent que de prendre leur place, puisque l’envie d’avoir ce qu’à l’autre possède est leur moteur. Ah vraiment, que de vils gens sont-ce là, en vérité). Tel est une fois de plus le cas avec ce montage qui devait initialement clore le précédent billet.

2014_01_N-O01

Ce qui frappe dans ces photographies, outre l’humour décalé (l’une des composantes du michèlèmisme), c’est cette splendide forme d’outre qu’a prise la silhouette de l’auteur. Bon sang, s’il n’y prend pas gare, d’ici quelques années on pourra lui greffer un robinet sur le bide au Michel M., afin de récupérer toute cette mousse qui donne l’impression de fermenter là-dedans comme le vin dans son fût !

Alors oui bien entendu, avec la drastique gym son corps change (si si, les « beaux-parents » ont été surpris, lors des fêtes de fin d’année, par ses épaules qui leur ont parues plus large que d’habitude) ; bien sûr, se remuer ainsi devrait aider à ce que cette bouée disparaisse un tantinet et, bien sûr, ses bras vont se muscler un chouïa itou mais pour le bidon, ça, ce sera une autre paire de manches, pardi. Non, la vraie nouveauté, en susss de ces trois séances (si si, cours particulier le jeudi désormais : mardi collectif (trois plus Alain C.), jeudi en solo et vendredi collectif (toujours trois élèves), sur une demande de l’auteur), c’est qu’un déclic semble bel et bien s’être produit en l’homme qui entame un régime (depuis hier soir). Non, pas un truc à la ramasse comme celui qu’a suivi en son temps le président François H. (à ce propos, Michel M. fait dans le filiforme, en comparaison), cette fumisterie de régime D. Un vrai régime avec beaucoup de légumes, plus de pain, plus de fromages (mais du vin quand même un petit peu, hein). Avec sa muse Elena A., ils vont tester leur résistance dans un bel esprit d’entraide, d’émulation.

Seulement attention, il n’est pas question pour l’auteur de tomber dans l’ascétisme pur, que nenni ! Le jeudisme reste d’actualité dès que Kévin M. sera à nouveau disponible, on mis oh, HE. Quoi qu’il en soit, le pari est pris : il sera aisé à toutes et tous de constater l’évolution des choses grâce aux photographies que Michel M. va continuer à afficher là-dedans.

_________________________________________________________________________

L’imminent huîtrisme

Demain à la quasi aube (9h08), les deux transis de faim (ah ah ah) vont filer vers Rennes en TGV, afin de passer les trois prochains jours en Bretagne, du côté de Cancale (puis autre lieu probable pour la seconde nuit). Une bagnole les attend dans la capitale bretonne, puis se sera le Week-End (« fin de semaine » en français) en roue libre jusqu’au dimanche en fin d’après-midi. Moult fruits de mer vont alors être ingurgités par les deux affamés, pas moins de clichés vont être pris, puis ce sera le régal des émules michèlèmiennes sur le blog, après celui des deux touristes.

L’avantage avec les fruits de mer (et notamment les huîtres), c’est qu’ils collent tout à fait avec ce régime qui s’entame. Bien entendu, le beurre salé et le Muscadet seront de mise, faut pas déconner, mais le grand air (promenade (course ?) à la clé) devrait permettre à tout ça de se dérouler dans un très sain esprit (en susss des corps du même qualificatif), toute tournée qu’est leur âme vers le bonheur dans lequel ces deux-là continuent de se rouler d’une façon éhontée, depuis plus de trois années désormais.

Youpie et à suivre, bien sûr !

PDF24    Envoyer l'article en PDF