Insultes à répétition + sensibilité = trauma = parano = truffage michèlémien

2014_03_Feuille_rouge_a_nervures_dorées_sur_un_fond_bigaré

Toutes et tous s’en souviennent, ici, parmi les compatissantes et / ou assidues émules michelèmiennes (les premières n’ayant nonobstant pas à être incontournablement dissociées des secondes), dans quels affres injustisionistes (selon l’auteur, les unes et les autres n’étant en outre aucunement contraintes à le croire quant à la réalité de l’injustice en question, malgré tout ressentie par icelui, suite à son refus des hystéries qui généraient ce qui lui étaient alors reprochées) l’avaient rendu (réduit) les insultes à répétition proférées à son encontre par un sacré gras gars de chez bas du front façon « l’antisionisme pour les nuls ».

Hé bien voici l’explication, à la manière d’un « Chères michèlèmiennes émules, je n’avais rien compris », et rédigé consécutivement à l’approfondie lecture des commentaires de M. boudzi (et quand bien même ne l’eût-il pas souhaité, il devient désormais composante à part entière de l’actuelle mutation de l’auteur vers une inconnue migration), tel un pendant à ce terrible billet « Michel M., cet « infra-argumentatif néo-constipé » qui s’ignorait » et sans lequel rien de ce qui va être désormais écrit n’aurait pu être lu.

Ceci étant, après s’être complu dans la lecture des deux commentaires du sieur boudzi, donc, dont le second correspond au plus long jamais écrit dans ce blog (il fallait tout de même que ce soit le fait de M. Boudzi pour que sa valeur en fut définitivement monolithique), l’auteur s’est évidemment rendu à l’évidence que, lorsqu’il fut victime de ce qu’il ressentit (la certitude en est désormais ancrée : plus le choc est rude, plus enfoncée est l’enclume) être comme une suprême injustice, il en perdit la lucidité qui suppose que l’on sache différencier l’ami qui nous/te veut du bien de l’ambitieux qui ne nous/te vaut rien, palsambleu. En court (ne serait-ce par respect au susnommé boudzi) : l’insulteur reste bel et bien celui qui traita Michel M. de « con, connard d’antisémite » etc., en aucun cas l’auteur de la ô combien sibylline formule « infra-argumentatif néo-constipé », ni plus, ni moinsss.

Aussi et ainsi, style genre et façon soulignement, engraissage et majusculisme, autant de stigmatisants signaux de honte, car truffage michèlèmien à la clef :

jamais M. boudzi ne traita Michel M d’ « Infra-argumentatif néo-constipé », que nenni et la.

Pire : à part l’auteur, jamais personne ne l’a(urait) même pensé (c’est dire l’épaisseur de la parano mise en branle alors !).

Ainsi en est-il d’un réel trauma (et de ses suites), né consécutivement à un néo-nombrilisme négationné pourtant tranquillistement trimbalé depuis belle lurette, et à une agression réelle ci-dessus évoquée.

Et puis ?

Et puis continue l’existentielle vie de Michel M., pardi ! En l’occurrence, signifiée par cette toile (illustration du billet ci-dessus), depuis ce jour, lundi 2 mars 2014, exposée sur l’un des murs de l’appartement de l’auteur, une oeuvre acquise au mois de mai 2013 à « Camdem », un haut lieu de l’extrême perdition de soi (miam miam), mais encadrée qu’aux alentours de la Saint-Valentin (mais et surtout anniversaire de sa redoutable brune mie à l’auteur),

2014_03_Esotérisme_à_la_michèlèmienne2

comme en témoigne ce cliché, qui vaudrait en temps normal la prison à Michel M., si l’Etat français n’était pas obnubilé par la chasse aux antisémites, bon sang !.

Mais rien n’indique toutefois, et jusqu’à cet instant, que l’auteur ne soit pas inscrit sur TOUTES les listes des ennemis publics n° 1 de la France! En conséquence de quoi ce blog devrait-il possiblement ne plus être alimenté sous peu : si tel était le cas durant les prochaines quarante-huit heures, Michel M. invite ses plus ardentes émules à faire lancer, par les autorités adéquates un appel à témoin pour disparition inquiétante (sachant, toutefois, que ces autorités-ci seraient susceptiblement les mêmes qui auraient mis au secret le blogueur, ah ah ah).

Qu’importe, la vérité est ailleurs. Par exemple, dans l’intérieur michèlèmien,

2014_03_Esotérisme_à_la_michèlèmienne3

lieu d’intenses telluriques interrogations.

A suivre.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF