A venir et bientôt… Enfin un jour, parce que pour le moment, Michel M. a bien du mal à s’y mettre

Et pourtant, il y a des choses qui se sont produites et d’autres qui vont se produire, dans la michèlèmienne existentielle vie.

A commencer par la rencontre, ce vendredi 14 mars et dans le désormais fameux restaurant « Le Sac à dos », avec le second mariannaute (après boudzi), c’est à dire avec le séditieux M. Sergio V. (Michel M. laisse le soin aux lectrices et teurs de retrouver ses oeuvres interventionnistes dans les fils de Marianne(net)),

2014_03_Second_Mariannaute

photo non véritablement représentative du gars en question (mais qui ne devrait pas s’en plaindre en l’occurrence), car sa pilosité si particulière, qui lui valut à leurs premiers rapports (épistolaires) une remarque de Michel M. aussi finaude que « voilà une apparence à la bobo » (lorsque M. Sergio V. lui « rappela » cet anecdote, l’auteur ne s’en souvint pas, et il n’en a toujours aucun souvenir à cet instant : le fait qu’il se sentirait bien niais d’avoir pu balancer un truc aussi médiocre expliquant sans doute cela), n’est pas visible sur ce cliché, pris alors que les deux hommes se quittaient, l’un pour rentrer chez lui, l’autre pour aller bosser.

Et c’est maintenant au tour de Michel M. de balancer à ses émules son anecdote à lui.

Sur le chemin du restau vers la bécane, le gars Sergio V. se mit à chercher ses clefs. Une chance, ce chemin-ci était court, sans cela l’angoisse serait montée sans doute jusqu’aux limites du soutenable. Enfin bon, après avoir fouillé dans TOUTES ses poches (environ une centaine, du fait d’une tenue de motard doublée de celle d’un craintif d’avoir froid sur la distance maison – Paris / Paris – maison) et tous deux arrivés devant la moto, c’est Michel M. qui s’avise qu’icelles, les clefs, sont restées accrochées à l’antivol. Si si, et côté trottoir qui plus est : une rue dans laquelle il a un certain nombres d’estaminets, donc fréquentée par un nombre certain de passants dont il suffisait qu’un seul ôta le trousseau et se tira avec la Honda 125CC pour que Sergio V. ait passé une bien mauvaise journée. Seulement voilà, le quartier dans lequel travaille Michel M. est fort bien achalandé. C’est ainsi qu’après avoir déjeuné en fort bonne compagnie (c’est à dire avec Michel M. soi-même-t-il et en personne) dans un endroit non moins plaisant, l’homme à la moto enfourcha sa monture et fila au loin, tel un écureuil qui détale dans un arbre.

Autre activité récente (de ce samedi en l’occurrence), cette promenade loin de la pollution qui finit par rendre l’auteur quasiment nauséeux et les yeux qui piquaient depuis jeudi au matin, en profitant de la gratuité des transports en commun, et qui les vit l’un et l’autre prendre leur bicyclette afin d’aller se mettre à pédaler au vert, près des brebis et autres vaches…

2014_03_Chevreuse01

2014_03_-Chevreuse02

Le festival annuel de la ville (pur hasard que les deux visiteurs tombassent là-dessus)

2014_03_Chevreuse03

Le château de la Madeleine.

2014_03_Chevreuse05

Le canal de l’Yvette (à ne pas confondre avec celui de l’urètre qui, même avec le meilleur endoscope du monde, ne montrera jamais de telles paisibles vues).

2014_03_Chevreuse06

La ferme des bons produits d’antan (t’as qu’à croire, tiens), où les deux campagnards d’un jour ont bien évidemment acheté quelques fromages (en effet délicieux).

2014_03_Chevreuse07

La fondation Coubertin (fermée).

2014_03_Chevreuse07

Les montures dans le RER.

Dès les premières effluves, tous deux se trouvèrent plongés dans leurs souvenirs d’enfance (qu’ils soient d’origines françaises ou d’ex URSS, il s’agissait des même), quand ils passaient quelques jours à la campagne chez des amis et qu’ils étaient environnés par ces lourdes odeurs de feu de bois, de vaches et de brebis paissantes…

Hélas : en ce qui concerne la visite de Montmartre du 2 mars, faite avec guide (le même qui celui qui officia si bien au cimetière du Père Lachaise, Serges L.), il faudra bien de la patience aux émules michèlèmiennes pour en avoir enfin à lire la quintessence.

2014_03_Montmartre00

2014_03_Montmartre000

2014_03_Montmartre01

Qu’importe, les photos sont de bonne qualité, peut-être se suffiront-elles en elles-mêmes, si ça se trouve, pardi !

A bientôt, là-dedans.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF