Deux ou trois choses sur les mardisme et jeudisme michèlèmiens

Du périple M&M Assistance, il reste l’épilogue breton à narrer. Mais comme Michel M. ne dispose pas des photos de l’aventure (car il se trouve, et cela comme chaque fin de semaine, chez sa brune mie Elena A.), il va en profiter pour balancer trois photos et animation prises lors de ces soirées (pas tant libatoires que cela, il ne faut pas toujours croire ce qui est écrit), car un blog inanimé est un blog mort.

2014_04_Mardisme011ère fermeture ce mercredi-là (exceptionnellement un mercredi en effet, et le 2 avril) : le café du Musée. Pierre le serveur de salle (et terrasse) a absolument tenu à avoir ce cliché. Sans doute aime-t-il bien ces trois hommes qui s’en viennent régulièrement prendre des coups sur le trottoir (des barons à sa terrasse, quoi). Mais le fait qu’il connaisse en privé Marc V. explique plus sûrement cela : Michel M. n’a jamais frimé, sauf quand il était adolescent donc crétin, ce qu’il reconnait volontiers (quand les politiciens en sont toujours à nier avoir tiré sur le moindre pétard passé à leur portée quand ils étaient plus jeunes, les truqueurs). Une fois « virés », les trois gars, deux M. et un V., se dirent qu’ils n’allaient pas se quitter ainsi, qu’il faisait bien bon pour un 2 avril et que Paris était une ville tellement délicieuse qu’il fallait bien s’y sustenter une dernière fois ce jour, en passant par le Sac à Dos afin de saluer Thierry S.

La soirée y fut particulièrement plaisante, notamment passée en compagnie de l’une de ces personnes,  » éminence grise  » (enfin, est-ce ainsi ce qu’aiment en déduire ces deux hommes (plus Kévin M.), détachés de ces considérations liées au pouvoir et à l’ambition) qui travaillent plus ou moins au Palais Bourbon et qui viennent là afin de diner en paix. Manque de bol, lorsque les M&M sont présents, la paix est toute relative. Mais leurs interlocuteurs n’y perdent pas au change, tant les échanges sont dénués de faux-semblants et autres mensongères poses.

2014_04_Mardisme02Et c’est ainsi que Kévin M., Marc V. et Michel M. ont vécu leur seconde fermeture de la soirée, avec un Thierry S. particulièrement amical qui salua ses clients par un tonitruant « Salut fiston ! » à l’endroit du fils de l’auteur.

2014_04_Mardisme03

En guise de conclusion, cette animation réalisée à partir de clichés pris par Marc V. sur l’esplanade des Invalides, alors que les trois hommes revenaient une fois de plus, en ce jeudi 18, une soirée particulièrement douce pour la saison (le lendemain était déjà nettement plus frais), du restaurant suscité, et qui est indéfectiblement devenu leur QG.

Mais ces choses-ci ont parfois une durée de vie proportionnellement inverse à leur importance dans l’existence de ceux qui les vivent : qui sait si, bientôt, le Sac à Dos ne deviendra-t-il pas qu’un souvenir de plus dans la déjà longue histoire de ces trois-là (car oui en effet, Kévin M. était devenu « apprenti SAR », avant que la société discrète n’entre en sommeil) ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF