Statistiques, le (grand) retour

2014_05_Thierry_S

Précédemment mis de côté suite au sauvetage des P. par les M&M, comme indiqué en toute fin de ce billet, car l’existentiel rythme de vie auquel Michel M. a réussi à se hisser peut en effet connaitre quelque rupture, de quoi le rendre plus gratifiant encore puisque chacune d’entre elles lui faisant se rendre compte à quel point il est chanceux d’avoir pu, ainsi, creuser un tel sillon qui le mènera à la mort itou, car nul ne peut y échapper, mais en ayant toutefois l’esprit empli du tranquillisme ainsi thésaurisé depuis tant d’années, les affichage et analyses des statistiques restent deux des quelques menues mamelles auprès desquelles vient se sustenter le michèlèmisme, comme la clope à son réveil pour le drogué nicotinique est la condition sine qua nun de son éveil à la vie. Ainsi reviennent donc faire surface en ce blog les célèbres statistiques du Taux Moyen de Fréquentation (TMF) de michelm.fr que le cosmogoniquement universel monde entier dans son ensemble en général lui envie. Et c’est une bonne façon pour l’auteur de reposer un tantinet et son corps et le ciboulot qui l’habite, après cette récente débauche d’évènements tous plus fous les uns que les autres, pardi !

Stats_2014

Les michèlèmiennes émules s’en souviennent encore, lors du dernier billet faisant état de ces statistiques mensuelles, l’auteur avec pointé avec les chiffres de janvier,  l’essoufflement supputé du michèlèmisme qui, a priori, semblait n’être qu’une fausse alerte. Néanmoins, ce creux du mois de janvier 2014 (177,10 visiteurs / mois) a de nouveau été frôlé en mars, mais pour mieux être effacé par ce bien ragaillardissant TMF d’avril qui, avec son 211,33 visites uniques, se révèle être l’un des meilleurs TMF de tous les temps. En l’occurrence, c’est le quatrième plus beau score depuis la création de ce blog chez l’hébergeur OVH : Michel M. a connu pire déroute, assurément.

Et afin de rafraichir la mémoire de toutes et tous, voici le récapitulatif exhaustif des TMF depuis le mois d’août 2012, mois de création effectif de ce blog (et puis ça ajoutera bien quelques pages du tome 5 de « Michel M., une existentielle vie » qui va bientôt atteindre les 160, quasiment bon pour une sortie avant l’été : le rythme d’une publication par semestre sera donc recondui)t.

Statistiques d’août à décembre 2012

Stats_2012

Statistiques de janvier à juin 2013

Stats_2013-1

Statistiques d’août à décembre 2013

Stats_2013-2

Voilà qui mériterait bien des graphiques savamment réalisés comme à l’époque du bon vieux temps, palsambleu !

2012_06_Graphique_TMF1

Du genre d’icelui, réalisé alors que le blog était hébergé par Zeblog, depuis disparu dans les oubliettes du net. Il est aisé de constater qu’en l’espace de quatre mois de présence chez OVH, le TMF avait retrouvé, puis dépassé les maximums jusqu’alors rencontrés : la dynamique du michèlèmisme était nettement asymptotique (à moins que le nouvel hébergeur fasse mieux son boulot, hein, qui sait).

Aussi, et mis à part l’anomalie du mois de septembre 2013, il semble bel et bien qu’il y ait toujours la place pour une marge de progression du nombre de visites, en cette bientôt deuxième année révolue d’existence. Ce n’est pas l’auteur qui va s’en plaindre, quand bien même ces histoires de statistiques ne sont là que pour faire du remplissage, comme Michel M. prend soin de régulièrement le rappeler auprès de ses émules : le michèlèmisme étant avant tout un individualisme respectueux d’autrui, il est hors de question de jouer la course et de ramener sa frime parce que, peut-être bientôt, plusieurs centaines de millions d’individus se radineront régulièrement ici, pardi.

Le personnage sur photo qui chapeaute le billet n’est autre que Thierry S. en personne, ci-dessus patron du restaurant « Le Sac à dos » sis au n° 47 de la rue de Bourgogne, Paris VIIème. Un cliché prit ce mercredi 14 mai : un gars buriné d’une telle façon, c’en est forcément un qui a un lourd passif question existentielle vie, pardi ! Mais bon, comme avec toute chose, il n’est pas impossible que les M&M finissent par se lasser du lieu et/ou du bonhomme. Ou, plus probable encore, qu’un évènement de quelque nature que ce soit vienne mettre fin à ce nouveau « rituel » auquel se prête volontiers les trois hommes (il ne faut pas en effet oublier Kévin M., qui n’est pas le moins assidu des trois à fréquenter le bouge, bon sang !).

Le retard dans les narration se comble, lentement mais sûrement. Ainsi est à suivre, désormais, le racontage de la fin de la balade au Parc du Buttes-Chaumont. Et s’en sera ensuite fini du stock en souffrance d’aventures michèlèmiennes (sous réserve que, d’ici là, de nouvelles anecdotes ne viennent pas remplir sa besace, à l’auteur).

201405_Fin_de_dépression

La dépression qui a largement bien pourri ces dernières journée (du samedi 10 au mardi 13 inclu), s’en va : place à quelques journées pré-estivales, Michel M. n’en doute pas une seconde.

À suivre.

 

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF