La bébête qui monte, qui monte, qui monte, suivi de « Michel M., une existentielle vie », le livre cinquième bientôt disponible en téléchargement

La bébête qui monte, qui monte, qui monte.

Au (pas si) joli mois de mai, le Taux de Moyen de Fréquentation (TMF) du blog a encore réservé une (bonne) surprise à Michel M. (qui ne tient évidemment pas un blog afin de gagner une durablement mondialisée renommée, comme toutes les émules michèlèmiennes le savent depuis belle lurette, tss tsss). En effet, après un net redressement déjà constaté en avril (211,33 visiteurs/jour), ne voilà-t-il pas que ce sont 15,32 personnes/bots qui se sont radinées en susss par jour (moyenne). Alors, s’il ne s’agit pas d’une renommée quant à la quantité des visites du fait de l’aridité du style de l’auteur, il ne fait toutefois aucun doute que ces gens-ci, qui s’ajoutent mois après mois comme strates de limon crue après crue, sont dotée d’un esprit supérieur, tout au moins dans le domaine littéraire. Car pour ce qui est des sciences style genre et façon math-physique-chimie et autre astronomie (dominée ou non), elles sont totalement occultées par Michel M., qui s’en tamponne en profondeur et dans toutes les largeurs d’icelles, du moment qu’il peut lire son pèse-personne le matin, nu et à sec (le constat fait alors est pour le moment laissé de côté, le travail est en cours), qu’il peut compter ses sous au moment de filer son écot aux Euromillions et loto auxquels il participe par le biais de ses collègues de boulot à coup d’environ 4 Euros et demi/semaine, payer leur mousse aux copains et toutes les petites choses de la vie qui ne fonctionnent que grâce à la présence de lois qui sont découvertes et expliquées par les scientifiques, mais dont Michel M. se fiche de connaitre les tenants et aboutissants du moment que ça fonctionne, justement, et « ah ! ah ! ah ! ».

Stats_2014_1à5

Ainsi, le TMF du mois de mai se monte-t-il à 226,65 visites/jour, soit sa cinquième meilleure valeur depuis la création du domaine michelm.fr (soit lors des « Quatre Glorieux », c’est à dire la période qui courra des mois de juillet à octobre 2013 et qui vit atteindre des pics fous au TMF du présent blog. mais il apparaissait nombre de dysfonctionnements façon chaos, comme en témoignent encore aujourd’hui ces ahurissants 1 522 puis 1 722 visites uniques recensées pour les journées des samedis 13 et 19 septembre, un délire). Ce n’est pas Byzance pour d’augustes blogueurs dont les site sont fréquentés par des milliers, voire de centaine de milliers et plus encore quand affinité, mais dans l’esprit de Michel M., le plaisir n’est pas à taire : 226,65 lectrices et teurs au quotidien, voilà qui fait une bonne petites bandes de rigolos, tout de même ! Il ne manquarait plus que l’auteur propose une rencontre de toutes ces personnes et la fête serait totale.

Mais c’est exactement ce que ne fera jamais Michel M., lui qui ne veux rien tant que poursuivre ses élucubrations digressives (ou l’inverse et qu’importe, puisque ça n’a ni queue ni tête, pardi) sans n’avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Or, se lancer ainsi dans l’auto sacrement, dans le narcissisme, pffouuu ! Que ce lui qui n’existe pas soit remercié de ne pas avoir pourvu Michel M. d’un désir d’ambitionnisme, ce qui l’aurait conduit alors à de tels subterfuges afin de prendre sa place au soleil, en écrabouillant inévitablement au passage d’autres aspirants en quête de m’as-tu-visme, comme il se doigt dans le nez (ou ailleurs pour d’aucuns, mais de telles pratiques étant contraires à l’hétérosexuelle puissance michèlèmienne, sans cesse démontrée ici-même, cette digression n’est là que pour noircir quelques lignes en susss).

le TMF reste plus que jamais un marronnier michélémien, à l’instar de, pour moult magazines, le prix de l’immobilier, le classement des hôpitaux ou encore « La personnalité le plus aimée des français » et âneries éculées du même tonneau vermoulu.

Youpi.

« Michel M., une existentielle vie », le livre cinquième bientôt disponible en téléchargement

201406_Couverture_Michelm_t5

Cent quatre-vingt dix-huit pages (le plus gros tome des cinq), qui débute au 4 janvier 2014 avec ce billet-ci et se termine le 31 mai avec ce billet-là. Il lui faut juste écrire le prologue, à Michel M., avant que de diffuser l’œuvre et de laisser semer les graines de la subversion tranquilliste, à cette nouvelle somme existentialistement michèlèmienne dans l‘(in)discrète nature de l’internet.

Youpi bis.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF