Le retour de la belle se profile, le bête s’ébroue

Oui oui oui : voici (enfin ?) quelques photographies du périple de la brune mie de l’auteur en Sion (et si ça fait peur, c’est fait exprès).

Pas de légende : il s’agit d’un brut de fonderie de chez pur expositionnisme, ni plus, ni moinsss. Non pas que Michel M. soit jaloux de la vie qu’Elena A. peut ou prou mener là-bas, certes non. Car de cela, la relation qui les lie les en épargne : matures et confiants, seul le détachement qu’une liberté durement acquise à force d’existentielles turpitudes peut apporter à deux êtres aussi purs leur évite de ressentir un aussi trivial sentiment qu’est la jalousie, cet absolu tue l’amour que d’aucun néanmoins perçoive, les incultes, comme la sublime preuve de leur attachement à l’autre.

Jérusalem et Tel Aviv, donc (en court).

"                               " "                               " "                               " 201406_Elena_A_en_Israel06 201406_Elena_A_en_Israel07 201406_Elena_A_en_Israel08

L’auteur ne regrette en rien sa non-venue en ces territoires, tant l’impression d’omniprésente chaleur lui file la suée. Et cela, malgré aussi bien les ruines et vestiges des temps anciens, que les paroles que sa mie lui fait parvenir par le biais de courriel et autres communications téléphoniques, selon lesquels elle regrette de ne pas l’avoir « emmené » avec elle.

Seulement là où Michel M. est jouasse (sans modestie aucune), c’est que sa chère chérie fait plus allusion à la simplicité de vie de ses hôtes, pas riches russes du tout, débarqués là il y a plus de 20 ans et qui vivent chichement (mais avec tellement d’amour (soupir)), plutôt qu’à l’un de ces « berceaux de l’humanité » qui pullulent au Moyen-Orient (ils sont si nombreux au bout du compte, ces berceaux, ah ! ah!  ah!), et qui forcent à la génuflexion et autre vénératrice çonnerie, de celles qui rendent l’humain esclave plus qu’acteur de son existence (l’auteur reconnait volontiers que sa fixation sur les religions peut lui coûter quelques pertes de lectrices et teurs et qu’à force, sa laïcité deviendrait prosélyte, au point d’en faire elle-même une religion : il va se surveiller, désormais).

À suivre : le (bon) TMF du mois de juin et d’autres aventuresques considérations humaines, y compris la visite, ce jeudi 3 juillet 2014, de la Mer morte par sa chère brune mie chérie, par exemple.

PDF24    Envoyer l'article en PDF