El Señor Teide, 1ère partie

201409_Tenerife_El_Teide04La montée par le téléfé(é)rique donne déjà à voir la caldéra apparue suite à l’effondrement, il y aurait plus ou moins 500 000 milles années, d’un volcan dont la hauteur est estimé à 5 000 mètres (à partir du niveau de l’océan). Du fait d’éruption et / ou de séisme, icelui se serait effondré, d’où cette couronne qui entoure le cratère actuel, pour laisser place au nouveau venu, el Teide donc, qui grimpe tout de même à environ 3 716,5 mètres, ce qui en fait le point culminant de l’Espagne. Avec cette page Wiki, les lectrices et teurs ont désormais toutes les données relative à ce volcan à leur portée : Michel M. n’a plus qu’à exposer les clichés pris là-bas par sa brune mie et lui-même et ce billet contentera tout le monde, pardi !

Et c’est parti.

201409_Tenerife_El_Teide05Le Teide est un volcan non endormi, mais faiblement éruptif : la dernière éruption date de 1909, avec création d’un cratère secondaire dont l’épanchement de lave sera très visible sur les photos ultérieure.

201409_Tenerife_El_Teide06L’impression ressentie est l’oppression (le visage de Michel M. en témoigne : c’est un véritable aventurier qui est photographié là, la mâchoire est bien serrée, probable que ses fesse le soient itou), bien que l’un et l’autre aient la tête dans le ciel : rien ne vit ici. Enfin, rien de visible en tout cas.

Et comme il n’y a rien à becqueter dans le coin, il est peut probable que certains cafards et autres putatifs survivants de l’espèce humaine ne perdent leur temps en ces lieux bien inhospitaliers, palsambleu !

201409_Tenerife_El_Teide07C’est qu’ils se rendent aisément compte que la lave, ça ne rigole pas (enfin si, mais pas dans le sens de la déconne en tout cas). En fusion, elle tue un homme en 6 secondes rien que par sa proximité ; refroidie et acérée comme elle l’est là, elle le tuera aussi facilement si celui-ci s’en vient choir sur elle, bon sang ! Dans la troisième photo en bas à gauche, Michel M. figure au centre : il est bien ridicule* perdu dans ce chaos, n’est-il pas ?

Le chemin que parcourent Elena A. et Michel M., de la station du téléférique à un promontoire panoramique, dure environs dix minutes de marche : l’expérience est édifiante. Avis aux intéressés : il est prévu deux sortent d’excursions dans ce lieu : l’une d’une journée, l’autre d’une demi-journée. C’est la seconde à laquelle s’étaient inscrits ces deux-là, et ils ont bien fait : en effet, que peut-on bien faire pendant quatre à cinq heures dans un tel décor ?

201409_Tenerife_El_Teide09Au septième ciel, l’Elena A. ? Mais non, seulement sur le bien tiède Teide.

Après la visite du sommet (enfin, Elena A. & Michel M. n’avaient pas entrepris les démarches afin de pouvoir s’y rendre : un bien bête oubli en l’occurrence, mais d’autres montagnes éruptives existent un peu partout sur la planète), la guide fit s’arrêter à trois reprises le car. Et les trois fois furent indubitablement utiles (enfin, la troisième était toutefois purement touristique, pour sûr : mais un café et un pipi sont toujours les bienvenus en fin d’excursion, n’est-ce pas ?).

À suivre, pour sûr !

* Outre le fait qu’il le soit quasiment à temps plein dans le blog, ah ! ah ! ah ! (« Lol » en langage du net étranger, ou « MDR » en langage du net français).

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF