Après le blog, après les tomes, bientôt la statuette

Ah ! mais non, que nenni et pardi, les émules michèlèmiennes ne sont pas en train de rêver : bientôt (un certain temps a priori), Elena A & Michel M. disposeront chacun d’une représentation en 3D de leur personne. Et en couleur s’il vous plait ! Mais, l’auteur commence par le commencement (imparable comme intro, ça).

Ce dimanche, dernier beau-chaud jour de l’année (cela étonnerait énormément l’auteur que l’on retrouve une telle température avant le printemps de l’année prochaine, tout du moins sur Paris), et suivant en cela un conseil de son père, la brune mie de Michel M. leur proposa à Michel M. et à elle-même, dans le cadre de leurs dominicales balades cyclistes en la capitale, d’aller faire un tour à l’exposition Autodesk sise au n°10 de la rue de Turenne dans la galerie Nikki Diana Marquardt.

20141019_autodesk3d_00Alors bien sûr, il fallut bien trouver le lieu par le biais du fumeux GPS qui équipe le téléphotophone de la belle brune (accessoirement vêtue de la même robe avec laquelle elle fit trempette dans le Jourdain, en juin dernier) : ce ne fut pas chose facile, mais c’est une chance, de courte durée. Sans quoi le zinzin finissait explosé sur la chaussée, car elle peut être comme cela, l’Elena A. Ce qui est traduit par un définitif  » elle a du caractère «  comme dirait les fins psychologues qui pullulent autour de toutes et de tous, mais qui ne veut rien dire : être chiant, c’est avoir du caractère (mais nan, Elena A. n’est pas chiante, sinon Michel M. se serait barré depuis bel lurette) ; être fermé comme une huître, c’est être timide et se gratter l’anus, c’est avoir des vers, pardi ! Quoique, la dernière proposition a de bonnes chances d’être exacte, en fait…

À propos de ses ennuis de téléphonie mobile, le problème est peut-être tout autre, en fin de compte. Il se pourrait en effet que ce soit Free le fautif (décidément…) et depuis un moment même, du fait d’un médiocre débit en ce qui concerne les données mobiles. Michel M. a lui-même constaté qu’il ne parvenait jamais à se connecter à la cafétéria du boulot, quand Marc V., avec son appareil de la marque à la pomme croquée, fait systématiquement cela en quelques secondes. Sachant son Galaxy S5 de bien meilleure facture que le vieux tromblon de son ex alter ego, c’est forcément un problème relatif au prestataire : d’ici que Free Mobile dégage aussi de l’existentielle vie de l’auteur, hein…

20141019_autodesk3d_01Mais fi de ces digressions, la galerie Nikki Diana Marquardt leur fait face. Et c’est parti pour la visite.

20141019_autodesk3d_03Maquette du futur hôpital de Marne la Vallée, réalisé par la technologie 3D Autodesk.

20141019_autodesk3d_04Des imprimantes 3D, présentes en nombre.

Elle seront très bientôt chez nous n’est-ce pas : bah oui hein, c’est vachement utile un truc pareil !

20141019_autodesk3d_05C’est sûr que lorsque l’on voit ce qu’on peut faire avec, hein, on se rend compte que c’est  indispensable d’en posséder une. À l’instar de ses fours à pain d’il y a quelques années et dont tout le monde devait s’équiper afin de faire chez soi le si bon pain que le boulanger réussissait jusqu’alors parfaitement. Seulement avec le four à pain chez soi, on le faisait soi-même : c’était vachement économique, pour sûr. Ça salopait donc allègrement la cuisine et le four à pain (qu’il fallait laver le plus rapidement possible pour ne pas se coltiner le grattage lors de la fournée suivante) et ça mangerait, tout content, son pain à table, qui n’était toutefois pas meilleur que celui du commerçant… C’est à cela que l’on sait que le progrès rend la vie de l’humain plus chouette, pardi ! Ainsi, voici désormais les imprimantes 3D, qui vont remplir les habitations de leurs heureux propriétaires branchés de choses vachement utiles. Qui finiront très probablement en haut du placard  » Ah bin nan merdalors, y’a déjà le four à pain et le robot multifonction ! « , ou à la poubelle : écologiquement correct, en susss. Ah ! oui, un détail : elles sont monochromes (enfin, celles réservés aux imbéciles qui vont se précipiter dessus sans en avoir l’utilité) : il faudra donc acheter la peinture, puis prendre le temps de les peindre, afin de rendre leurs créations vraiment remarquables, à ces artistes 3D de pacotille.

20141019_autodesk3d_06Cette imprimante-ci, c’est le papier son support de prédilection : elle imprime et coupe. Mais attention, elle est vachement génial pour faire du graphisme style-genre tract (« Flyer » en étranger), car elle imprime sur tout plein de support, c’est écrit . 5 000 balles pour cette merveille, y’a intérêt à ce que les gens se radinent à vos soirées, vu le prix que vont coûter vos invitations…

20141019_autodesk3d_07Enfin, un truc utile ET écolo : pour le coup, c’est impressionnant d’ingénuité (et puis le port USB alimenté par le feu, c’est trop la classe !). Pour info, voici le comparatif (annoncé par le fabricant) sur l’impact écologique de trois façon de préparer la popote : vite, il faut en filer tout plein à toutes les population qui utilisent le bois pour se nourrir. Enfin, tant qu’il reste du bois à bruler qui ne soit pas réservé pour la fabrication des salons en bois tropicaux… Voici une floppée de vidéos qui mettent en valeur le produit : apparemment, ça plait.

20141019_autodesk3d_08Bientôt la mort des tatoueurs ?

Des tatoos qui prennent en compte les reliefs du support : bientôt des images 3D sur tout le corps ? Ray Bradbury avait écrit il y a plus de soixante dix ans  » l’Homme illustrés « , l’un de ses merveilleux livres (Michel M. a lus tous ceux qui étaient parus dans la collection Présence du futur, éditeur Denoël, dans les années 70) dont le fil conducteur était les tatouages qui s’animaient sur le corps d’un homme : à quand une série qui reprendrait le thème ? Il s’agissait d’une digression de plus de l’auteur : que la visite reprenne.

20141019_autodesk3d_09 20141019_autodesk3d_10L’auteur n’a pas très bien pigé ce que faisaient ces deux casques audios dans l’expo : les matériaux utilisés ne correspondent à ceux utilisés par les imprimantes 3D… Enfin bon, ils sont pas mal en effet, mais Michel M. garde son Sennheiser M400 : même un peu daté, son son est terrible ! D’ailleurs, il est toujours en vente alors que l’auteur a acheté le sien il y a quatre années : c’est la preuve que le produit est bon, non ?

20141019_autodesk3d_11Alors là, c’est plutôt bluffant, n’est-ce pas ? Un canoé pliable, bon sang ! Un film fera mieux que cent lignes, et c’est ici.

20141019_autodesk3d_12Il aura fallu que Michel M. se rende sur le site d’Autodesc pour piger ce vêtement : la photo en médaillon est suffisamment claire, n’est-ce pas ? C’est pour se faire remarquer en laissant échapper de la fumée : idéal en soirée hautement branchée, pour sûr. Pour le coup, ça peut donner des idées à tout possesseur de l’une des imprimantes vues en début de billet… Le tout étant de savoir dessiner, et très bien en plus. Sinon, bonjour le gilet bien pourri juste bon à sortir les poubelles en cachette, hein…

20141019_autodesk3d_13Et voici la cerise sur le gâteau : à partir de cette image obtenu par numérisation 3D d’une cible autour de laquelle tourne le capteur, une statuette sera « imprimée » en couleur (ouf !). La aussi, un film (13″) vaudra mieux que des explications alambiquées.

Ainsi, Elena A. et Michel M. devraient-ils disposer d’ici la fin de cette année, et si l’opération s’est bien déroulée, d’une statuette à leur effigie (de plein pied qui plus est) : de quoi rêver de l’autre, même en son absence…
Bon sang, ne serait-ce pas là un truc à rendre fou ? D’une folie qui pourrait consister à balancer l’objet par la fenêtre ou, plus surement au sol, avec saut à pieds-joints dessus car soudain devenu sujet à ressentiment par un trop plein de présence du partenaire, justement ?!!

En attendant qu’une aussi terrible chose se produise (du côté de la Saint Glinglin au plus tôt, Michel M. le donne en mille à ses émules), les lectrices et teurs retrouvent, pour une seconde séquence vidéo (56″), leurs deux héros de l’existentielle vie de Michel M. dans un bistrot parisien, dans la plus pure tradition du nom, puisqu’il s’agit du  » Bistrot de la Place « , Ah ! Ah ! Ah !

Et pour conclure ce long billet truffée d’informations passionnantes et documentées (ça change, n’est-ce pas), voici une dernière petite photographie de sa brune mie russe à Michel M., sans laquelle rien de ce qui est vécu par lui depuis bientôt quatre années, ni rien de ce qui est lu par les lectrices et teurs de ce blog n’aurait été possible, ni plus, ni moinsss.

20141019_autodesk3d_14… Jusqu’à la Saint Glinglin…

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF