Nouveau périple pour cette fin de semaine : Le Maine en Périgord

Ce vendredi matin, aux alentours des neuf heures, Elena A. & Michel M. prendront la route pour Le Buisson de Cadouin, dans la région de Sarlat (entre Bergerac et Sarlat plus précisément) afin d’y retrouver Olga B. et Michel M. (hé oui, un homonyme de l’auteur, carrément), un couple d’amis (franco-russe, évidemment) de sa brune mie à Michel M., déjà rencontré avant le livre 1er de « Michel M. une existentielle vie », mais sans photographies prises alors. Cette fois, les deux se retrouveront dans le blog, c’est aussi assuré que l’est l’automobile de l’auteur qui les amènera là-bas.

Mais la raison première de ce billet, ce sont les deux animations ci-dessous (sans aucun intérêt autre que pour les protagonistes, comme à l’accoutumée) de la collégialité michèlèmienne, ainsi qu’une planche bullée qui annonce la saison 2 de « Le Berger, le Mécréant et le Seigneur ».

201410_Collégiale01Patrick B., Marcel L. et Pascal P. : le premier des trois est un petit nouveau qui ne devrait toutefois pas encombrer plus avant le blog. Mais avec Michel M., les lectrices et teurs ne sont jamais à l’abri d’une surprise, pardi.

201410_Collégiale02Quant à cette animation-là, les spectateurs reconnaissent bien évidemment trois des gars parmi les plus représentatifs de l’époque michèlèmienne, c’est à dire Marc V., Alain C. et, une fois de plus, Pascal P. le second et le troisième se retrouvaient donc en ce lundi 20 octobre 2014. Et comme vous s’en apercevoir les lectrices et teurs, chacun des deux aura mis à profit ses vacances estivales pour faire le bilan de l’année (scolaire) passée…

201410_BMS_S2_Une_danseC’est court, certes, mais il y a de la pioche : le travail de Michel M. pour cette saison 2 ne fait que commencer…

À suivre, donc. En revanche, il est à craindre que lors de ces deux ou trois journées, rien ne sera produit sur michel.fr, du fait de ce voyage dans le centre du pays (c’est dans un gîte tenu par Michel M. (l’autre) et Olga B. et dont ils sont propriétaires, après que le premier ait atteint l’âge de la retraite (bonne rente, indubitablement) et ait opté pour cette nouvelle existence loin de Paris et tout ça).

À bientôt, là-dedans.

PDF24    Envoyer l'article en PDF