Entre deux séances périgourdines, un peu de So Ouest (en cours)

Les temples de La Consommation n’éveillent strictement aucun écho positif en Michel M., et l’univers entier dans son ensemble en général en a eu depuis belle lurette la conviction. Nonobstant, lorsqu’il est accompagné, il sacrifie sans trop de fâcherie au rituel de s’en aller mater quelques devantures d’échoppes, en l’occurrence toutes plus vendues les unes que les autres (style-genre péripatéticiennes du bois de Boulogne (où ils se rendront par la suite)) à coup de clinquantes vitrines et autres affriolantes propositions de délices consuméristes auxquels, d’une manière générale ne souscrit pas non plus, excepté pour les sacs « à main » dont est une victime largement consentante

2014111_SO-02

…Elena A., ci-dessus brune mie de l’auteur et photographe attitrée de ce billet.

Dans le cas présent (et fort heureusement), c’est en terrasse extérieure du tout nouveau complexe commercial de Levallois-Perret qui a pour nom malin So Ouest, qu’ils s’installent, afin d’attendre l’arrivée du fils prodigue Arthur A., ô combien digne fils de sa mère, venu passé cette fin de semaine en famille « française » entre deux emplois. De cela itou, les émules michèlèmiennes et néanmoins lectrices et teurs du blog en sont depuis bien longtemps informées : Arthur A. est aussi Russe que Michel M. serait Français pur souche, d’après les Russes s’entend, les quelques autochtones rencontrés par l’auteur là-bas ayant exprimé envers ce peuple une presque gênante vénération. Enfin, une vénération qui a toutefois déjà largement dû se réduire à peau de balle, vu les évènements bien pourris qui se sont produits à l’Est depuis près d’un an, et qui ont sans doute rendu 2014 aussi anxiogène que 1914… Elena A. ayant pris soin de s’équiper de son appareil photo Nikon P7000, elle réalise de très beaux portraits (d’autres non moins remarquables sont à venir, pris lors du périple périgourdin) des trois beaux gosses réunis là.

2014111_SO-01Ainsi et donc, les spectatrices et teurs peuvent donc retrouver ci-dessus, outre Michel M., le susnommé Arthur A. et, cerise sur le gâteau (et le lien est dès lors tissé avec la narration du périple périgourdin entamée, quel blogueur ce Michel M. !), Nikita, fils de Regina, un jeune Russe âgé de 15 ans en provenance de Saint-Pétersbourg, et dont la mère vient tout juste d’épouser le Français Jacques dit « du Maine ». Ce jeune gars venait de passer une semaine à Paris dans l’appartement de l’auteur, et s’en retournait donc hier, samedi 1er novembre, chez lui dans le Périgord.

Du fait de son jeune âge, Michel M. a fait en sorte de donner à penser avec ce montage, qu’il était en « apprentissage », à l’instar d’un jeune Padawan fraîchement issu des jupes de sa mère, entouré par ces puissants mâles qui devisent aussi aisément des « choses sérieuses de la vie » que les représentantes du sexe féminin peuvent elles aussi le faire, bien que leur sens du sérieux ne soit pas nécessairement le même que celui des gars, comme de bien entendu*.

2014111_SO-03Une fois tous sustentés, la petite troupe se prépare à retrouver OleGaga A. (Oleg & Gala pour les novices), les parents d’Elena du même patronyme. Les lectrices et teurs retrouvent ainsi les trois Russes, capturés style-genre et façon « Très Importantes Personnalités » (TIP, soit « VIP » en étranger), alors que tous se dirigent vers la SARmobile afin de filer vers le bois de Boulogne.

Et c’est à suivre, pom polomm…

* Ce n’est pas parce que l’auteur s’est piqué de lire le dernier bouquin de M. Eric Z. qu’il en épouse férocement toutes les vues. Enfin, pas toutes, certes, mais un certains nombre, assurément).

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF