PRGT n / ∞ : TMF d’octobre et bricoles d’une existentielle vie

201411_Kangourou_ElenaTMF
Grâce aux deux anomalies des mardi 12 et vendredi 31, le TMF du mois d’octobre en prendre un bon coup dans le buffet qui lui a fait monter sa tension jusqu’à 343,65 visiteurs par jour.

Stats2014_10Et, toujours l’inconnue en ce qui concerne les raisons de ces soucis que rencontre régulièrement le moteur de statistiques proposé par OVH (urchin en l’occurrence). Après un contrôle effectué sur l’éventuelle raison d’un tel chaos, Michel M. n’est guère avancé. Le 12 octobre, il s’agissait du premier billet sur le volcan El Teide, qui intègre certes deux liens vers des sites officiels : ceux-ci sont en effet susceptibles de générer un trafic supérieur à la normal, mais de là à « exploser le compteur » avec ce vitupérant 2 489 visites uniques, il y a un abysse. À moins que ça ne soit la photographie qui clôt le billet en question qui ait pu mettre la pression dans les roulements à billes des bots qui pullulent sur le net… Et pour le 31 octobre et son 1 282 visites, il n’y avait rien à signaler sur le blog ce jour-là : le mystère est donc toujours aussi entier, saperlipopette.

Quoi qu’il en soit, le constat à faire est, qu’une fois de plus, la renommée de michelm.fr ne cesse de s’étendre de part le monde et, sans aucun doute, bien au-delà. Il est à noter, toutefois, qu’icelle n’est pas le fait de personnes plus interventionnistes que cela, si l’auteur en juge par le nombre de commentaires laissés par ces émules en nombre croissant (il s’agit d’ironie, évidemment (il faut toujours préciser quand la déconne est là, tant l’immense majorité des personnes que Michel M. à l’occasion de croiser dans son existentielle vie sont d’une susceptibilité à fleur d’âme, les pauvres), mais qui est quelque peu contrebalancée par l’incessant bavardage de sa sœur Christine M., et de Sergio V. Ah ! Ah ! Ah !)).

Petit bémol (mais grosse digression) en ce qui concerne le second, ainsi que nouvelle information à apporter aux lectrices et teurs du blog. Il leur faut en effet savoir que Michel M. a décidé, il y a désormais trois semaines environ, d’abandonner une activité qui, pourtant, lui prit beaucoup de son temps depuis plus de deux années, et dont il causa ici-même à plusieurs reprises… C’est à dire, le commentateurisme mariannautiste (en vulgarisé « le postage de commentaires sur le site marianne.net« ). Il profita d’un radical changement dans la gestion du forum (utilisation désormais de Disqus, logiciel purement anglo-saxon dont il n’existe visiblement pas de version française, le genre de choix qui crispe un tantinet Michel M.) pour se tirer d’un endroit qui, en outre, était devenu sans risque, sans surprise. Enfin, le média lui-même avait fini par l’agacer, cela à cause d’un parti-pris axé sur les affaires franco-françaises, quand la géopolitique est devenue bien plus importante que ces sempiternelles çonneries politito-crasseuses, la France s’étant à jamais (?) fondue dans l’européisme le plus vil, puisque paillasson de l’impérilalisme US. Agacement en outre accentué par les quotidiennes lectures de l’auteur sur des sites « alternatifs » de ré-information (par opposition à la désinformation opérées par les médias « institutionnels » à la Libé, Obs, Monde, Figaro, Point etc., tous propriétés de patrons hautement pro-atlantistes, quand la vérité nécessiterait de recul et d’in-dé-pen-dan-ce d’esprit, merdalors). Quelques uns d’iceux figurent dans la listes des liens, colonne de droite du blog.

201410_Amigovaritch_Sergio_VCette grosse digression pour préciser qu’à son avis, son amigovaritch Sergio V. finira par disparaitre de son existentielle vie à Michel M., du fait que l’unique lien entre eux était essentiellement le site de marianne, pardi !

201411_L_inconnu_du_12_décembre2013Un autre gars rencontré par le même biais pourrait aussi disparaitre. Il s’agit de l’ami Boudzi : mais, pour le moment, la relation perdure grâce à un épisodique échange de courriels (Michel M. laisse le soin aux plus espionnites de reconstituer avec ces deux clichés une seul photo, qui leur permettra dès lors de débusquer le gars Boudzi dans la rue, car la photo originale est perdue).

Du relationnel, de ses causes et de leurs aboutissants, toujours. De quoi rappeler (si c’était bien utile en l’occurrence, à quel point l’éphémère règne sur son existentielle vie à l’auteur).

Bricoles
« C’est quoi, cette photo d’ouverture du billet ? », sont en droit de demander à Michel M. ses émules. Avec une bonne dose de perspicacité, ou d’assiduité, ou un mélange des deux, elles auraient pu comprendre qu’il s’agissait d’Elena A. en peignoir, assise sur pouf et en but au maniement de la télécommande Orange, par exemple…
Alors bien sûr, le regard est attiré par cet appendice caudal sur lequel elle est assise. Hé bien, qu’elles apprennent donc qu’il s’agit d’une peau de kangourou que son fils Arthur lui a offert à son retour d’Australie où il avait vécu une année, dans le cadre de ses études d’ingénieur à l’université technologique de Sydney (après être passé par l’ESILV, École Supérieur d’Ingénieur Léonard de Vinci (aussi appelée « FAC Pasqua »)). Pour info, ce cursus a coûté bonbon à sa mère. Mais quand on aime on paie, car quand on ne paie pas, c’est qu’on n’aime pas (attention : c’est de la déconne).

Et pour celles parmi les plus sensibles des lectrices et teurs qui pleurent devant cette peau de brave bête (y’en aurait trop de toute manière !) voici, ci-dessous, une paire de testicule de la bestiole devenue, par l’opération de l’homme…

201411_Kangourou_attributsun merveilleux décapsuleur (de bouteilles de bière) ! Honnêtement, la prise en main n’est vraiment pas terrible, mais qu’importe l’outil pourvu qu’on ait l’ivresse !

Bon hé bien voilà : désormais seul ne reste plus que le « chantier Périgord » à narrer (enfin, les PRGT sont toujours là en embuscade, hé hé hé) à Michel M. Mais, il ne sait pas pourquoi, ce travail lui pèse, merdalors.

À suivre, de toute manière…

PDF24    Envoyer l'article en PDF