L’audiophile quête michèlémienne en voie d’aboutissement (billet hautement consumériste)

Les habituées et tués du bouge ont toutes et tous gardé en leur mémoire, bien évidemment, à quel point il était important pour Michel M. de disposer d’un matériel (lui qui se dit pourtant non matérialiste, mais l’un n’est pas antonyme de l’autre à moins de verser dans un déstructurant intégrisme) qui soit à même de lui permettre de vivre ses quelques soirées vécues en son petit trois pièce cuisine parigot (c’est à dire entre chaque fin de semaine qui le voit quitter la capitale pour la ville de sa brune mie Elena A.) dans les conditions les plus idoines, tout au moins en ce qui concerne la sonorisation du lieu.

À ce sujet, l’auteur avait précédemment exposé, et cela avec une fierté non feinte, le matosss haute-fidélité qu’il avait acquis il y a deux ans et demi, qui fut lui-même suivi plus ou moins six mois plus tard, de l’achat d’une paire d’enceinte (pour lesquelles il ne trouve aucun billet qui en fasse état, ce qui est tout de même au moins aussi fort que de jouer au bilboquet, sacrebleu !). Un matériel français qui répond au nom d’Avance (les composants sont évidemment conçus ailleurs, mais les plans et assemblages sont réalisés en France) dont voici les photos contractuelles :

201412_Advance_avantÇa, c’est l’ensemble pré-ampli – ampli qui équipait l’appartement de Michel M.

201412_Advance_maintenanttEt ceci, c’est le nouveau matosss qui, dorénavant, va accompagner les soirées parisiennes michèlémiennes. Mais la cerise sur le gâteau, elle consiste en un nouveau mobilier digne de ce nom (métal + verre, très masculiniste au demeurant et c’est bien normal quand on s’appelle Michel M. et qu’on a depuis belle lurette clairement exposé ses pensées un tantinet misogyne mais (et surtout) misanthrope) dédiée à la haute-fidélité (et tout ce qui a trait d’une manière générale au plaisir visuel et auditif rendus par des robots idoines), le tout trônant à compter de vendredi 26 décembre 2014 dans le mini salon de l’auteur.

Afin de rendre la chose plus aisée à envisager, voici donc le tout avec l’avant, puis le demeurant.

201412_Hi-FiLa précédente table était constituée d’un meuble du fabricant bien connu qui vendit il y a quelques mois des tartes au caca (mais c’est fini, à ce qu’il parait), en « bois » et dont le prix correspondait (et correspond toujours, y compris avec un pichet de 50 cl de rouquin !) à un repas pour deux au restau sino-japonais en bas de chez l’auteur (toujours aussi goûteux après bientôt quatre années de fréquentation : il s’agit de l’un des rares repères de l’auteur qui ne vacille pas sous les sales coups de la létale Modernité qui s’étale comme une purulente viscosité à grand renfort d’invitation à consommer afin de vivre mieux une existence par ailleurs d’une misérable vacuité intellectuelle, youpi). Icelle (la nouvelle table) est d’une toute autre facture (dans les deux sens du terme).

201412_NorstoneIl s’agit en effet d’un meuble Norstone (trente mille grammes tout de même) fait de métal et de verre noirs : il fallait bien cela afin de supporter les dizaines de kilogrammes que pèsent les deux éléments audiophoniques.

« Et le son, là-dedans ? » doivent se dire en leur for intérieur les lectrices et teurs, devant tant de suffisance de la part de Michel M. Hé bin le son il est tout bon, voilà c’est tout.

201412_Highland_Oran4305_merisierServi par une belle paire d’Highland Oran 4305 de toute beauté, Michel M. bénéficie en outre d’une télécommande qui pilote le X-Preamp avec laquelle il peut jouer sur les basses et, surtout, les aigus (elles sont son obsession). Des réglages qui font certes office de lointain succédané de l’égaliseur d’antan (qu’il posséda en débarquant sur Paris mais qui, en fin 2014, fait figure d’objet d’un rare non sens du fait de la qualité des composants haute-fidélité proposés dans le commerce). En outre, à la lecture de ceci Michel M. se dit que, sans égaliseur, ce ne doit pas être si mal, en fin de compte…

Enfin bon, il est bien possible qu’enfin, l’auteur mette durablement de côté la partie audio-vidéo de ses passe-temps favoris (ce qui n’est pas plus mal pour son budget, quand bien même serait-il raisonnable dans ses buts de confort matériel), comme il s’est débarrassé de son désir de « faire de la photo » en refilant à sa chère et brune chérie mie Elena A. son Nikon P7000 dont l’obturateur rencontrait une faiblesse certaine (article un chouïa corrigé : se relire devrait être sa pénitence à l’auteur) : sacré seigneur que ce Michel M. en vérité, Ah ! Ah ! Ah !

Soirée du samedi 28 décembre

201412_Zeoll&MichelMVoici un nouveau venu sur le blog, un certain « Z » du voisinage élénaesque (ici en pleine passation de pouvoir masculiniste : un zeste d’amour fraternel dans ce monde de dupes), qui a proposé à Michel M. de participer à l’élaboration d’un vidéo-clip avec sa bande de créatifs (« Team » en étranger, « combo » en français). Bien que pour le moins dubitatif quant à son apport dans une équipe déjà constituée depuis un bout, qui a en outre déjà sorti un album à haute densité rapeuse (de « Rap »), un genre musical qui se situe aux confins de l’opposé de sa tasse de thé à Michel M., l’auteur n’en a pas moins (et évidemment) accepté la proposition, icelle étant susceptible de lui permettre de vivre une nouvelle aventure humaine, cela dans un domaine jusqu’alors à lui inconnu, en l’occurrence celui de la vidéo musicalisé (à moins que ça ne soit une musique filmée).

Et c’est à suivre, indubitablement. Ainsi que l’aventure humaine tout court à laquelle invite à longueur de billets ses lectrices et teurs Michel M., youpi !

En attendant (et tout à fait anecdotiquement bien qu’avec fierté),
le pari se réalise…

201412_poids-=-75,1kg

…de matinée en matin (ici samedi 27 décembre 2014 à la mi-journée,
c’est à dire au réveil).

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF