Au ralenti le Michel M., au ralenti, certes, mais il a gagné son pari : + ou – 75 000 grammes fin 2014

Gras en début d’année (plus ou moins 84 000 grammes jusqu’au mois de mars – avril), il termine 2014 en quasi filiforme (mais pas christique : il y a des limites à l’irrationnel) avec une tare qui approche le plancher des 75 kg. Plancher car, en effet, Michel M. ne souhaite pas trop en arriver à ressembler à ses malades mentales (pour le moment à sauf données contraires, seules les représentantes du sexe féminin semblent contracter ce dérèglement psychologique qui finit par tuer leur corps par inanition : des mystères de l’âme humaine et de son genre) qui en viennent à ressembler à d’autres silhouettes, vues lors de bien sombres temps anciens. Anciens, certes, mais qui ne sont pas prêts de finir de hanter leur conscience aux plus asservis -par le et- au Devoir de La Mémoire, étouffoir à critiques pour tous les autres, mais pour eux la garantie d’une « réussite » économico-sociale une fois qu’ils l’auront bien servi (le temps d’un mandat électoral par exemple).

201412_La_Pesée2Trucages évident sur la troisième et toute dernière pesée de mardi 6 décembre 2014, mais uniquement dans le désir d’homogénéiser les prises de vue de ses panards à Michel M., alors qu’il se pèse (et en fait ainsi profiter ses lectrices et teurs afin qu’ils apprécient la progression du pari). Car hé oui, dusse-t-il devenir un modèle pour toutes celles et ceux qui souhaite diminuer leur surpoids, tout de moins dans l’extraordinaire volonté dont il fait preuve jusqu’à ce jour dans son combat, l’auteur est parvenu, parti d’une hauteur sommétique de plus ou moins 84 000 grammes au plus fort du mal (mais le fait que ce poids ne cessait d’augmenter, la barre psychologiquement redoutable des quatre-vingt cinq kilogrammes (85 kg) pour à peine un mètre soixante-quinze (1,75 m) se profilait à très moyen terme), il est parvenu à atteindre une assiette bien plus confortable et tellement plus en symbiose avec sa taille de Français moyen des années 70. Ne manque plus, dorénavant, que la réouverture des douches (interdites pour cause de légionellose début mars dernier) et la reprises des séances de Drastique-Gym (DG) avec Alain C., le saint Berger (de ces dames). pour modeler ce corps désormais désencombré de la graisse qui y stagnait : il faut faire un peu de viande maintenant, du muscle, bon sang !

Ceci dit et afin de ne pas continuer plus encore cette désescalade, Michel M. trouve en cette période une alliée de poids : les fêtes de fin d’année devraient en effet lui permettre d’enrayer un tantinet cette chute de poids (mais pas l’inverser, même si affinité), ce qui lui permettrait de passer à autre chose. Car il finit toujours par passer à autre chose. Il tourne aussi vite la page d’un chapitre qu’il en ouvre un autre.

Demain soir, c’est l’ultime préparation du mini séjour secret qu’il a organisé pour sa brune mie en l’honneur de leur rencontre à tous deux, ce fameux samedi 4 décembre 2010 chez Nadine M. (à lire dans le Livre 9ème, cette soirée ouvrant l’opus). Départ vendredi en cours de matinée, retour lundi en soirée. Il y a peu de chance pour une présence de Michel M. devant son écran de pécé durant ce laps de temps. Mais bon, avec lui hein…

BoNjOuR / BoNsOiR ChEz VoUs, là-dedans !

Michel M., aminci, saisi en pleine capture du reflets bleu

201412_Cafe_du_Musee2des deux vins chauds du billet précédent.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La sainte Barbe des Invalides

201412_premiers_froids02La sortie de Ripley au matin, bis. Seulement ce jour, samedi 6 décembre 2014, la température est de 3° (estimation michèlémienne).

201412_premiers_froids01Et quand bien même luirait le Soleil dans un ciel sans nuée (celles du fond s’éloignent), ses frêles rayons ne parviendront pas à réchauffer l’atmosphère au point qu’Elena A. en fasse tomber sa parka, pardi ! Soleil d’hiver, corps en sommeil. Les humains devraient hiberner ou, à l’instar des ours qui se terrent dans leur tanière, hiverner (Michel M. fait toujours partager à ses lectrices et teurs les choses nouvelles qu’il découvre au gré de ses élucubrations). Mais bon, l’exemple que les occidentaux ont sous leurs mirettes d’une putative hivernation d’un ours n’est guère probant en l’occurrence, car l’Ours Russe (Ah ! Ah ! Ah !) montre, bien au contraire, une réactivité tout à fait (d)étonnante en cette saison. Il faut dire que les occidentaux ne lui fichent plus la paix depuis près d’une année, de quoi avoir emmagasiné quelques rancœurs à l’encontre des ces viles menteurs qui, depuis la chute du Mur de Berlin, n’ont jamais tenu un seul de leurs engagements. Par exemple, celui de non prolifération de bases otanesques… D’un autre côté, il fallait être bien crédule, voire niais pour les croire, eux qui ont déjà fait leur preuve de fourberie en ayant décimé les tribus amérindiennes à coup de traités régulièrement violés, jusqu’à pratiquer là-bas un génocide, ou ethnocide si l’on veut jouer au finaud (et ne pas craindre l’ire de certaines organisation gouvernementalement non gouvernementales de défense de la mémoire de la Shoah, qui considèrent que le seul génocide qui vaille le coup qu’on en cause, c’est celui des juifs par les nazis, point final).

Ainsi donc, point d’hibernation ou hivernation du côté d’Elena A et de son homme. Et la preuve en est cette balade qui s’est faite du côté des Invalides, à l’occasion de la sainte Barbe, patronne des artificiers et autres sapeurs pompiers.

Séquelles de la sainte Barbe

20141206_161653Les vins chauds du Café du Musée, réalisés par Laurent le serveur, sont d’un inouï exquis. Les deux ci-dessus ont été dégustés par les deux protagonistes de l’Aventure humaine en ce blog contée, Elena A. et Michel M., à la suite du spectacle présenté pour la sainte Barbe au musée de l’armée des Invalides, visible dans le précédent billet (une vidéo qui semble ne pas trop bien passer aux yeux d’aucuns, au vu des commentaires). Pour la petite histoire, ce cliché a été réalisé avec le téléphotophone de l’auteur : les petits appareils photos numériques ont du mouron à se faire, saperlipopette !

201412_Sainte-Barbe01Les artistes, soldats en uniforme ou musiciens, ont beaucoup de mérite à jouer dans ce spectacle, tant ils doivent se peler les miches ce jour, qui plus est face au Nord dont le vent saisit, puis glace l’espace ô combien dégagé de l’esplanade des Invalides, sur laquelle il reprend de la vitesse et s’en vient fouetter les visages gentiment offerts, tous figés de bonheur qu’ils sont par les douces mélopées entendues alors, de ces innocentes victimes que sont les spectatrices et teurs, auditrices et teurs venues là, gratos, le samedi 6 décembre en l’honneur de la fête des artificiers et sapeurs-pompiers, mais pas que d’eux, pas que

201412_Sainte-Barbe02Mais il n’est pas exclus qu’Elena A. et Michel M. ne reviennent pas pour la sainte Barbe prochaine…

PDF24 Tools    Envoyer l'article en PDF   

Un classieux graphique à mater (et commentaires à la clef), toujours dans cette idée de remplir le vide (Michel M. est très « nature »)

Stats_082012_112014 Ci-dessus, le bilan de vingt-sept mois d’existence du blog, sous le haut hébergement du prestataire OVH. La migration du cliniquement mort Zeblog vers OVH s’est faite alors que le TMF de ce précédent blog culminait, en juillet 2012, à 87,74 visiteurs / jour.

Que de chemin parcouru par les supporteuses et teurs de Michel M. et de ses aventures existentiellement vivantes, depuis ce débarquement un brin précipité sur la plateforme WordPress, et cela sans formation ni filet (de la pure aventure en effet). Il s’agit donc là d’un cheminement qui aura fédéré, en susss des 87,74 précédents assidus, plus ou moins 170,90 visites/ jour pour une adresse IP, soit un doublement de ses lectrices et teurs. Que parmi icelles et iceux pullulent des programmes-robots n’a plus guère d’importance désormais, puisque il est indubitable (de la Loi) qu’ils font parties des vicissitudes auxquelles tout internaute quel qu’il soit, en l’occurrence la sphère des blogueurs, doive se frotter. Et cela, quelque fusse son « importance » dans la communauté en question. Mais de toute manière, ceci indiffère singulièrement Michel M. qui poursuit, quant à lui, cette ô combien saine car sportivement cérébrale activité, comme d’autres sont cuniculophiles, lépidoptérophiles ou encore tyrosémiophiles, pardi !

En ce qui concerne le picturalement remarquable graphique ci-dessus présenté, les deux barres de couleur lie-de-vin représentent les deux mois lors desquels OVH rencontra des soucis dans la récolte quotidienne des statistiques de fréquentation : soit en septembre 2013 (avec 1 522 visites recensées le samedi 14 et 1 762 le vendredi 20), ainsi qu’en octobre 2014 (avec 2 489 visites pour le mardi 21 et 1 282 le vendredi 31).

signature_michelm_statisticien2 Alors bien sûr, l’auteur pourrait remplir quelques pages d’analyses toutes plus pertinentes les unes que les autres quant à la signification de telle valeur en baisse et / ou de telle autre en hausse, en calculant le rapport entre la période, le moment dans la période et la phase lunaire à venir, le tout saupoudré de considération géopolitique dans lesquelles les Russes ne seraient bien évidemment pas les derniers responsables, dans les tenants et aboutissants de ces hausses et / ou baisses, dès lors dument commentées. Mais cela est tout bonnement impossible du fait que l’auteur ne possède en tout et pour tout, comme diplôme sanctionnant son passage dans le monde de l’Éducation nationale, que son baccalauréat de la filière littéraire (filière « A4 ») obtenu en juin 1978, Ah ! Ah ! Ah !

Aussi, que les michèlémiennes visiteuses et teurs soient rassurés quant au fait que jamais, JAMAIS, elles et ils ne rencontreront dans ce bouge quelque raisonnement mathématique et / ou algébrique que ce soit, même dans cette rubrique dite « statistiques ». Mais que celui qui n’existe pas le lui pardonne bien volontiers, il n’y a que du vent à récolter par ici. Du vent et parfois de la bonne humeur, certes, mais en aucune façon du sérieux grâce auquel elles et ils pourraient briller en société à moindre frais, c’est à dire en se contentant de régurgiter ce qu’elles et ils auraient pu lire là-dedans : comme Michel M. l’a clairement défini dans la présentation du blog, il n’est pas prescripteur en quelque sujet que ce soit, pardi.

TMF de Novembre 2014

Stats2014_11

Pour ce mois, toujours une progression de taux de fréquentation à constater, qui est d’autant plus plaisante qu’elle n’est pas aidée par un pique de plusieurs milliers de visites comme cela se produit parfois. Ni pique bleu ni jour blanc mais en revanche, un net « tassement » entre les minimas et maximas, ce que Michel M. juge comme cohérent avec l’idée qu’il se fait du tranquilliste cheminement de sa quête d’une jouissance existentielle qu’il souhaite dépasser (pour quoi et vers quoi, le mystère est entier), dans l’esprit de ses admiratrices et teurs qui, par cette régularité apparente, donne à penser que michelm.fr fait partie de leur quotidienne balade sur le net, au même titre que la consultation des valeurs boursières pour certains ou des sites alternatifs indiqués par l’auteur dans les liens qu’il propose pour les autres. Enfin, le TMF de ce mois de novembre correspond à la plus haute valeur jamais rencontrée pour une période mensuelle non entachée d’irrégularité, comme précédemment souligné (à deux reprises, même) : c’est tout de même plus sympathique de figurer dans l’asymptotisme montant plutôt que tombant, re Ah ! Ah ! Ah !

À compter de ce soir, Michel M. est en congé jusqu’au vendredi 19 inclus pour cause de tout plein de jours de vacances à poser, sans quoi ils seraient perdus l’année suivante. Il n’y a rien de plus normal à cela, puisque Elena A. et son homme n’ont pas pris de congés estivaux cette année. Enfin si : la brune mie de l’auteur s’en est allée en Israël fin juin début juillet, mais de conserve, ils n’ont ni navigué ni volé lors de l’été 2014. Début janvier, ce sera une autre paire de manches, avec ce séjour du 9 au 23 au Sri Lanka, nom d’un patenté bourlingueur !

À suivre…

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF