Un ultime TMF (de bonne tenue) pour le mois de décembre de l’année dernière et bricoles de derrière les fagots

Stats2014_12

Pas d’incident à noter pour ce mois passé dans la thésaurisation des données de fréquentation du blog (vachement sérieux comme entame, hein ?). Un minimum de 188 visites uniques pour la journée du 2 décembre, très rapidement suivi par un maximum à 475 (toujours aussi peu crédible, mais ça fait du bien aux stats) pour la journée du 5. Comparées à celles du mois de novembre, il y a un tout petit moins de 10 visiteurs qui se sont déplacés au quotidien en cette fin d’année. Homme, femme, enfant ou robot qu’importe, ceux-là n’ont plus supportées les âneries michèlémiennes et s’en sont allés voir ailleurs si les élucubrations étaient moins vaseuses, Ah ! Ah ! Ah !

Et alors, quid du TMF en lui-même ? 274,97 visites quotidiennes (contre 284,57 en novembre), cela reste toutefois de très bonne tenue, surtout vu d’où partait Michel M. en se lançant dans cette seconde version d’un blog perso, mais troisième du nom animé par l’auteur, qui a la tenace impression d’avoir écrit peu ou prou les mêmes salades le mois dernier, ou l’avant dernier, lors de l' »analyse » de ces statistiques : il faut avouer que le sujet est aussi étendu qu’une niche fiscale est ténue, mais qu’il ne rapporte hélas pas autant de pognon par la saine opération de défiscalisation, Ah ! Ah ! Ah ! bis.

Avec ce TMF du mois de décembre peut dorénavant s’afficher l’ensemble de l’année (passionnant, n’est-ce pas ?), ce que l’auteur va s’empresser de faire ci-dessous.

Stats_2014_1er_semestre

Stats_2nd_Semestre2014

C’est à une progression annuelle de 97,87 visites quotidiennes à laquelle a eu droit Michel M. en 2014 (elle n’avait été que de 71,32 en 2013, mais avait en revanche explosée entre le mois d’août 2012, date de création du présent blog et août 2013, avec une augmentation de la fréquentation sur une année qui avait crû de 202,44 !).

Les paris sont ouverts pour la suite de la chose : progression, tassement ou inversion de tendance, voilà une affaire qui reste indubitablement palpitante, Ho ! Là ! Là ! oui alors, pffouu !

_________________________________________________________________________

De la SS14, il ne restera très bientôt plus aucune trace chez Elena A., déjà qu’icelles étaient des plus discrètes…

201501_Reliefs_de_la_SS14

Mais au moins il y avait-il quelques signes de l’événement, alors que du côté Michel M., rien de rien n’avait été embelli dans son chez lui pour l’occasion : l’auteur ne goûte guère ces célébrations obligatoires, et ne pas y souscrire ne l’indisposerait en rien. Il avait d’ailleurs passé les fêtes de fin d’année 85 dans son grand et froid appartement sis à Ermont, seul et sans téléviseur à l’époque. Un temps étrange en vérité car, outre le fait que l’internet n’existait pas, les occupations étaient un tantinet réduites : même le Minitel était « oublié », puisque la ligne téléphonique était alors coupée pour non paiement au temps imparti de la note afférente (11 000 Frs pour un mois de 3615 Antigel, pom polomm…). Pas non plus de sexe à l’époque, pour cause de divorce en cours et, par le fait, de convalescence. En outre, malgré sa présence sur le réseau, ce n’était pas de ce côté-ci que c’eût pu être possible : les « pionniers » du Minitel n’étaient pas encore devenus les obsédés du 3615 Ulla et autres 3615 Gros Nibards qu’ils finiraient rapidement par être, à force de rencontres en réel, quand, au début des années 80, les relations ne naissaient et ne perduraient qu’au travers des échanges épistolaires… Mais de ceci, l’auteur a déjà causé précédemment (ici et , ainsi qu’ailleurs, du temps des Sectis adorem rectum lorsqu’ils étaient hébergés par Zeblog (premier blog disparu des radars du fait de l’auteur, qui avait tout effacé suite aux mille et un problèmes rencontrés sur la plateforme Zeblog)). Bref, ceci pour faire savoir à l’univers mondial dans son ensemble en général (qui avait bien entendu hâte de le savoir) : apprendre que Michel M. s’en tamponne ses coquillards des célébrations de Noël et du nouvel an, ni plus, ni moinsss.

_________________________________________________________________________

Sri Lanka
Le séjour se peaufine : Oleg s’occupe de tout ! Pour le moment, les deux hôtels des trois premiers jours sont réservés. La nuit du 11 au 12 sera hébergée par cet établissement-ci. Les deux suivantes par cet hôtel-… Quelques vues qui évoquent immédiatement à Michel M. ses chers souvenirs du Viêtnam (hélas disparus eux aussi pour ce qui est de leur version bloguée, du fait de la disparition du premier blog déjà mentionné. En revanche, les vidéos existent toujours, elles !). Le pécé sera bien évidemment du voyage, même si le temps manquera sans doute à l’auteur pour écrire sur le blog, car il sait pertinemment comment cela se déroule, lors de ces périples avec Oleg & Sveta, pour l’avoir vécu en Espagne puis en Grèce… Mais voici en voyage qui devrait ne pas être piqué des hannetons. Enfin, si l’avion ne disparaît pas, car dans cette région, il semble que des crashs soient plus courants qu’en d’autres lieux de la planète. Qu’importe : du moment qu’Elena A. et Michel M. sont ensemble lors de l’accident, tout va bien. C’est dans le cas où l’un des deux resterait en vie sans l’autre que ça se compliquerait salement pour le survivant, palsambleu ! L’un et l’autre sont irremplaçables pour l’un et l’autre (si si, à cinquante piges passées, on sait bien qu’une telle histoire sentimentale est rarissime, pour ne pas dire impossible à se représenter, pardi !).

En attendant, Elena A. et Michel M.

201501_EA&MM

se présentent sans plus de façon devant les lectrice, teurs et bots de leurs aventures.

Post Scrotum
La compilation de Mickev fait un carton…

 …Chez Elena A. : son enthousiasme est à la mesure de l’admiration qu’elle porte à son compositeur de bonhomme, auquel elle reproche de ne pas lui avoir fait écouter cela quatre ans plus tôt, en lieu et place de compilations par lui « composées » mais qu’elle trouve molles à s’endormir. Les « 34 plages » tournent en effet chaque jour depuis qu’elle a découvert ce talent tu chez Michel M. Icelui trouve d’ailleurs que ces plages n’ont pas pris de rides, outre le plaisir de réécouter cette œuvre qu’il avait toujours considérée comme mineure, du fait d’un dilettantisme chez lui avéré – revendiqué. Dix années après, les morceaux tiennent fort bien la route…

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF