Sri Lanka, dimanche 18, suite et fin

Le problème de la barrière de langue aura fait des siennes, entre ce dimanche 18 et le lundi qui l’a suivi (mais l’auteur y reviendra, sous les réserves habituelles) car en fait de «vie quotidienne sri-lankaise in situ», ce ne fut rien d’autres qu’une simple visite (déjà faite en susss) de la ville d’Hikkaduwa au soir !

201501_Sri-Lanka43

Mais cette petite escapade aura toutefois été l’occasion d’une bonne bouffée d’air tiède, parfois même accompagné de bons vieux relents d’énergie fossile « raffinée ». Pour le reste, une visite de quelques échoppes afin de repérer deux ou trois trucs qui permettront à Elena A. et Michel M. de ramener des présents qui feront forcément plaisir aux proches restés au froid, suivis d’un dîner au Moon Beam (déjà connu lui aussi, puisque la première bande y dîna lors de la troisième soirée sur l’île, mais pas vu sur le blog car scénette jugée sans intérêt par l’auteur).

Mais c’est la soirée qui suivit qui fut d’un genre (porc) épique, dont ce montage ci-dessous donnera la teneur aux lectrices, teurs et (ro)bots.

201501_Sri-Lanka44

En fait, ce ne sont pas dix, mais douze bibines de 625 ml que ces trois-ci ont sifflées hier soir. Si on ajoute à cela une fiole de whisky amenées par le gars à lunettes, Sacha G. (Michel M. ayant rapidement refusé ce mélange hautement toxique), pour sûr qu’Elena A. eut un sacré travail de compréhension, puis de traduction (et cela du russe vers le français et du français vers le russe) à réaliser afin que ces trois lascars, désormais copains comme cochons, s’entendent ! Elle a énormément de mérite et Michel M. la félicite pour le boulot accompli.

Quant à la journée du lundi 19, en fait de crocodiles, ce sont deux varans qui ont été observés par la troupe ainsi que des poissons, enfermés dans des bacs en plein air dans lesquels on trempe ses pieds pour rigoler à cause des chatouilles générées par les bestioles, suivi d’autres visites sur la rivière Madu.

Mais ce sera pour demain…

PS
Le Saker en français est de retour, et c’est désormais ici que ça se lit. Youpi.

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF