Sri-Lanka : le 19 janvier (3/3), il n’y avait pas de crocodile dans la Madaduwa*

201501_Sri-Lanka53Ces glauques histoires de religiosité passées, il est temps de reprendre le fil de la narration, et fissa qui plus est, le séjour touchant à sa fin (ouin ouin). Au retour, quelques hérons garde-bœufs virevoltent devant l’embarcation et s’en est fini de cette belle balade au fil de l’eau.

201501_Sri-Lanka53Un premier crochet par un magasin d’antiquités, sans aucun intérêt selon les deux ci-dessus (à ce propos, il est fort probable que leur hôtesse reçoive une commission sur chaque article acheté par ses clients qu’elle amène dans les différents endroits qu’ils sont appelés à visiter par ses soins)…

201501_Sri-Lanka53b…puis par le Musée des masques de la ville d’Hikkaduwa…

201501_Sri-Lanka54dont voici l’une des collégiennes (Ah ! le bon vieux temps des uniformes qui évitaient bien des histoires au sein des établissements scolaires, aucun signe distinctif d’appartenance à une classe sociale, aucune jalousie vestimentaire à la con, etc.)

201501_Sri-Lanka55…et c’est dorénavant sur la mine à ciel ouvert de pierres de Lune (« Moonstones » en étranger) que la troupe se trouve. À noter que le guide parlait couramment le russe : c’est un sri lankais qui a fait ses études à Moscou. Pour le moins rustique, cette mine est travaillé par un unique mineur (décédé de la veille, sans plus d’information).

201501_Sri-Lanka56Les gemmes trouvées ici seront ensuite travaillées afin d’être serties dans des bijoux qui sont en vente dans une boutique (vue ci-dessous) dûment gardée par une dizaine d’homme plus ou moins en arme. Il s’agit d’une mine d’État, et ça ne rigole pas.

201501_Sri-Lanka57Sur le chemin vers la « bijouterie », les promeneurs ont à nouveau à faire à la cannelle sri-lankaise : manque de bol, ayant déjà acheté sa dose, Elena A. déclinera l’offre (pas de pot pour l’hôtesse, toujours).

201501_Sri-Lanka58Visite de l’atelier de fabrication des bijoux, dans lequel les lapidaires et la sertisseuse bossent dans des conditions qui, sous nos latitudes, verraient rappliquer fissa les syndicats, saperlipopette de cadence infernale !

201501_Sri-Lanka59La pierre de Lune se caractérise par un insaisissable reflet bleuté (au cas où cela ne serait pas évident au vu de ces deux clichés).

201501_Sri-Lanka60Une visite incontournable à la boutique (ou personne n’achètera quoi que ce soit : ce n’était vraiment pas le bon groupe pour que l’hôtesse se fasse un peu de rond, ce jour-là), sous bonne garde. Il n’y a pas de photos de ladite garde : Michel M. n’avait pas envie d’avoir des ennuis avec la police sri-lankaise,ni de passer quelques heures dans une cellule de prison d’un pays qui promet la peine de mort pour le moindre gramme d’herbe ou de haschich trouvé sur soi ! Dernière photo, c’est (enfin) le retour au bercail.

Cette journée fut épuisante car bien remplie par des visites pas toutes indispensables, et toujours sous une température un tantinet trop chaude pour l’auteur, comme précédemment précisé dans l’un des derniers billets…

Les journées des 20 et 21 devraient faire l’objet d’une billet chacune, et avec tout plein de beaux couchers de soleil de mer et d’espace. Mais pour le moment, Michel M. va s’atteler à la préparation de ses bagages, car c’est en effet ce soir le départ : taxi vers 22 heures, pour un départ de nuit, le tout se terminant par un retour chez Elena A. aux alentours de 15h30, sous un petit 1° : ça c’est du changement radical, nom d’un Thermolactyl © !

201501_Sri-Lanka61Après l’effort, le réconfort, mais pas de chouille folle ce soir, celle de la veille est encore dans leur esprit aux hommes…

* Cette rivière a autant de nom que Michel M. de chemises.

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF