La Respiration est au rendez-vous (même sans pistes dévalées ce premier jour à la montagne pour cause d’arrivée tardive)

201503_Les_Karellis01La photo du départ (à l’image de ce qu’il s’est toujours fait du côté des SAR)

Après une route suivie absolument sans encombre (le déroulé de son existentielle vie est une cheminement si tranquilliste que Michel M. pourrait bien finir par en ressentir un léger agacement, s’il n’était pas au fait des vicissitudes d’icelle (l’existentielle vie) qui peuvent survenir à tout moment et flanquer par terre la sérénité ambiante), les trois voyageurs parviennent à leur destination. Les démarches habituelles accomplies (règlements divers des dus et autres recommandations – informations d’usage à la clef, sans omettre la location des divers matos, Marc V. étant toutefois venus là avec SON matériel de ski complet), c’est tout naturellement au bar qu’ils s’installent, désormais accompagnés des deux moscovites Oleg & Svetlana A.

201503_LesKarellis02Les lectrices et teurs ne seront guère surprises et pris d’apprendre que ces verre sont remplies d’une célèbrissime mousse dont raffolent les 2M en présence, Marc V. & Michel M. En revanche, les mêmes seront décontenancées par ce qui suit.

201503_LesKarellis03En effet, à peine Svetlana A. disparue dans la chambre, son mari propose une danse à Elena A., Michel M. étant bien incapable de sacrifier à ce genre de rituel, à moins d’être suffisamment pompette pour ne pas être inhibé par un bien fâcheux sens du ridicule en l’occurrence. Fâcheux en effet, car lui qui clame ne pas tenir compte du regard d’autrui, le voici qui avoue sans plus de façon que danser lui pèse singulièrement. Ceci dit, danser tout court l’ennuie un brin, qu’il y ait ou non des témoins, d’abord. C’est ainsi qu’Oleg A. enserre Elena A. et les propulse tous deux sur la piste (de danse, celles de skis ayant été empruntées le lendemain, mais ce sera l’objet d’une autre billet, hé hé hé) sous l’objectif du téléphotophone de l’auteur. La qualité des clichers n’est pas fameuse pur sûr, mais il est toutefois exposé cet évènement. À noter cette remarque éminemment flatteuse pour la brune Mie de Michel M. faites par Oleg A.  (mais malheureusement un tantinet déplaisante pour l’épouse du danseur), selon laquelle Elena A. avait un dos incroyablement musclé. Si si, cela ne s’invente pas. Seulement ce qu’Oleg ne sait (peut-être) pas, c’est qu’il n’y a pas que de là qu’elle est musclée la bougresse, pardi !

L’auteur fait bien évidemment allusion à l’esprit d’une rarissime clarté, à la remarquable personnalité de la susdite, qui est un cadeau fait à Michel M., véritable cerise sur le gâteau de son existentielle vie qu’en aucun cas il aurait pu espérer, qui plus est provenant d’une  femme, ce genre d’humains qui avait fini par ne plus faire partie de ses objectifs, mais oui mais oui.

Aussi, quand bien même sur ces clichés il semble que le danseur enlace de bien près sa cavalière, c’est en tout bien tout honneur que cette passe (de danse) se sera déroulée. La soirée se termine ainsi, prometteuse d’un séjour de toute beauté.

La suite un de ces jours…

Juste avant d’aller se préparer pour la journée du lendemain
et après trois petits Cognac de 2 centilitres (pas de quoi fouetter un moine lubrique),

201503_Les_Karellis02La Respiration selon Michel M. : caméra vissée sur le front, slip prometteur sur ses hanches, l’homme est fin prêt pour l’Aventure humaine sur ski, youpi.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF