Drastique gym, le retour, et autres considérations faites en période de vache maigre

Drastique gym

Alors que les mardisme et jeudisme sont toujours d’actualité (même si Michel M. n’y fait plus allusion sur le blog comme il y a quelques temps, les habitués du bouge seront ravis d’apprendre que Kévin M. vient toujours passer ses nuits de mardi à mercredi et de de jeudi à vendredi chez son géniteur), le mardi étant en l’occurrence toujours propice à des « sorties parisiennes » de type mousses au Café du Musée + diner à la Casa Germain,

201410_Nouveau_QG01par exemple (à ce propos, la pizzeria en question est bel et bien en train de devenir le nouveau QG de Marc V. et Michel M., cela en remplacement du « Sac à dos » qui est devenu un bar à vin branchouille (« Bobo » en langage moderne) mais pas du tout attirant pour les deux esthètes (ambiance extrêmement sombre et prix probablement prohibitif vu le quartier ; et quand bien même un certain Jean-Marie B., autrefois amuseur public invité par les médias, le fréquenterait-il que cela n’est pas un argument qui, jusqu’à présent tout au moins, aura motivé les deux hommes)), quand le jeudisme est réservé à l’ascétisme (des fruits comme unique sustentation du soir), la drastique gym était quant à elle tombée totalement à l’eau depuis que de la légionellose y avait été détectée dans celle des douches.

Il aura donc fallu un an pour que l’employeur de Michel M. vienne à bout de cette affaire, une année durant laquelle l’auteur, sans l’aide de personne, est parvenu à perdre plus ou moins 8 000 grammes (et cela durablement) : de quoi lui permettre d’être moins essoufflé lorsque les séances vont reprendre, c’est à dire dès mardi prochain ! Youpi. Accessoirement, peut-être que Marc V. qui travaille désormais dans le même bâtiment que l’auteur, et bien que subissant déjà Alain C. les samedi ou dimanche matins en tant que professeur de gymnastique dans le bois de Vincennes, se joindra à la mini équipe qui s’était précédemment constituée et qui était alors composée de trois femmes et d’un homme, outre Alain C.

Lors de la collecte pour le Donbass du vendredi 17 avril, Michel M. avait souhaité pouvoir revoir l’une des personnes qui semblaient être au fait de ce qui se déroulait là ou qui, tout du moins, avait donné l’impression à l’auteur de faire partie des organisateurs. Jean P., austère quinquagénaire franco-ukrainien, avait de son côté sympathisé avec Elena A. (et avec Michel M., mais pas de la même manière…) qu’il semblait tout particulièrement apprécier.

Souhaitant donc battre le fer quand il était encore chaud, l’auteur appela mardi dans la journée le susdit Jean P. Rendez-vous fut acté pour ce vendredi 24, dix-huit heures, à l’hôtel Marriott des Champs-Élysées (une idée de Jean P., car ce n’est évidemment pas le genre d’endroit que fréquente l’auteur, pardi !). La ponctualité étant un signe de respect, Michel M. était à 18h05 dans le salon du luxueux établissement. Bien entendu, son interlocuteur était déjà assis dans un canapé. Elena A. les y rejoignit quelques dix minutes plus tard.201504_MarriottHélas, il s’avéra très rapidement aux yeux de Michel M. et d’Elena A. que cette personne n’était ni la bonne pour leur permettre de filer ce coup de main aux ukrainiens victimes de la guerre, ni intéressante tout court. En effet, malgré un cursus long comme un Séquoia sempervirens ; malgré la pratique courante du chinois et du russe ; malgré une appartenance évidente à la société dite du « beau monde » (jusqu’à la fréquentation de l’ambassadeur de Chine en France, mazette !), il était évident que le personnage naviguait bien au-delà de la simple collecte de fringues pour les nécessiteux.
En outre, ce qui mouvait le plus Jean P. n’est autre que la nouvelle route de la soie telle que ré-initiée par la Chine (voir ici, ou , par exemple). Il en sait là-dessus comme peut en savoir celui qui fréquentent ceux qui sont à la base d’un tel projet, capable de changer la face du monde. Aussi, quand bien même ce pharaonique projet est-il stimulant et fait-il partie des évènements majeures de ce début d’année (et même de siècle), il n’a aucun rapport avec la raison pour laquelle ces trois-ci s’étaient réunis.

En court : Jean P. est bien plus proche de la Chine que de la Russie, et c’est pas de bol car ni Elena A. ni Michel M. ne sont plus que cela attirés par ce pays et sa culture.

Pour la petite histoire et comme un « en outre » bis, l’auteur tient à souligner qu’il n’y eut pas là de quoi l’impressionner ni lui ni non plus Elena A., tous deux ayant pigé depuis belle lurette que la valeur d’un individu n’est pas proportionnelle à son niveau d’études ni à ses fréquentations, mais uniquement à sa nature d’être humain. En l’occurrence, ce Jean P. s’était montré un tantinet trop intéressé par Elena A. pour être honnête. Qui plus est lorsque l’on se présente comme étant marié à une Chinoise depuis près de vingt années, a priori heureux, mais que l’on n’est très probablement pas à une aventure près… Le genre de comportement que Michel M. désapprouve (et sa brune mie itou), quand bien même les deux partenaires du couple seraient au fait de l’adultère, plus ou moins régulièrement consommé. Bref, fausse route avec Jean P. en ce qui concerne l’humanitaire.

Il resterait bien la piste de « Joé » (vu et entendu dans la vidéo de la soirée de soutien au Donbass), qui est directeur technique d’un dojo parisien en susss de pousser la chansonnette. Mais, pour le coup, ce qui a  intéressé Elena A., c’est que cette personne ait été instructeur des forces spéciales russes (Spetsnaz) dans le domaine du combat : idéal pour se (re)mettre à un art martial selon Elena A., mais pas du tout pour Michel M., qui a déjà lui aussi fréquenté à plusieurs reprises de tels endroits dans sa « jeunesse » banlieusarde, et qui ne se voit pas du tout s’y recoller, bon sang ! La drastique gym lui suffit amplement, saperlipopette de bonne suée (à venir) ! Reste plus qu’à Elena A. à prendre contact avec cet homme : l’envie (fugace ou tenace ?) de pratiquer un art martial dépassera-t-elle le simple fantasme / caprice ?

En ce qui le concerne, Michel M. va donc poursuivre pour le moment son prosélytisme re-informatif auquel il s’adonne depuis plus de six mois dorénavant auprès de ses relations proches, notamment en réalisant de-ci, de-là, une « revue de presse » PDF / papier dans laquelle il agrège certains des articles qu’il a trouvés sur ses différents sites alternatifs, à défaut d’un investissement réel dans une œuvre caritative (dont, parfois, les tenants et aboutissants ne sont pas aussi dénués d’intérêt, quand icelles ne sont pas carrément espionnées par la plus grande démocratie du monde).

À bientôt.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les apparentements terribles, ou l’extension du domaine du ras-le-bol (interlude)

201504_Extension-du-domaine-du-ras-le-bol2Depuis hier en fin de journée, Michel M. est entré dans une nouvelle phase de crispation vis à vis des dirigeants de cette partie du Monde (dit) libre dans laquelle il demeure. Et comme il vénère la liberté d’expression autant que son zinc l’alcoolo, il expose désormais ce joli apparentement dans son bureau (saisissante, la remarque que les visiteurs ne manqueront pas de se faire en comparant l’envergure des deux hommes, n’est-ce pas ?),

201504_Extension-du-domaine-du-ras-le-bol1en sussss du mouton déjà apposé juste à l’entrée d’icelui depuis le mois de janvier de cette année, ce « montage » qui amène à sa réflexion un abîme de perplexité quant à l’évolution du monde « moderne », et de ses hommes (des minus habens dorénavant) qui s’y sont donnés corps et âme comme autant d’ardents et zélés collaborateurs auprès de leurs maîtres.

Voilà, et c’est tout pour aujourd’hui.

BoNjOuR ChEz VoUs, là-dedans !

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

En Michel M., l’action succédera-t-elle à la logorrhée ? Suivi de : pique-nique à Saint-Cloud

201504_Soutien_Donbass00Ce vendredi 17 avril 2015 au soir, Elena A. et Michel M. se sont rendus à l’appel lancé par l’organisation non gouvernementale « Collectif citoyen pour la paix en Ukraine », après avoir lu ce billet du Saker francophone.

L’auteur et Elena A. se sont donc « débarrassés » de vêtements qu’ils savaient ne plus porter. Bien évidemment, ce tri fut fait avec tout le respect dû à ces pauvres gens qui subissent depuis une année désormais, une véritable guerre quand, en Europe de l’Ouest, on continue de ne causer que de troupes russes invasives et autres méfaits poutinien. Une propagande qui finira peut-être (l’auteur en doute fort ceci dit) par filer la honte à tous ces vassaux états-uniens qui obtempèrent aux ordres de Washington : les fringues données étaient en bon état, non tachées ni trouées. Quand Michel M. voit ce qui est proposé à la vente dans les brocantes de quartier, pour sûr que leurs habits à sa brune mie et à lui étaient dignes de figurer sur les cintres ou les étals de magasins, nom d’un chien !

201504_Soutien_Donbass03Arrivés (très tardivement) aux alentours de 20 heures et des poussières (un vendredi soir à 17h, il est difficile de s’y rendre quand on bosse, même en travaillant à Paris) à l’Atalante, mini-salle de spectacle attenante au Théâtre de l’Atelier, une petite foule était présente. Avec son sac en plastique pour l’auteur, avec son charriot à commissions (Caddy ®) pour Elena A., le duo était tellement parfait qu’il fut filmé par l’équipe de deux gars (un journaliste et son caméraman) présente là (à l’instar de ce qui leur était arrivé à Rome, lorsque le Pape Benoît XVI venait juste de démissionner) présente. Michel M. dut expliquer la raison de sa venue ici. Persuadé de s’être emmêlé les pinceaux, sa brune muse rassura son homme : « C’était bien jusqu’à ce que tu évoques Poutine… », c’est à dire à la fin de son « intervention » : pas sûr que sa prestation soit toutefois diffusée, Ah ! Ah ! Ah !

201504_Soutien_Donbass02Michel M., toujours aussi extraverti, n’hésita pas à serrer sa pogne à Olivier Saladin qui prenait le frais avant sa représentation. L’auteur lui expliqua la raison de la présence de cette petite foule qui n’allait pas le voir sur scène, lui l’émérite artiste (l’auteur déconne, là) : l’acteur sembla éviter d’aborder le sujet de l’Ukraine et tout ça, comme s’il se tenait à l’écart d’un sujet aussi problématique. Mais il est fort probable qu’il était alors plutôt victime du trac que d’autre chose !

201504_Soutien_Donbass04Quelques victuailles étaient proposées : Michel M. connait très bien cette nourriture ukraino-russe depuis qu’il a rencontré sa mie. Quelques « shots » de Vodka (russe) lui furent en susss proposés (ainsi que promptement avalés) : en effet, cet alcool n’effraye pas plus Michel M. que le Rhum agricole. À ce propos, et la réflexion vient de naître en lui, il est peut-être symptomatique qu’il ne puisse plus avaler de Whisky depuis une bonne dizaine d’années : peut-être les méfaits US dans le Monde, quand bien même ne lui étaient-ils pas clairement apparus alors, l’ont fait détester cette boisson qui le rendait à l’époque systématiquement agressif (il s’est avéré, depuis, que le Rhum pouvait avoir le même effet, mais bon).

201504_Soutien_Donbass01Mais c’est avec Vitali que les « choses sérieuses » commencèrent. L’explication de pourquoi cette collecte, de pourquoi ce collectif de soutien, fut donnée à l’auteur. Cette organisation, « le Collectif citoyen pour la paix » en Ukraine est a-politique. De plus, alors que Vitali développait le « concept », celui-ci apparut clairement comme d’inspiration chrétienne à l’auteur (Michel M. ne sait pas où il est allé chercher cela, mais c’était en effet le cas). Il en fit la remarque à son interlocuteur qui répondit qu’il était protestant. Ainsi, le but de cette aide est de ne pas poser de question sur les victimes à soutenir. Être ni pour ni contre, juste là pour aider les victimes civiles de ce conflit européen. Une sale guerre que l’Union-européenne refuse toujours de voir en tant que tel, préférant (et avec quelle couardise !!!) accuser les Russe de pousser à l’insurrection des populations de l’Est quand, et cela a fini par se savoir (voire été avoué par eux-mêmes), ce sont bel et bien les USA qui ont tout instigué. Voici donc une action purement humanitaire, clairement définie et décrite par Vitali : il n’en fallait pas plus pour plaire à l’auteur et à sa brune muse et mie.

Michel M. ayant croisé d’autres « notables » de l’association ce soir-là, cette rencontre est probablement le début d’un changement de paradigme (toute proportion gardée) dans le michèlémisme, tout du moins dans sa partie géo-politicienne. Explication : l’existentielle vie de Michel M. passerait ainsi du simple prosélytisme ré-informatif à la participation active dans un soutien à une population martyrisée par des crimes de guerre et contre l’humanité (bombes exclusivement destinées aux villes sans forces armées intra-muros, exactions de groupes de (néo)nazis dont les activités n’ont pas changé depuis leur première apparition sur terre : ne pas participer aux combats en tant que tel, mais s’en prendre aux civils désarmés que l’on torture, mutile, viole puis balance dans des fosses une fois executés… Non, rien n’a changé en effet).

Des cartes de visite se sont échangées : la balle est désormais dans le camp de Michel M. et d’Elena A. (qui est au moins aussi enthousiaste que son homme afin d’aller plus encore dans cette veine humanitaire !). Les suites données à cette affaire seront narrées ici-même. En attendant, voici une vidéo de sept minutes et dix-sept secondes de l’évènement.

Pique-nique à Saint-Cloud
Pour les 82 ans d’Oleg A., Arthur A. s’est pointé de Londres (pour à peine 24 heures !) ce samedi matin 18 avril chez ses grands-parents. L’occasion pour ce petit monde de se réunir dans le cadre d’un déjeuner sur l’herbe dans le parc de Saint-Cloud.

 Oleg A., géniteur de sa brune fille
et mie de Michel M.,

201504_Pique-nique_Saint-Cloudainsi que sacrément drôle de bonhomme.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les douches : le retour, suivi d’une rencontre prometteuse ce vendredi 17 avril

Les douches
Au mois d’avril 2014 était détectée la présence de légionellose dans les douches utilisés par les Sportifs de la Cave (SC), un groupe de dangereux subversifs qui se piquent de pouvoir faire un peu de sport -de la drastique gym- sur le lieu de travail et mené par Senseï Alain C., entouré de demi-douzaine de petits scarabées en mal de souffrance morale, suite à une déformation corporelle jugée allant au-delà du raisonnable.

Une année plus tard, et quasiment jour pour jour, icelles viennent d’être déclarées salubres et bonnes à l’usage. Une inspection a donc été diligentée hier, mardi 15 avril 2015, par senseï Alain C. et les deux petits scarabées Marc V. et Michel M.

201504_Les_douches1 Le lieu est certes un tantinet spartiate, mais à l’instar d’un dortoir, ces douches n’ont pas à ressembler à celle d’un palace 6 étoiles pour être fonctionnelles, pardi !

201504_Les_douches2Marc V., dont l’arrivée nouvelle en tant que « responsable » du service courrier semble se dérouler si parfaitement que rien n’a changé dans le rythme de vie des employés qui y travaillent (ce qui, tout à fait  accessoirement, correspond à ce que demandaient ces braves gens), mais qui ne faisait pas partie des disciples de senseï Alain C. du temps de ses cours de drastique-gym, teste l’état de son potentiel physique : qui sait s’il ne s’agrégera-t-il pas dans la troupe, lui qui pratique déjà quelques activités sportives dans le bois de Vincennes en compagnie d’Alain C. les samedis et / ou dimanches matins (quand il en a le temps, bien entendu) ?

201504_Les_douches3Trois, elles sont donc trois douches, à nouveau prêtes à accueillir ces corps nus, luisants de transpiration et fourbus par une heure d’intenses travail musculaire.

Gageons que ces séances reprendront au plus vite. Les plus assidus parmi les lectrices et teurs se souviendront que de deux séances / semaine, Michel M. avait souhaité qu’une autre soit ouverte pour lui seul le jeudi : aura-t-il gardé cet ardent désir de souffrir, lui qui a vaincu son embonpoint en l’espace de sept mois et qui, indubitable preuve de ses détermination et volonté, a pérennisé cette perte franche de plus ou moins huit mille grammes puisque à ce jour, son poids oscille toujours entre 75,5 et 74,8 kg (il était tout de même allez jusqu’à tutoyer les 84 kilogrammes fin avril 2014 !).

Ne reste plus à tout ce petit monde qu’à reprendre le chemin de cette souffrance physique qui libère tellement l’âme tant elle est le signe d’une préoccupation de l’état de son métabolisme (et des graisses qui s’y baladent).

À suivre, fondamentalement.

Une rencontre prometteuse
Lu hier dans le Saker francophone ce court billet :

« Solidarité avec le Donbass : à vot’ bon coeur, m’sieurs dames
Face au réel qui cogne, et tue, le Saker Francophone vous relaie.
Collectif citoyen pour la paix en Ukraine :
Russie_Ukraine_Dialogue@yahoo.fr – 06.34.58.18.62

Bonjour, nous vous invitons à notre événement caritatif et solidaire avec les populations civiles victimes de la guerre en Ukraine qui aura lieu le 17 avril. Au programme: collecte de vêtements, médicaments, jouets, produits alimentaires, table ronde sur les perspectives de la sortie de la crise, compte-rendu sur les livraisons précédentes. Il y aura également une table franco-russo-ukrainienne et un concert. Venez nombreux, nous serons très contents de vous voir. Il y aura un camion où on pourra charger directement vos colis (vous pouvez aussi amener ou nous envoyer des adresses pour leur envoi, par ex., un orphelinat, une école, une maison de retraite, une famille nécessitant de l’aide etc.). Théâtre de l’Atalante, 10, place Charles Dullin (18e), métro Abbesses (ligne 12) Anvers (ligne 2). Nous commençons à 17h00, le concert commencera à 20h30.
A bientôt !

Le Saker Francophone »

Elena A. et Michel M. y seront, bien évidemment. Ce sera l’occasion de rencontrer des personnes probablement un tantinet plus fiables quant à la valeur de leurs informations relatives à ce qui se déroule là-bas depuis plus d’un an désormais !

En attendant un voyage de « tous les dangers » cet été ? Mais Michel M. n’en révèle pas plus pour le moment, en dehors du fait que ses amis Oleg A. & Svetlana P. sont invités « officiellement » par la sœur américaine de l’auteur, Christine M., à venir se faire des BBQ dans sa maison de Colombus, Ohio.
En simultané, Marc V. (ainsi qu’Elena A & Michel M., bien évidemment) a été à son tour officiellement invité à se rendre à Moscou cet été, et à demeurer chez le couple de Russes avec lequel il a fortement sympathisé suite au séjour respirationniste de la fin du mois de mars. En outre, une escapade est envisagée dans une région russe récemment revenu dans le giron de la fédération…

De quoi se préparer à de nouvelles trépidantes aventures, mais de dimension historique cette fois et peut-être : il suffit d’imaginer que la monstrueuse et pitoyable guerre OTAN – U-E – Ukraine contre la Russie prenne son envol, et voilà les trois français coincés en une contrée étrangère…

Ho ! Là ! Là ! Que tout ceci est propice à palpitance, bon sang de fichtre !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF