du 12 au 14 mai, quintessence d’un sans intérêt de première (ou « La vie de tous les jours »)

Mardi 12 : le camion rigolo
201505_Camion_rigolo
Terrasse du Café du Musée (journée la plus chaude de la semaine et de ce début de mois de mai, avec un plaisant 25° centigrade à l’ombre), les trois mardo-jeudistes sont réunis pour la soirée. En effet, Kévin M., Marc V. et Michel M. sirotent leurs mousses en débinant les piétonnes et autres thons qui circulent sur le trottoir, lorsque s’en vient à passer ce camion rigolo devant leurs yeux pas encore vitreux. Sachant sa besace à anecdotes aussi vide que le sont de pensées altruistes les sinistres cerveaux des serviles président et premier ministre de la France (mais pas qu’eux), l’auteur s’empresse de saisir son téléphone et l’instant afin d’avoir du grain à moudre pour son blog. Mais l’humour véhiculé par ce petit camion peut très bien plaire à Michel M. quand d’aucunes et d’aucuns parmi ses lectrices et teurs le considéreront comme étant parfaitement crétin, voire machiste.

Hé bien qu’icelles et qu’iceux sachent que l’auteur ne les en félicitera pas. Pourquoi ne pas apprécier un tel trait d’esprit dans une époque ou le défaitisme, la trouille et la courbure d’échine sont des sports nationaux ; dans une civilisation qui en est venue à donner au pognon la place suprême dans les rapports entre individus, alors que l’argent n’est même plus adossé à un étalon-or, et qu’il donc devenu de la  monnaie de singe (au moins, au bon vieux temps du Veau d’Or, c’était le métal précieux qui était vénéré, pas du papyrus pardi !) ; dans un temps qui voit le matérialisme triompher par son extension la plus triviale, le consumérisme, alors qu’en simultané, de moins en moins de personnes peuvent acquérir ce qui est partout vanté ? Hé bien que le cosmos universel dans son ensemble tout entier en général apprenne qu’en ce mois de mai 2015, Michel M. estime que l’humour affiché par ce véhicule devrait faire rigoler (ou sourire tout du moins) un maximum de personnes. Et c’est à prendre ou à laisser.

Mercredi 13 : le druide du 7ème passe par la case Michel M.
201505_AGM_en_formeAdrien G-M. a visité l’auteur à son bureau : il est en pleine forme. Voici un bonus pour les « orphelins » du veux piliticard :

201505_AGM-de-passageToujours mu par une grande conscience politique (ainsi qu’un goût prononcé pour les buffets proposés lors des pince-fesses que ces gens organisent entre eux), Adrien G-M. continue de trimballer sa valise pleine de papier : à force de s’être retrouvés à maintes reprises avec un tel contenu, les braves gars courageux qui lui ont régulièrement volé les précédentes se soient lassés…

Récemment opéré de la cataracte et suivi de près par une équipe médicale, le briscard du radical-socialisme (« Ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent« ) semble immortel et déplace toujours autant d’air.

201505_AGM-de-passage2En revanche, et c’est à porter à son crédit (lui qui s’était montré si débiteur à l’endroit de son hôte de 6 mois), il a enfin offert à Marc V. le livre sur Bourvil qu’il lui avait promis depuis deux années environ : mieux vaut tard que jamais.

Mercredi 13 : extension du domaine du ras-le-bol (ter)
201505_Extension-du-domaine-du-ras-le-bol4Initialement exposées à l’intérieur de son bureau, les citations des grands-hommes choisies par Michel M. afin d’exprimer à ses visiteurs la façon dont il conçoit ce qu’est devenue la civilisation occidentale, se trouvent désormais affichées à l’extérieure. Deux thématiques s’en dégagent, mais elles évolueront sans nul doute : le fascisme, qu’il est vraiment devenu difficile de ne pas percevoir dans chaque nouvelle loi pondue par les gouvernements européens, puis son corollaire, la servilité des peuples qui les acceptent (les lois liberticides) sans moufter ou, mieux encore, qui en redemande à ce qu’il parait… Et pour illustrer cette symbiose entre les deux tenants et leur aboutissant, un petit nouveau dans la galerie : Benjamin F.

Jeudi 14 : aloe, quoi !
201505_Aloe_quoiUne plante qui a été donnée à Michel M. par la femme de son ex responsable de service Patrick S., (autrefois vu sur le blog des SAR), tous deux partant à la retraite, a finalement atterri chez Elena A., qui avait tout plein de choses à faire pour sa santé avec cette belle Aloe vera. Il faut dire que lorsque l’on lit le cursus de la représentante de la famille des Aloeaceaes, on est en droit de s’étonner qu’à part la publicité pour des savons de bain liquides et des crèmes pour la peau des femmes vieillissantes, cette plante ne soit pas plus renommée que cela (à moinsss que ça ne soit à dessein que tout ceci soit tu par risque de faire de l’ombre à Big Pharma : attention, le complotisme montre le bout de son doigt levé). Toujours est-il qu’Elena A. a coupé l’une des feuilles les plus anciennes, en a fait des tranches puis a broyé le tout afin d’en faire un jus verdâtre et épais qu’elle boira le soir pour se faire du bien au corps.

201505_Aloe_jusCela n’étonnera guère les plus raffinées parmi les habitués du bouges d’apprendre que cette mixture, qui évoque bien plus une mare à têtards (après trois bonnes heures au réfrigérateur, les bulles n’ont toujours pas disparu !) qu’une saine médication naturelle et tout ça, et qui ne dit absolument rien à Michel M. Et puis de toute manière, puisque « tout bien portant est un malade qui s’ignore », il ne va pas prendre des trucs aussi peu ragoûtant mais qui font du bien là où ça fait mal qu’icelui, puisque tout va bien, HE !

201505_Les_onctueuxEn revanche, ces deux onctueux-ci (« Smoothies » en étranger) lui paraissent bien plus appétissants, saperlipopette de sacrebleu ! Appétissants et sans alcool : il est loin le temps des rhum-oranges que Michel M. s’envoyait plus souvent qu’à son tour…

Voilà pour cette suite de banalités auprès desquelles les anodineries de Richard Brautigan semblent être des pensums à haute teneur philosophique.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF