Ah ! Ce cher bourg*, 1ère partie

201506_Cherbourg01

Pour leur arrivée, le climat cherbourgeois-Octevillais s’était mis sur son 21, comme en témoigne cette vue. Mais cela n’aura duré qu’une journée : le lendemain, samedi 20 juin, la grisaille était revenue (à constater dans le billet suivant).

201506_Cherbourg02Mais, que Michel M. commence donc par le début et, notamment, par cette vue du ravissant petit hôtel deux * qu’il a réservé pour trois nuitées, et celle de la non moins resplendissante Elena A. Idéalement placé avec vu (lointaine, très lointaine) de la mer,

201506_Cherbourg04face au port de plaisance…

201506_Cherbourg03…ainsi qu’à toute proximité d’un bassin de réparation de bateau (en l’occurrence en cale sèche), le séjour s’annonce sous les meilleurs auspices pour ces deux-là ci-dessous. Et, à la moitié du séjour, quand bien même les 17° de ce samedi auront un tantinet refroidi leur enthousiasme, il y a des visites qui vont se faire dimanche qui affirmeront ou infirmeront cette première impression (toutefois singulièrement noircie par ces (très) nombreux commerces fermés, ce qui rappela Athènes à l’auteur, les lecteurs du blog se souviennent peut-être des nombreux clichés de boutiques fermée, scélérate crise mondialement organisée oblige).

201506_Cherbourg07Une visite attentive à la plus grande rade artificielle du monde, puis c’est la ville qu’ils commencent à pénétrer. Après quelques sombres rencontres (tous ces commerces fermés) et, pour le coup, une impression mitigée sur la ville elle-même (malgré le ciel et la température quasi caniculaire pour le coin (22° !), l’arrêt mousse devient obligatoire !

201506_Cherbourg06Le Wi-Fi étant digne de celui rencontré au Sri Lanka (il utilise présentement le téléphone de sa brune mie comme modem), Michel M. arrête ici la narration du premier jour en Cherbourg, première partie. Ne sachant pas quand il pourra réitérer l’opération, il invite ses addicts à mater le blog de temps à autres (comme ils le font déjà depuis bientôt cinq années, en fait).

À suivre.

201506_Cherbourg06b* Ce serait exclamé la reine Elizabeth 1ère d’Angleterre en revenant à Cherbourg. Enfin, telle est l’anecdote de la serveuse du bar dans lequel Elena A. et Michel M. se sont déjà rendus à deux reprises : vendredi pour une mousse et plus, face au soleil et merveilleux instant de bien être, comme indiqué dans le billet, et ce samedi bien frisquet, en intérieur et pour un café, après une longue journée d’intense promenade.

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire