BBQ à Herblay : où en sommes-t-ils ? En fin de billet, histoire de ne pas (s’)imposer, ré-information n°5

État des lieux météorologiques à 19h45 en ce samedi 17 juillet 2015

201507_Météo-BBQNi bien folichon, ni franchement mauvais mais, en revanche, franchement indécis : pluie ou pas sur les saucisses ? Bin heu, quoi qu’il en soit le rituel barbeculiste se fera dans une douce atmosphère, puisque la dominante est Sud-Sud-Ouest est continuelle depuis la fin juin, mises à part deux ou trois interventions nordiques histoire de chasser un orage qui menacerait trop, mais sans plus. C’est à dire que grâce à ces « descentes d’air frais », on passe ponctuellement de 34° centigrades à 27°, le temps d’une journée et demi, et puis la poussée sudiste reprend le dessus. « De quoi se plaint-on ici ? » sont en droit de vitupérer les silencieux emmerdeurs du bouge. « Un BBQ sous la flotte, c’est le chaos assuré les gars. Avec, en susss, un « souillage » assuré de la maison hôte, palsambleu de saperlipopette ! » leur répond derechef ainsi qu’aussi silencieusement, Michel M.

Exemple ci-dessous des faits ci-dessus relatés

201507_Météo-BBQ2Le 16 juillet 2015 à 21h37, voici ce qui était en train de se produire sur Paris XVIIIème. Après une journée parmi les plus chaudes de l’été (juillet 2015 est à ce jour, samedi 17, remarquable), les cumulo-nimbus venus du Sud, mais qui ne rencontrent pas assez d’humidité au Nord de la Loire pour suffisamment s’alimenter et finir en trombes, se décomposent en cyrus. En simultanée, le vent se lève : chaud au soir du fait de l’air ambiant, il aura permis aux températures de perdre près de 10° le lendemain matin. Manque de bol, ce coup de frais aura disparu dès le soir.

Ainsi en est-il de ce début d’été 2015 (qui est dans la normalité selon le « cahier des charges »). S’en plaindre, c’est faire preuve d’inconstance, de charlisme même, tellement cette appellation se prête à tous les travers(tissements) du fait de la manipulation dont le concept est issu.

Ite, missa est.
__________________________________________________________________________

Ré-information n°5

Les BRICS/OCS sèment la panique dans la basse-cour de l’exceptionnalisme
En réunissant les BRICS, l’OCS et les dirigeants de l’Union eurasienne en un seul lieu à Oufa, chez elle, la Russie a envoyé un message géographique annonçant  l’émergence d’une Eurasie coordonnée avançant vers un ordre mondial non dicté par l’ouest

Par Pepe Escobar – Le 14 juillet 2015 – Source Russia Insider

Pendant que l’Europe, ravagée par l’austérité, regarde ses institutions antidémocratiques aux prises avec la tragédie grecque, et que les États-Unis font marche arrière sur un accord nucléaire correct avec l’Iran [finalement signé depuis la parution de cet article, NdT], les plaques tectoniques géopolitiques sont en train de dériver dans l’Oural.

Pouvez-vous imaginer un monde multipolaire rudimentaire? Eh bien, il suffit de regarder ici la déclaration BRICS 2015 Ufa. L’UE est à peine en vedette dans la déclaration BRICS et non par accident.

Oubliez le nouveau G7 (G8-1) mort-né. Ce sommet conjoint BRICS / OCS est la grande affaire de 2015. Le coup de maître diplomatique de la Russie a été de fusionner deux sommets – BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) – avec une troisième organisation informelle, l’Union économique eurasienne (EEU).

Après tout, les dirigeants présents à Oufa sont membres d’au moins une de ces organisations. Mais le point décisif est que la réunion du BRICS, de l’OCS et de l’EEU en un seul endroit est un coup de poing géographique montrant l’émergence d’une approche coordonnée, à l’échelle de l’Eurasie, et pour certains aspects à l’échelle mondiale, conduisant vers un ordre mondial plus équitable qui ne sera pas soumis à la dictature des exceptionnalistes.

Conséquence… Voici le message de l’Empire du Chaos, à peine voilé, dirigé vers Rouhani et son ministre des Affaires étrangères Zarif: l’Iran sera puni pour sa trop grande proximité de Moscou. Le président Rouhani a rencontré le président Poutine à Oufa pour discuter d’un grand nombre de sujets. Le plus important étant l’acceptation par l’Iran de l’adhésion à l’OCS, en supposant qu’il existe un accord à Vienne et après que les sanctions de l’ONU sont levées.

Juste au bon moment, et pas non plus par hasard, le président américain Barack Obama a publié un ordre de marche au secrétaire d’État John Kerry lui  demandant de revenir en arrière sur des points que l’ensemble du corps diplomatique de l’Iran et du P5+1  avaient déjà considéré comme acquis – c’est ce que m’a confirmé, à Vienne, un négociateur iranien.

Avoir une stratégie, ça aide

Seule la Russie est membre des trois organisations – BRICS, SCO et EEU. La Russie et la Chine sont les principaux membres de deux d’entre elles – BRICS et SCO. L’EEU entraînée par la Russie est lentement mais sûrement en cours de fusion avec les Nouvelles routes de la soie, pilotées par la Chine. Le cadre structurel capital est le partenariat stratégique de plus en plus solide entre la Russie et la Chine.

Alors que le Pentagone reste égocentré sur sa doctrine de Full Spectrum Dominance[supériorité dans tous les domaines,NdT] concoctée en 2002, la Russie et la Chine contre-attaquent avec une coopération dans le spectre complet de la politique, de l’économie, des finances, de la diplomatie et de la défense.

La fin de partie – qui sera le sommet du Nouveau Grand Jeu en cours en Eurasie – est une nouvelle structure géopolitique mondiale ancrée sur l’intégration eurasienne. D’où l’importance de l’Iran : peu importe ce qui se passe à Vienne, l’Iran est une plate-forme vitale de distribution en Eurasie.

La route a été longue pour l’OCS. Je me souviens quand les Eurocrétins-bureaucrates, il y a quelques années seulement, l’ont rejetée comme un simple salon où l’on cause. Ce qui a commencé comme un forum de sécurité, pour intégrer les stans d’Asie centrale, afin de les protéger du terrorisme et de l’extrémisme, a évolué vers une organisation économico-politique sérieuse.

Alors maintenant, l’OCS commence à s’ajouter aux BRICS, et à s’appuyer sur eux pour l’expansion de la coopération économique, qui dispose déjà de deux piliers essentiels : l’Asie Infrastructure Investment Bank (AIIB) et la Nouvelle banque de développement (NDB). Quant à l’EEU, elle est également indirectement liée à la Chine, dans le cadre du partenariat stratégique Russie-Chine.

Tout cela va se traduire dans les prochaines années par un labyrinthe complexe de réseaux économiques et commerciaux traversant l’Eurasie. Appelez cela la feuille de route principale de la myriade de Nouvelles Routes de la Soie.

Plus Vite, l’Otan ! Déterrez la hache de guerre !

Voici juste un échantillon de ce qui a été décidé à Oufa : Poutine et le président chinois Xi Jinping ont activement discuté, face-à-face, des liaisons de la Nouvelle Route de la Soie. L’Inde va devenir un membre à part entière de l’OCS l’année prochaine ; le ministre russe des Finances Anton Siluanov a été nommé président de la Nouvelle banque de développement des BRICS (NDB), qui financera des projets d’infrastructure, non seulement dans les cinq pays des BRICS, mais dans d’autres pays en développement. Et tout ceci repose sur leurs propres devises, en contournant le dollar américain.

La NDB a le potentiel d’accumuler $400 Mds de capital, selon le chef de la banque KV Kamath. Le capital de départ est de $100 Mds.

Les échanges [swaps] de devises seront l’outil. Il s’applique déjà à la Russie et à la Chine pour le commerce des contrats à terme, et Poutine a jugé son expansion à d’autres nations comme intéressante.

Une stratégie de partenariat économique des BRICS a été élaborée qui «touche à la responsabilité de différents ministres et nécessite une coordination de haut niveau», selon le ministre du Développement économique de la Russie Aleksey Ulyukaev, ce qui signifie, en substance, rendre plus facile le commerce entre les nations des BRICS.

Tant la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) que la NDB ont leur siège social en Chine. Cependant, ces banques ne seront pas en compétition les unes avec les autres ; elles vont se compléter mutuellement.

Le Fonds d’investissement direct de la Russie (RDIF) a signé un protocole d’entente avec les autres pays des BRICS. De manière significative, le Fonds pour la Route de la soie de la Chine et l’IDFC (Infrastructure Development Finance Company) de l’Inde sont des partenaires clés.

La Russie va lever les restrictions pour les banques chinoises travaillant en Russie, et accélérer les investissement de Pékin dans tous les secteurs de l’économie russe.

La Russie a proposé une feuille de route pour la coopération dans les investissements. Fondamentalement, selon Poutine, cela inclut la possibilité d’une association dans le secteur de l’énergie, ainsi que la création d’un centre de recherche international sur l’énergie.

Le thème de l’énergie nous ramène à la Grèce. Le pipeline turc de la Russie, Turkish Stream, sera relié à la Grèce, encore une autre contre-attaque diplomatique, dans le domaine de l’énergie, après que l’UE a marqué un but proverbial contre son camp en bloquant le South Stream.

Pas étonnant que tout cela suscite la panique dans les rangs des exceptionnalistes. Que faire si le flirt avec Moscou de Syriza devient un changement stratégique, provoquant ainsi le délitement du flanc oriental de l’Otan?

Peu importe que la Russie veuille une UE forte – et l’UE ne sera pas forte sans la Grèce, a souligné à Oufa le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov.

Alors qu’est-ce que l’Otan propose pour convaincre quiconque dans toute l’Eurasie de s’éloigner de l’activité politico-économique frénétique des BRICS, äOCS et EEU? Rien de moins que l’obsession de repenser la stratégie. En d’autres termes, les scénarios secrets détaillés pour une guerre sur le sol européen.

Voilà tout ce qu’il faut savoir sur qui veut quoi dans le nouvel ordre géopolitique émergent.

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone
__________________________________________________________________________

Michèlémien bonus
Son intérieur (enfin, le salon de son petit trois-pièces-cuisine parigot), alors que la canicule (selon ses critères organiques) fait rage.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Les temps sont durs et il fait chaud : chacun s’en prémunit comme il le peut

201507_14_juillet01Un chouïa affligeant, n’est-ce pas, ces personnes qui ne souhaitent pas être vues sur michelm.fr ? Ainsi en-est-il de Tatiana T., déjà rencontrée à deux reprises ici-même, notamment lors de la soirée opéra du château de Versailles du début de ce mois de juillet, et avec laquelle Elena A. & son homme ont passé la journée du 14 juillet 2015.

Qu’importe, elle a été prise par Michel M. (en photo bien sûr, faut-il le préciser ?) et va ci-dessous figurer dans le billet, floutée si besoin est mais pas plus.

201507_14_juillet02Tatiana T. ne pratique aucune activité sportive (digne de ce nom tout du moins). Aussi fut-elle très rapidement surclassée par Elena A. et Michel M., tous deux habitués à la redoutable montée de l’avenue de Verdun, désormais doublée par un tram sur pneu (donc incompatible avec les autres trams qui, lentement mais sûrement, finiront par enserrer Paris dans leur étreinte, refaisant en cela ce qui existait au siècle dernier et que l’on appelait la « Petite ceinture » : faire, défaire et refaire est indubitablement l’une des particularités de la nature humaine et, par extension, de la civilisation qu’elle a fait naître). En revanche, et cela se vérifiera tout au long de la journée, pas une plainte, pas un mot d’humeur de sa part ne viendront ternir le tranquillisme qui règnera donc en maître sur ces trois-là.

201507_14_juillet03Après cette longue montée, la libération ne tarde pas (trop) à venir pour Tatiana T. Quelques centaines de mètres de plat puis c’est l’entré dans le parc forestier de Clamart. Les trois promeneurs du 14 juillet vont descendre jusqu’à l’étang de la Garenne afin de s’y sustenter un coup, style-genre et façon pique-nique sur le pouce : seul met présent, une pastèque et pas une goutte d’alcool (les temps sont durs mais il est inutile de l’alourdir, pardi !).

Comme visible ci-dessus le ciel est changeant, et c’est une chance : à chaque apparition du soleil, c’est la calcination assuré pour qui veut se la jouer rissolette d’homme, Ah ! Ah ! Ah !

Ce qui ne dérange en revanche en rien les abeilles qui viennent là s’encanailler avec un tas de vase…

201507_14_juillet04Les lilliputiens quittent la berge de l’étang de la Garenne.

Trop de chaleur tue le promeneur. Aussi décident-ils tous trois de quitter les lieux. Seulement, le chemin qui était en descente (et déjà fait à côté de la bicyclette) va devoir s’emprunter dans le sens inverse. Et là, les choses ont coincé comme vu ci-dessus… Michel M. se souvient avoir fait UN parcours en VTT dans son existentielle vie, du temps où il demeurait en banlieue parisienne *, dans les années quatre-vingt dix, à Vernouillet-sur-Seine précisément. Hé bin, ce qu’il en ressort trente années plus tard, c’est que c’était vachement dur, pfouuuuu ! Aussi n’insistera-t-il pas dans la discipline, préférant se mettre au badminton (qu’il fera jusqu’à cinq à sept heures par semaine pendant plus d’une année, c’est à dire jusqu’à ce qu’il se pète le tendon d’Achille, mais ou niveau du mollet donc sans lésion irrémédiable), dont l’impact sur le cœur est au moins aussi fort qu’avec la pratique du VTT, à ce qu’il parait…

201507_14_juillet06Michel M. ne peut se résoudre à flouter un aussi joli faciès, et tant pis pour les conséquences de cet acte déloyal, il les assumera. Ci-dessus, Tatiana T. ici attablée dans un café de Fontenay-aux-Roses (et mitraillées en silence par ce roublard de Michel M.) : après l’effort de la bicyclette, le réconfort de la moussette ! À l’image de (presque) toute personne qui se plonge dans l’ambiance michèlémienne, Tatiana T. exprimera son bonheur d’avoir ainsi pu passer cette demi-journée en compagnie d’un couple enchanteur et tout le tralala (un refrain se fait en effet régulièrement entendre aux coquillards des deux protagonistes du blog, quant au fait qu’ils sont vraiment comme cela, très comme ceci, et patati et patata, autant de propos qui font toujours plaisir à entendre, pour sûr).

* À propos de banlieue parisienne, et plus exactement d’Herblay où se situe l’ex future maison michèlémienne depuis qu’icelui ait revendu sa part à Sylvie T., mère de Kévin M. et accessoirement ex compagne de l’auteur, est annoncé pour demain dimanche 19 juillet à compter de treize heure, un BBQ qui rassemblera Oleg & Gala A., Elena A., Aksana ?. la jolie coiffeuse accompagnée de son mari Valéry, Sylvie T., Kévin M. et Michel M.
Soit huit personne (quatre des deux genres humains, la parité est respectée, Ah  Ah ! Ah ! Soit dit en passant, quelle bande d’imbéciles ceux qui la prônent à tout prix comme un dogme sociétal en allant jusqu’à féminiser le nom des fonctions pour que ça colle à leur théorie, à l’instar de l’autre ectoplasmique président François H. qui ne voit aucun problème à détruire une nation pour que vive l’Euro, le même sale bonhomme n’hésitant pas, enn outre, à vouloir la destruction d’un autre État, la Syrie, cela pour complaire à ses « amis » anglo sionistes auprès desquels il sait si bien faire allégeance…) dans le petit jardinet : encore une bon moment de michèlémisme à faire partager à suivre…

À bientôt la compagnie !

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

La Syrie, l’Ukraine, la Grèce et tout ça : en court, la géopolitique ré-informative et Michel M.

201507_La_géopo_et_Michelm01L’auteur se souvient qu’un beau jour, ou peut-être une nuit, il avait clairement claironné dans l’un de ses billets circonvolutionnistes que jamais, ô grand jamais, son blog ne deviendrait l’un de ceux auprès desquels viennent s’abreuver les dangereux activistes anti-système du NOM (Nouvel ordre mondial, appellation officielle du chaos dans lequel en est arrivé la civilisation humaine) et autres ex moutons, désormais égarés (et parfois même devenus enragés) dans les paysages dévastés par les agissements des gendarmes du monde (et de leurs nombreux supplétifs occidentaux, tous issus de l’antidémocratique Union européenne), ainsi que par la désinformation propagandiste (à moinsss qu’il ne s’agit de propagande tout court, le concept étant aussi nauséabond que sont pourris ses buts) qui règne sous nos latitudes. Michel M. estimait alors (c’est à dire en ces temps jadis de l’innocence post-sarisme) que son rôle n’était certainement pas de faire ce que d’autres sites et blogs faisaient tellement bien (et dont une liste de sites (non exhaustive) se trouve désormais dans la rubrique « Réinformation » de l’accueil du présent blog). Tel est toujours le cas ceci étant excepté que, parfois, l’auteur se laisse aller à quelques considérations géopoliticiennes, quand ce ne sont pas carrément des billets venus de ces sites alternatifs qu’il publie, tant il est en phase avec iceux.

Sur la photo ci-dessus en tout cas (onze juillet deux mille quinze), il est clair que Michel M. est en roue libre. Qu’il est même totalement libéré * puisque la table est aussi débarrassée qu’est sec un baron de Leffe vidé par le susdit, Ah ! Ah ! Ah !

Sérieux : en temps normal (et comme présentement), voici le spectacle qui s’offrirait à toute personne désirant rencontrer cet esthète de l’anodisme (à ne pas confondre avec un adepte de l’hédonisme), alors qu’il est en pleine création.

201507_La_géopo_et_Michelm02Que ce soit dans son appartement parisien ou bien chez sa brune mie Elena A., Michel M. a su reproduire un même environnement afin de parfaire son bloguisme (et garder son équilibre psychologique). Alors bien sûr, la canicule est bel et bien passée et, en ce dimanche 12 juillet 2015, c’est plus à une météorologie cherbourgeoise qu’à une aixoise à laquelle les habitants d’Ile-de-France ont été marinés (à deux degrés centigrades près). Qu’importe l’environnement climatique de toute façon puisque, été comme hiver, il balance ses çonneries avec autant d’entrain, pardi !

Mais, et sans faire un pesant retour sur les statistiques du TMF, qui sont au michèlémisme ce que les sondages des instituts « officiels » et des patentés commentateurs furent au référendum grec (c’est à dire du remplissage de pages, en susss d’une ultra pourrie mauvaise foi dans le cas du sondage, remarquable nauséabonde abjection en vérité, mais guère étonnante vu ce que les Français eurent à subir en 2005, règne du faux-culisme oblige), il est de plus en plus probant que l’auteur (re)sent de façon croissante comme un espèce de sorte de désintérêt à faire vivre son blog, outre une éventuelle absence de grain à moudre afin de faire vivre l’endroit, comme si les voyages qu’il entreprend et qu’il chronique régulièrement ici-même, devenaient l’unique veine à creuser pour le nourrir (le blog, pas Michel M.)

201507_La_géopo_et_Michelm03… Quand tant d’aventures humaines lui sont données à vivre. Comme ci-dessus, en compagnie d’un artiste universellement référencé (d’où l’obligation pour Michel M. de le flouter, lui-même connaissant parfaitement les affres de la célébrité qui impose une discrétion à toute épreuve afin de pouvoir aller acheter ses poireaux comme tout à chacun sans être sollicité par toutes et tous pour la signature d’un autographe, sapristi !) dont il tait le nom (mais que les plus assidus parmi les habitués du blog auront bien évidemment reconnu) dont la première lettre est « Z » et la dernière « l », avec « éol » au milieu, re AH ! AH ! AH !

201507_La_géopo_et_Michelm04Le sens de la vie, selon Michel M., il est icelui : quand bien même tout à chacun peut se passionner jusqu’au point de se mettre sur la tronche pour un oui ou pour un non, le fait est qu’au bout du compte les passions pour lesquelles on se bouffe le nez, comme autant d’étendards de notre « différence » portés à bout de bras, ne sont que vaines occupations d’un quotidien éminemment banal, anodin car quelconque. D’autant plus du fait que les tenants et aboutissants des grands principes ainsi défendus n’ont que peu, si peu d’impact sur nos existentielles vies, bon sang !

201507_La_géopo_et_Michelm05Le sens de sa vie, selon l’auteur, il est là : de chers collègues autour de pizzas après s’être imbibés de rhum agricole (car martiniquais), ceci en l’occasion de rien d’autre que d’une envie de se donner un peu de bon temps (entre deux coups de feu au travail, bien évidemment), et roule Abdul heu Raoul, pardon.

Alors, la Syrie, l’Ukraine, la Grèce et tout ça, il est évident qu’à moins d’habiter ces pays, toute l’empathie que l’on peut ressentir pour ces peuples martyrisés par des intérêts politoco-économiques ou même économico-politiques qui dépassent l’entendement humain, puisque revendiqués par des fumiers de pourris de financiers qui ont le Veau d’or comme Dieu, les petites gens comme Michel M. (et ses amis) n’ont que leurs yeux pour pleurer sur ces pays sacrifiés. Au mieux peuvent-ils faire dans le prosélytisme, à l’image de Michel M., mais en aucun cas ne pourront-ils influer sur ces si détestables affaires d’arrangement « entre amis » sur le dos de leur peuple…

201507_La_géopo_et_Michelm06Et puis de toute manière et en ce qui concerne Michel M., il y a Elena A. qui lui permet chaque samedi et dimanche matins de prendre son petit déjeuner en paix, malgré toutes les mauvaise nouvelles du monde, d’où qu’elles viennent, pardi !

201507_La_géopo_et_Michelm07Et comme ils ont l’un et l’autre été échaudés par leur existentielle vie respective, qui réunissent à elles deux cinquante années de soviétisme et de ce qui s’en suivit pour l’une, de cinquante années d’européisme unioniste pour l’autre, outre leur périple affectif personnel, l’un et l’autre savourent leur rencontre comme peu d’amoureux osent le faire après presque cinq années de « vie commune »…

À propos de voyage futur, se profile à l’horizon du mois de septembre prochain, un gros périple, pour sûr. L’Amérique du Nord est de mise, certes et comme déjà annoncé, mais pas que. En effet, outre les États unis d’Amérique (« USA » en étranger), le Canada sera de la partie, Elena A. ayant de la famille du côté d’Ottawa.

Ainsi ces deux-là s’orientent-ils vers une accumulation de souvenirs en susss, qui viendront s’ajouter à ceux déjà thésaurisés depuis ces « presque cinq années de « vie commune » ». Et ça, c’est du cent pour cent youpi !

À plus tard, là-dedans.

* Le chapeau vient d’Australie, acheté par Elena A. alors qu’elle y avait passé quelques jours afin de rejoindre son fils Arthur, quand il y vécu durant une année pour y faire ses études. Accessoirement, il s’agissait deux masters en simultané (une originalité parait-il) en ingénierie générale (guère étonnant qu’il ait fini par travailler à la City, n’est-ce pas ?).

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Ré-information n° 4 : ceci explique sans doute cela…

Tous les Premiers ministres grecs ont appris à gouverner à l’étranger… Sauf Tsipras

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras Source: Reuters
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras
Parmi les six derniers chefs du gouvernement de la Grèce, cinq ont fait leurs études supérieures à l’étranger, dont la plupart aux Etats-Unis. La seule exception ? Le Premier ministre actuel Alexis Tsipras.

Alors que l’Occident continue d’affirmer qu’Athènes est la seule fautive dans la crise que traverse le pays, on observe clairement une tendance intéressante dans cette liste des Premiers ministres grecs, qui étaient à la tête de la Grèce lors de la détérioration de la situation économique du pays : presque tous ces ex-dirigeants ont appris l’art de gouverner dans des établissements anglo-saxons.
_________________________________________________________________________

Costas Simitis Source: Reuters
Costas Simitis

Costas Simitis, qui occupait le poste de Premier ministre du 22 janvier 1996 au 10 mars 2004, a fait ses études en économie à la London School of Economics (Grande école de Sciences économiques et sociales de Londres, LSE), en Grande-Bretagne.

Kostas Karamanlis, Premier ministre grec de 10 mars 2004 à 6 octobre 2009 Source: Reuters
Kostas Karamanlis, Premier ministre grec de 10 mars 2004 à 6 octobre 2009

Kostas Karamanlis, Premier ministre grec du 10 mars 2004 au 6 octobre 2009, a étudié la politique et la diplomatie à l’université Tufts, aux Etats-Unis.
_________________________________________________________________________

George Papandreou, chef du gouvernement du 6 octobre 2009 à 11 novembre 2011 Source: Reuters
George Papandreou, chef du gouvernement du 6 octobre 2009 à 11 novembre 2011

George Papandreou, chef du gouvernement du 6 octobre 2009 au 11 novembre 2011, est diplômé de sociologie au Amherst College, aux Etats-Unis, et de la LSE.
__________________________________________________________________________

Lucas Papademos serre la main du vice-president etatsunien Joe Biden Source: Reuters
Lucas Papademos serre la main du vice-president etatsunien Joe Biden

Lucas Papademos, en fonction du 11 novembre 2011 au 16 mai 2012, a fait ses études en physique et économie au Massachusetts Institute of Technology (Institut de technologie du Massachusetts, MIT), aux Etats-Unis.
_________________________________________________________________________

Samaras Source: Reuters
Samaras

Antonis Samaras, Premier ministre de 20 juin 2012 à 26 janvier 2015, a étudié l’économie au Amherst College et l’université Harvard, les deux aux Etats-Unis.
__________________________________________________________________________

Alexis Tsipras Source: Reuters
Alexis Tsipras

Et ce n’est que le Premier ministre Alexis Tsipras, en fonction depuis le 26 janvier 2015, qui a reçu son éducation au sein de son pays, en étudiant l’ingénierie civile à l’Université polytechnique nationale d’Athènes.

Source

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Interlude statisticien

201507_Stats_201208---201506-C’est sur un cherbourgeois-octevilien fond crépusculaire du mois de juin dernier (mais il est toutefois inutile d’y voir une indication quant à l’état d’esprit michèlémien au moment de la rédaction du présent billet, ou bien d’en supputer les prémices du début d’une putative peau-de-chagrination du michèlémisme, à moinsss que…) que Michel M. choisit d’afficher une nouvelle mouture de son extraordinaire graphique à la fois simple et raffiné, car immanquablement marqué par la DEC Attitude sariste d’antan (Discrétion + Efficacité = Crédibilité) et qui atteste de l’évolution du TMF (Taux Moyen de Fréquentation) de son blog depuis sa création.

Stats201505Stats201506En l’occurrence, celui du mois de juin (256,37 visiteurs/jour) est le neuvième meilleur des 35 TMF déjà thésaurisés (quand celui de mai en était le troisième, avec 292,9 v/j).

Alors, tassement or not tassement ? L’avenir seul peut le dire. Mais comme il n’existe pas, personne ne peut savoir si le michèlémisme sera encore d’actualité dans un mois, dans un an, dans un siècle, voire un millénaire, et cela en toute humilité malgré les apparences comme de bien entendu. En effet, Michel M. fait partie de ces gens qui, outre son (insupportable pour les jaloux et autres envieux mal embouchés) bonheur de vivre qu’il aura travaillé (sciemment ou inconsciemment) durant près de dix années avant de l’atteindre, sont dotés d’une modestie à toute épreuve, cela sous des allures, parfois, de fanfaron de première bourre, Ah ! Ah ! Ah !

Vivement le mois d’août pour constater la désaffection (estivale), le maintien ou la progression, par le biais de michelm.fr, de cette philosophie existentiellement vivante qu’est le michèlémisme.

Youpi.

PDF24    Envoyer l'article en PDF