Beaugency, oh oui ! 1/2

Une heure quarante minutes de route pour une destination de fin de semaine dite « de charme », voilà de quoi donner des idées à ces deux-là qui n’auront pas fait grand chose de cet ordre lors d’un été qui s’y serait pourtant prêté au plus haut point, du fait d’une remarquable météorologie qui placera probablement cette saison estivale 2015 parmi l’une des plus chaudes jamais constatées (et dûment commentées par les spécialistes de la science météorologique*).

20150829_Beaugency01Arrivée devant la porte de la magnifique bâtisse, ancienne abbaye devenue « hôtel de charme », il s’avère que la réception d’icelui n’ouvre qu’à compter de 15 heures. Qu’à cela ne tienne : l’auto est garée sur le parking de l’édifice, et le paysage alentour est éminemment alléchant…

20150829_Beaugency02Plutôt que d’attendre devant la porte, quand bien même la terrasse est ombragée et sur laquelle souffle un doux zéphyr consécutif à la présence, tout prêt de là, de la Loire (déjà visible sur ces premiers clichés), Elena A. qui s’est avisée de la présence de hamacs dans les parages (elle en est si friande), file vers eux afin de profiter de cette heure d’attente. Il semble malheureusement que ceux-ci ne soient pas domestiqués. C’est ainsi que, telle une cavalière qui choit de son canasson en mal de liberté, et suite à de rudes ruades, la brune mie de l’auteur s’en vient s’étaler les quatre fers en l’air sous l’objectif parfaitement dénué de moquerie du téléphotophone de son homme. Aucun mal à déplorer, juste un bonheur supplémentaire devant ce caprice de la vie qui se déroule sous un resplendissant soleil noyé dans un océan de ciel dénué de nuée. Mais c’est aussi (et surtout) à l’extérieur de l’ancienne abbaye que tout est à voir…

20150829_Beaugency03

20150829_Beaugency04

20150829_Beaugency05Après avoir tenté une promenade sur la berge droite de la Loire, c’est finalement sous la salvatrice ombre de platanes (au moins) tricentenaires que ces deux fieffés bourlingueurs se mettent à l’abri d’un cagnard de toute première bourre. Seconde image, il est quatorze heures cinquante huit, c’est temps de s’en retourner vers le Grand Hôtel de l’Abbaye afin de prendre possession de la chambre. Le château (ô combien médiéval) de Beaugency a fière allure, n’est-il pas ?

20150829_Beaugency07Cette carte murale du monde tel qu’il était recensé au XIVème siècle qui est exposée à l’œil du client venu s’acquitter-là du rituel hôtelier, donne le ton : on n’est pas là pour rigoler, ni pour frimer ou faire dans le modernisme et tout le saint-frusquin d’une époque ô combien matérialiste mais qui, au bout d’un compte à rebours sacrément entamé, ne laissera pas grand chose de grandiose derrière elle, tout du moins dans le domaine de la spiritualité en tout cas, Ah ! Ah ! Ah !
La bâtisse est grandiose (le pognon qu’il a fallu mettre là-dedans pour en faire un hôtel ne se compte certainement pas en salaires michèlémiens Hi ! Hi ! Hi !) et le mobilier idoine, comme en témoigne ces gigantesques fauteuils qui sembleraient avoir été conçus pour une clientèle de géants, et qui sont sis dans un salon que surplombe la mezzanine menant à la chambre…

20150829_Beaugency08…des deux voyageurs du bout d’eux-mêmes. Aussi, bien que les Teutons et autres Nordiques soient d’une taille moyenne supérieure à celle des Français (pas difficile ceci dit), et outre le fait que ni les uns ni les autres ne se sont longuement invités en France, ce mobilier doit bien dater d’une époque bien ancienne, lors de laquelle rencontrer des géants n’était pas incongru, tout du moins du côté du Nord de Gaïa.

En revanche, obtenir cette chambre aura été la démonstration que l’étoile de Michel M. a une fois de plus brillé. L’auteur ne se rappelle pas s’il a précédemment fait allusion à cette affaire d’une étoile qui lui serait comme un ange gardien (pffllll, quelle çonnerie !), mais le fait est que le nombre de fois où, par exemple, il a bénéficié d’une chance inouïe pour se garer dans des endroits hyper bondés (avec pour témoin Elena A. qui pourrait le certifier style, genre et façon « Croix de bois, crois de fer, si je mens je vais en enfer ! ») pourrait en troubler plus d’un. Mais pas l’auteur, qui imagine plus volontiers que c’est grâce à « sa façon de voir les choses de son existentielle vie » (le michèlémisme) qu’il peut se dire qu’il est chanceux (à la mesure de celui qui voit  son verre à moitié plein quand son voisin le verra à moitié vide).
Toujours est-il, qu’arrivé à la réception de l’hôtel, il lui est répondu qu’il n’y a pas de chambre réservée au nom de Michel M. !!! Icelui le certifie néanmoins avec deux courriels à l’appui, qu’il peut exhiber sous le nez de l’impertinent :

20150829_Beaugency_ReservationLe gars ne le lui demandera pas, sachant pertinemment que la merde vient de « chez lui », et certainement pas de ce client pétri de bonne foi, puisque passé par un site de réservation en ligne, pardi ! Sa défense consistera donc assez rapidement à balancer sa collègue (absente, puisque on est samedi) qui « aura sans doute effacé le mél » (pauvre conne de gourde, bin tiens !). Il s’agit d’un jeune barbu portant col de chemise ouverte qui laisse entrevoir une pilosité certaine ainsi qu’un magnifique crucifix de couleur or. Mais le personnage est mu par une nonchalance non moins certaine (à la limite du létargisme) qui lui confère ce côté mou propre au métro-sexualisme (un peu trop) développé (c’est à dire aux franges du G de l’LGBTisme très con et sensuel, qui a pignon sur rue désormais). Michel M. ne pense pas que cette croix ostentatoire l’absout pour cette attitude de tête à claques, mais toujours est-il que le gars va s’en sortir par une magistrale pirouette (ainsi que grâce à la michèlémienne étoile, donc) en lançant un : « je vais vous donner la chambre économique, c’est la seule qui nous reste (!!!), pour un prix moindre que votre réservation, mais avec le même service (cad. peti-dej inclus, ni plus, ni moinsss) ». Pas de problème pour Michel M., qui a pigé que cette unique chambre était faite pour sa brune mie et lui-même (qui plus est à un moindre coût, ce qui est toujours bon à prendre, n’est-ce pas ?).

20150829_Beaugency09Il s’agit donc de la chambre n°19, et qui porte le nom d’un sacré déconneur tout de même, hein ?!!

20150829_Beaugency10En médaillon, un aperçu de la qualité du papier-peint, qui a fortement impressionné Elena A.

Michel M. est un train de chercher les coordonnées du site de réservation en ligne afin de lui faire entendre de quel bois il se chauffe, non mais oh !, HÉ ! Seulement, après quelques secondes d’échanges aimables bien que fermes de la part de l’auteur, il appert que le fautif est l’hôtel lui-même et rien que lui. La preuve en est que la correspondante de weekendesk demande à Michel M. d’attendre quelques instants, le temps pour elle de contacter ledit établissement. Quelques minutes plus tard, l’affaire est entendue (comme le révèlera la suite, précédemment développée ci-dessus : ce que l’on appelle une narration non linéaire et qui, en outre, risque bien de faire perdre à Michel M. quelques uns de ses déjà rares lecteurs, Uh ! Uh ! Uh !).

Voici donc les deux visiteurs posés, l’auto est garée jusqu’à la fin du (bref) séjour, LE bagage est en lieu sûr, tous deux peuvent dès lors s’aventurer dans la ville…

20150829_Beaugency11Enfin, c’est l’heure du repos du guerrier. En effet, il s’agit là d’une coutume michèlémienne, et cela depuis ses premières affres aventuresques vietnamiennes…

20150829_Beaugency_(Vietnam_201007-08)Michel M., un certain lundi 19 juillet 2010 à l’aéroport de Saïgon (ex Hô-Chi-Minh-ville), déjà…

…depuis toutes ces années de transports de toute sorte, de périples tous plus formateurs les uns que les autres, que de s’assoir à une terrasse de café afin d’y siroter une bonne vieille grosse mousse des familles, le plus souvent de la Leffe, mais la Grimbergen ou l’Affligem sont évidemment tolérées, le temps d’assimiler ce qui s’est produit précédemment (et quelle que soit la teneur de ce qui s’est produit précédemment, bien entendu).

La visite de Beaugency peut dorénavant commencer.

* Une science de moins en moins exacte, si Michel M. se fie à son professionnalisme personnel (datant de plus ou moins quarante-cinq ans environ) d’observateur patenté du ciel et du temps qui en découle, alors que les calculateurs utilisés par cette matière scientifique sont les plus balèzes de l’univers mondial dans son ensemble tout entier en général.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Sus à Beaugency pour les ultimes chauds samedi & dimanche d’août 2015

Les absences se font de plus en plus longues, Michel M. délaisse son blog de façon quasi continuelle désormais : est-ce l’annonce d’une fin prochaine de michelm.fr ? L’auteur serait bien embêté de répondre à cette question si elle lui était posée, pardi, mais pourquoi pas ? Le tout étant de savoir par quoi remplacer ce temps qui lui était consacré… Et de ce côté-ci de l’écran, c’est l’expectativisme le plus total ! En tout état de cause, le TMF du mois d’août s’en ressentira sensiblement. Il s’agira même de la plus lourde chute de fréquentation de toute l’histoire du bloguisme michèlémien, soit depuis mars 2007.

Qu’importe et en attendant, ces deux-là vont filer incessamment sur Beaugency le temps d’une fin de semaine avec, comme cerise sur le château heu gâteau, une météorologie estivale qui sonnera toutefois la fin de l’été car, dès lundi, c’est la fête à la grenouille (et à ses potes les escargots et autres lombrics) qui se radinera.

Que les lecteurs, lectrices et bots essuient leurs larmes, il va il y avoir quelques images à se mettre sous leurs mirettes d’ici dimanche soir. Et, dans cette attente, voici l’endroit que les héros de l’aventure humaine du bout de soi-même qu’est le michèlémisme vont fréquenter, le temps d’une nuit suivie de son petit-déjeuner… Il est indubitable que la visite de la ville de Beaugency générera quelques beaux clichés que l’auteur se fera un plaisir d’exposer et commenter.

À bientôt, là-dedans.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Ré-information n°7 : « Libye et migration : considérations sur une énigme catastrophique »

http://www.dedefensa.org/
22 août 2015

RT-France* (Russia Today) s’est adressé à un expert incontestable des affaires méditerranéennes, reconnu en France comme tel et unanimement respecté, Kader A. Abderrahim (chercheur associé à l’Iris, spécialiste du Maghreb et de l’islamisme, maître de conférences à Sciences-Po Paris, auteur de divers ouvrages, etc.). Le thème proposé est celui de la crise migratoire (ce que nous nommons GCM pour Grande crise Migratoire), et notamment les rapports de cette GCM avec l’intervention du bloc BAO, France incontestablement en tête, en Libye en 2011. Le verdict de monsieur Abderrahim ne fait aucun doute, puisqu’il le répète à deux reprises : «Il y a une relation directe, de cause à effet… […] Donc oui, encore une fois, il y a une relation directe, de cause à effet, entre les interventions militaires occidentales depuis 30 ans, le chaos qui a été provoqué et la situation actuelle des migrants.»

La France et ses acolytes ont donc accumulé les sottises, dont ils paient aujourd’hui les effets. Ce qui paraît peu ordinaire au chercheur, c’est l’espèce de paralysie dans laquelle se trouvent plongés ces pays, et particulièrement la France, qui encaissent sans broncher la crise migratoire sans chercher ni à comprendre, ni à agir. Abderrahim juge en effet qu’il y a diverses actions possibles, ne serait-ce que l’organisation d’un blocus des côtes libyennes pour empêcher le trafic du pétrole libyen, qui sert principalement à la trésorerie de Daesh et alimente le désordre libyen, lequel constitue le principal moteur de l’émigration massive du pays. Les termes employés par Abderrahim sont très caractéristiques, notamment un terme comme “tétanisé”, qui concerne notamment la France dont l’expert nous dit pour terminer que son comportement est une énigme («La question fondamentale est de comprendre pourquoi la France ne pèse pas de tout son poids, de toute son histoire, de tout l’appareil diplomatique dont elle dispose pour résoudre cette crise après avoir provoqué cette guerre. C’est une grande énigme pour moi mais malheureusement je n’ai pas de réponse…»). L’on sent bien, avec de tels propos, que l’on ne se trouve pas sur le champ habituel de la politique, avec ses erreurs, ses succès, etc. Non, il semble bien qu’il y ait quelque chose d’autre, ce qui est qualifié effectivement de “grande énigme”, – et nous acceptons sans aucun doute cette sorte de propos. La sottise et l’aveuglement des dirigeants en place, bien qu’elle soient absolument considérables, n’expliquent pas tout.

Notre hypothèse, nul ne s’en étonnera, est que nous nous trouvons bel et bien devant une direction politique qui s’est transmutée en une direction-Système au sens le plus large du mot, c’est-à-dire une direction qui n’a plus aucune capacité principielle, plus aucune référence renvoyant à un principe qui fonde la légitimité et l’autorité d’une direction politique ; et, dans ce cas, l’intelligence de la situation évolue à mesure… Ce propos vaut essentiellement pour les deux ailes du “parti unique”, – ce que les opposants nomment UMPS, – et il vaut pour les autres pays de l’UE en général, comme il vaut pour les USA où l’on trouve également ce “parti unique” avec ses deux ailes, démocrates et républicains. L’évolution vers la situation présente a pris un certain temps et, pour la France, la présidence Sarkozy a constitué une partie importante du développement du processus. Au reste, il est heureux pour la démonstration que l’attaque contre la Libye ait eu lieu sous la présidence Sarko, et que sa conséquence dans le fait de cet aspect libyen de la GCM se manifeste sous la présidence Hollande ; il est ainsi d’autant plus démonstratif qu’aucune allusion, jusqu’à la plus minime, ne soit fait au sein de la direction-Hollande pour charger la direction-Sarko, qui a entrepris l’attaque contre la Syrie, de sa responsabilité première dans la crise migratoire actuelle. Les deux directions sont totalement solidaires en l’occurrence dans la responsabilité originelle, et d’ailleurs cette responsabilité est nulle et non avenue puisque l’expédition contre la Libye continue à être considérée, officiellement mais aussi fondamentalement, à la fois comme totalement justifiée, à la fois comme un succès complet, quelque chose dont la France doit être absolument fière… Sottise et aveuglement, même dans le registre des tonnes de cette sorte de traits de l’esprit, ne suffisent vraiment pas à expliquer ce qui se passe.

La situation actuelle des directions-Système, et celle de la France en particulier, – car elle est, dans ce registre, certainement l’une des plus performantes, – est celle d’un autisme compliqué d’une compartimentation extrême de l’instrument du jugement. Ce qui a été présenté sous la forme d’une narrative triomphante avec l’apparat habituel (en général une pièce ou un film-documentaire de BHL) ne peut être contredit par quelque réserve que ce soit, suivant en cela l’impératif déterminisme-narrativiste. Ainsi n’a-t-on envisagé il y a quelques mois, pour un temps et pas très longtemps car la paralysie “tétanisée” est partout présente, qu’une action militaire contre les passeurs de migrants, ce qui conduisait à circonscrire l’action à la seule question de la migration, sans interférer en aucune façon sur la cause de cette migration. Ce que propose Abderrahim, par contre, sort de la seule sphère de la migration en abordant un sujet (Daesh en Libye, se finançant avec le pétrole libyen) qui pourrait conduire l’un ou l’autre esprit qui s’aventure encore sur le territoire terriblement dangereux de l’enchaînement de cause à effet à observer que l’un des effets de l’intervention en Libye a été d’ouvrir à Daesh, – qui s’est développé entretemps l’on sait comment, – une source de financement dégagée par l’intervention. (Pensez donc ! Certains mauvais esprits avaient été jusqu’à conclure qu’on attaquait la Libye pour que les pétroliers occidentaux puissent disposer à volonté du pétrole libyen.)

Si l’on prend le problème sous cet angle, on arrive aisément à la conclusion que la “grande énigme” de l’inexistence de la France dans cette crise qui la concerne directement et dont elle est directement la cause n’en est plus une. L’explication revient simplement à admettre que la France telle que nous l’avons connue (“tout son poids, […] toute son histoire, […] tout l’appareil diplomatique dont elle dispose”) n’existe plus. La France s’est littéralement volatilisée. Désormais, elle s’en remet à l’UE, éventuellement à l’ONU, éventuellement avec empressement aux États-Unis, mais elle trouve dans toutes ces instances, et notamment dans cette crise des migrants, bien autant de paralysie qu’elle en montre elle-même. Désormais, la France n’a plus d’histoire, elle n’a plus d’appareil diplomatique qui ne soit autre chose qu’une chambre d’enregistrement des différentes consignes-Système, elle n’a plus de poids et flotte dans l’atmosphère, dans les gaz divers, comme une sorte d’objet éventuellement non identifié puisque les diverses mémoires consultées, fixées bien entendu dans l’instant présent (le “grand Now”), n’ont strictement rien qui puisse tenir lieu de souvenir de ce que fut la France.

Cette absence complète de vision, de prévision, d’appréciation, cette absence complète de stratégie qui rejoint effectivement le même vide que l’on a constaté à propos des USA (voir le 15 août 2015), conduisent d’une façon assez naturelle, sans tapage excessif dirions-nous, à des situations catastrophiques par rapport à ce qu’on attendait de grandes difficultés dans la période, en ramenant toute l’action humaine à des automatismes-Système. Ainsi les diverses “politiques” et autres “stratégies” d’apparence humaine, ne sont plus en réalité que des éléments qui s’insèrent dans l’évolution eschatologique générale que l’on a implicitement envisagée au début du siècle en même temps que l’on commençait à mesurer les conséquences concrètes et opérationnelles de l’énorme crise de l’environnement/crise climatique. Le gouvernement des hommes, dans tous les cas de cette partie-humaine-là (le bloc BAO), devient une partie intégrante de l’évolution eschatologique générale que connaît notre civilisation, en l’accélérant bien entendu, en en rapprochant les échéances de manière catastrophique.

Ainsi, ce jugement que nous faisions le 4 août 2015 sur la question de la migration peut-il être repris, mais en le complétant avec l’hypothèse fortement affirmée que les acteurs humains ne le sont plus vraiment. Les acteurs humains, qu’on peut désormais décrire comme des figurants robotisés, sont vraiment devenus des instruments du système, et par conséquent des instruments au service de la Grande Crise générale dont on espère avec ferveur qu’elle est celle de l’effondrement du Système, certes ; ils observent la Grande Crise de la Migration sans rien en dire de particulier, en causant du nombre de tentes disponibles pour loger les migrants, de la nourriture éventuellement à leur distribuer, et surtout, surtout, des sentiments humanitaires qu’il faut continuer à entretenir avec ferveur ; en effet, il nous reste, en France, la seule chose qu’on n’ait pas perdue d’elle, ce qu’ils nomment l’“esprit du 11 janvier” …

«Les prévisionnistes les plus pessimistes de cette fin de siècle/début de siècle, ceux qui élaboraient des scénarios catastrophiques au niveau du climat, de l’eau, des ressources, etc., n’annonçaient pas cette GCM avant 2025-2030. (Les finauds de la CIA offraient effectivement 2025.) Les cas envisagés flirtaient avec l’apocalypse, comme la disparition sous les eaux, du fait de la montée des océans, de zones extrêmement peuplées, entraînant une migration massive. Le fait est qu’ils se trompaient tous, que la GCM les a tous pris de court, grâce à l’activité humaine la plus convenue, celle dont le bloc BAO (car il s’agit bien de lui) est le plus fier, – qui est la politique d’interventionnisme humanitariste, selon notre jargon, prônée avec un inlassable enthousiasme par les neocons plutôt à droite et les R2P (acronyme pour illettrés et diplomates postmodernes-BAO de Right To Protect) presque “plutôt à gauche”, rassemblés dans une vertueuse union qui supprime les clivages archaïques gauche-droite comme l’on dit dans les discours. [Le président chèque] Zeman, qui présente en général un visage assez bougon, ne prend pas de pincettes pour dire leur fait aux grands inspirateurs de cette politique interventionniste que sont les USA, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’UE, la pensée-BHL, etc., pour ne citer que les plus essentiels. Il situe justement ce qu’on pourrait nommer lestement “la mère de toutes les conneries” dans le fait de la guerre irakienne de 2003, dont les USA continuent à montrer une certaine fierté. Pour autant, Zeman devrait appuyer avec plus d’insistance sur la date de 2010, la constitution décisive du bloc BAO, l’entraînement zélé des puissances occidentales à entrer dans la guerre-contre-Assad, à conchier l’Iran, à liquider Kadhafi dans les conditions humanistes qu’on sait pour libérer la Libye et la laisser à ses tendances naturelles de la démocratie créative ; parallèlement et pour compléter l’arsenal de leurs performances, l’activisme zélé du bloc BAO pour promouvoir, équiper, encourager, armer, etc., tout ce qui peut s’imaginer de plus extrémiste en fait d’islamisme, pour déboucher sur le Frankenstein-parfait qu’est Daesh/État Islamiste. L’ensemble a constitué bien entendu l’espèce de bombe même pas à retardement puisque l’effet est direct, qu’il est suffisant pour déclencher ce mouvement de migration massive, émigration des innombrables pays touchés, immigration vers les pays européens essentiellement, tout cela pouvant et devant être considéré comme le coup d’envoi de la Grande Crise de la Migration, notablement en avance sur l’horaire.»

Voici donc l’interview de Kader Abderrahim par RT-France.

dedefensa.org


En France, c’est un gouvernement insipide qui « dirige » une population essentiellement charliesque, quand bien même certains dans cette masse font mine de s’indigner que l’on puisse les accuser d’être d’aussi viles serviles. Quand ils ne raillent pas celui qui ose évoquer devant eux les invraisemblances relevées au travers de ces actes présentés comme « terroristes », et qui justifient, ensuite, qu’on les asservisse plus encore au prétexte que les forces de l’ordre vont les protéger contre les terribles terroristes (y’a qu’à voir cette bien drôle affaire du Thalys pour en être convaincu).

Le problème premier de cette activité politique qui joue ainsi avec le feu, c’est qu’à force de crier au loup, quand icelui se radine pour de bon, plus personne n’y croit. Mais au moment d’écrire cela, Michel M. se sent lui-même bien naïf, car les responsables de cette crise migratoire n’en ont rien à foutre que les attentats soient vrais ou faux. Seul compte l’explosion de l’Europe selon l’excellent principe du diviser pour régner !

Ensuite, il est symptomatique qu’il n’y ait pas de place pour une vision des choses un peu moins consensuelle, un truc style-genre et façon « Oui mais cette crise, elle n’est pas consécutive aux saloperies que les occidentaux ont faites et continuent de faire dans ces pays ? ». Des pays riches par leur sous-sol mais pas nécessairement si pauvres qu’on le fait croire : les États disparus qu’étaient l’Irak et la Libye (et une Syrie qui lutte désespérément pour survivre) avaient un niveau de vie parmi les plus élevé du Moyen-Orient, les femmes y étaient aussi libres que les occidentales, elles avaient le droit d’être autonome, de travailler, le système de santé fonctionnait, les infrastructures s’approchaient de celles des pays-modèles de l’hémisphère Nord, tellement si parfaitement développés… Il y avait une culture qui s’affichait, des cinémas, des concerts de la vie en bref. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le comble, c’est que le discours avant pendant et après toute destruction de ces pays, est qu’il faut aider à se libérer du joug de son tyran un peuple, afin qu’il atteigne les merveilleuses valeurs occidentales de liberté, de justice et de démocratie (bonjour la démocratie à la mode Union européenne !). Hélas, au vu des résultats qui inlassablement se répètent, c’est à dire chaos à tous les étages et terrain de boules au sol, les mêmes saloperies sont réitérées ad infinitum.

Mais l’intérêt de commenter de la sorte reste très limité. Commenter n’est pas agir. Commenter c’est suivre l’action. Il faut que Michel M. prenne garde à ne pas se moutonniser à son tour, en versant dans cette ré-information qui ne lui apporte rien de bien concret qu’il n’ait pas déjà acquis par lui-même, c’est à dire sa liberté de penser et, surtout, de ne pas en devenir pénible de chez relou à force de véhéments discours sur un monde qu’il n’a pas les moyens de changer, merdalors !

Bonjour chez vous.

RT-France* : une source d’info qui a pris sa place (et ô comment !) parmi le marigot « informatif » de la presse occidentale et qui est très loin d’être aussi propagandée, un zeste de bonne foi devrait aider les moins obtus à s’en apercevoir… Mais la mauvaise foi règne sur le monde sans grand partage, n’est-il pas ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Et si Nibiru lui était conté, à Michel M. (prémices d’une fin d’été parmi les plus chauds depuis belle lurette)

Comme pour faire écho à la préoccupation qui est sienne (et dont il a fait état pas plus tard qu’ici) quant au devenir du blog et, par extrapolation, quant au temps qu’ainsi il y passe à rédiger ces âneries, que ce soit sous forme de photographies légendées ou  sans clichés (enfin, autres que ceux placés à dessein afin d’égayer les esprits un tantinet épuisés par une lecture qui est tout sauf roborative, se coltiner au michèlémisme écrit correspondant bien plus à une tâche à accomplir qu’à un plaisir à savourer, ah ! ah  ah!), Michel M. aborde ci-dessous un sujet co(s)mique aux forts relents de complot-paranoïaquo-charlatanisme de toute première bourre, avec cette histoire d’une naine brune (jusqu’alors, il avait seulement entendu causé des naines blanches, mais découvrir de nouvelles choses est un plaisir sans cesse renouvelé) qui se baladerait au sein du Système solaire (si si), avec moult cataclysmes à venir (Nosfératu heu Nostradamus, pardon, n’a qu’à bien se ternir !).

201808_NiribuEt là, c’est le coup du lapin : ils font une analyse Caméra Sensor Illumination (CSI), imparable, avec un test gamma : en descendant les gamma à 0.05 vénus (le plus brillant des astres de notre système) est encore un peu visible, à 0.02 elle ne l’est plus : en descendant le gamma à zéro , reste notre objet qui est toujours présent prés du soleil !!!!! : là, Marshall Masters explique que seules 2 choses peuvent passer ce test : notre propre soleil, et … un autre soleil, plus petit, qu’ils ont nommé «système planète X – naine brune» : c’est la preuve finale irréfutable qu’un 2ème soleil, une naine brune, est présent dans notre système solaire !
https://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/08/21/planete-x-confirmee-les-preuves-ultimes-a-quoi-il-faut-sattendre-a-diffuser/

Avant de poursuivre cette lecture qui, pour le coup, pourrait s’avérer roborative pour les moins dogmatiques d’entre les lecteurs, Michel M. invite ceux-là à consulter l’article ci-dessus référencé.

Alors, c’est à prendre ou à laisser ? L’auteur a toutefois constaté que les liens qui sont à foison dans l’article (mais sans s’être donné la peine de les suivre tous, y’a des limites quand même ; merde, quand même !) sont TOUS issus du site en question. D’un autre côté, quel autre site « scientifique » serait prêt à balancer un truc pareil ?

En outre, si l’on se réfère à La Communauté scientifique internationale, le doute habite Michel M. : n’est-ce pas elle ou, tout du moins, une bonne partie des gars d’icelle qui ont annoncé un irrésistible et apocalyptique réchauffement climatique, au moment même où, parait-il, jamais les glaces des deux pôles n’ont été aussi épaisses (quand il est si aisé de ne prendre que ce qui convient à son point de vue, Michel M aime toujours laisser tout à chacun face à ses « responsabilités ») ?

Preuve est faite que les scientifiques, supposés être aussi faibles heu fiables, pardon, qu’une horloge atomique, sont à l’image des toubibs : deux auscultations donneront deux traitements différents, puisque le diagnostic peut « hésiter » entre une simple grippe ou une tumeur au stade 4, AH ! AH ! AH !

Pour en revenir à la naine Nibiru, parmi les gênes qu’elle est susceptible d’occasionner, il y a le réveil de la ceinture de feu et, accessoirement, le nombre croissant de tremblement de terre constaté sur la Terre depuis quelques décennies…

201508_Tremblements_de_terre_USBon : une chose sûre en tout cas, c’est qu’aux État-unis, ça craint salement. Mais, il est possible que Nibiru ne soit qu’une américanophobe patenté ou bien (ce qui serait tellement plus écologiquement branchée), contre la fracturation hydraulique ? Il faut dire que la controverse de l’activité en question est fichtrement probante, n’est-ce pas ?

201508_Tremblements_de_terre_mondeEn revanche, au niveau mondial c’est beaucoup moins stigmatisant, comme dirait l’autre : pour preuve, Michel M. souligne que depuis depuis 5 années, ça va vachement mieux (même carrément trop mieux que c’en est louche, vu la vertigineuse chute affichée !).

Michel M. indiquera en pré-conclusion à ses lecteurs qu’il leur suffit de saisir « Nibiru » sur leur moteur de recherches favori pour voir tout plein de choses leur revenir sous les yeux. Ils tomberont notamment sur cela, et / ou (suivant leur penchant) vers ceci.

Alors oui, il est indubitable que Michel M. ne pense pas grand chose de cette affaire. En revanche, il ne croit plus du tout dans les vérités assénées par les institutionnels et autres gouvernants qui « font le job » que leur ont donné leurs patrons (à l’image d’un François H., qui est irrémédiablement relégué au rang de pire président de la Vème république selon l’auteur). Dès lors, pourquoi pas une Nibiru pour renverser cet état de fait, quand bien des peuples sur Gaïa acceptent des conditions de vie aussi inhumaines ?

À défaut d’insurrection, il suffira sans doute de l’intervention d’un astre héroïque heu astéroïde pardon, afin de remettre les pendules à l’heure (qu’elles soient atomique ou non), c’est à dire de faire tomber le Veau d’or pour quelques millénaires, jusqu’à ce qu’il renaisse et redresse ses cornes mais là, on s’en tape car on sera tous claqués, Ah ! Ah ! Ah !

Michel M. souhaite toutefois que cette occurrence (les cataclysmes) ne se produise qu’une fois que lui-même et sa brune mie Elena A. soient rentrés de leur futur périple en Amérique du Nord, pardi !

Post-scrutum
Toutes ces choses lues sur les sites, qu’ils soient institutionnels ou ré-informatifs ne doivent JAMAIS se suffirent à elles-mêmes. Seul le réflexionnisme est apte à donner sa conscience à toute personne qui désire piger ce qui se passe, dans ce « monde de merde ».

Et pour l’été le plus chaud depuis belle lurette ?
Hé bien il y a cela, puis ceci, de quoi se faire une opinion personnelle, n’est-ce pas ?

Mise à jour de ce dimanche 23 août, ce billet qui ne verse pas dans les prédictions religieuses et autres théories complotistes à la noix (il y en a déjà bien assez qui sont montées par les dirigeants de ce monde, Ah ! Ah ! Ah !) et qui fait un résumé de ce que l’on sait sur cette drôle d’histoire d’une planète / naine brune que l’on ne voit pas (donc inutile d’en causer) mais qui génèrerait des incidents (pour le moment mineures) sur la Terre (les infos du site de Merlin vers lequel pointent l’un des liens du site proposé, datent toutefois de 2007 – 2008, mais à l’échelle cosmique, que sont sept ou huit années ?).

Bah de toute manière, qu’elle soit bel et bien là ou pas, l’humain ne peut que regarder le ciel en se disant qu’il ne faudrait pas que celui-ci ne lui tombe sur la tête, pardi !

À bientôt.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Ré-information n° 6 : 2 500 000* million de signatures contre le TAFTA foutues à la poubelle

1 million de signatures contre TAFTA à la poubelle

1 million de signatures contre TAFTA à la poubelle

Non, ce n’est pas Legorafi. La Commission Européenne a invalidé l’initiative citoyenne de « Stop TTIP » contre TAFTA qui vient de dépasser le million de signatures. Plus de 320 organisations de la société civile européenne se sont regroupées afin de s’opposer avec fermeté aux traités entre l’UE et les États-Unis (TAFTA / TTIP) mais aussi entre l’UE et le Canada (CETA). Ces millions de voix ne seront malheureusement pas entendues…

2 mois, 1 million d’engagements

C’est du jamais vu. Il n’aura fallu que 60 jours pour rassembler le million de signatures nécessaire pour qu’une initiative citoyenne européenne soit prise en compte par la Commission Européenne.

En effet, selon les règles européennes, une « ICE » (initiative citoyenne européenne) doit recueillir un million de soutiens pour orienter la politique de la Commission sur un sujet déterminé. En théorie, une audition publique devrait être organisée au Parlement Européen. C’était sans compter sur la décision de la Commission aux relents antidémocratiques.

Refus catégorique de la Commission

Les négociations commerciales sont devenues une priorité pour l’exécutif européen qui vient d’opposer une fin de non-recevoir envers la pétition. Pour le million de personnes impliquées, le statut d’initiative citoyenne européenne s’est vu refusé d’une manière unilatérale. Le pouvoir estime que ces initiatives citoyennes sont prévues pour instaurer de nouvelles lois, pas pour contester un texte en cours de législation. En d’autres termes, la contestation n’est pas autorisée. L’association Stop TTIP a immédiatement saisi la Cour de justice européenne.

Un tel mouvement de masse démontre qu’il existe une véritable inquiétude citoyenne au sein de l’Union Européenne concernant ces accords transatlantiques. Selon ces centaines d’associations, les accords représentent un véritable danger pour la démocratie. Nous aurions là le terreau d’une « corporacratie » (si tant est qu’elle n’existe pas déjà), un système de plus en plus gouverné par les multinationales.

CorpocracySlider-e1417922665917Au prochain virage, la « World Company » ?

Parmi les grands dangers dénoncés par Stop TTIP, il y a cette mise en place de tribunaux d’arbitrages qui offriront la possibilité aux entreprises de contester des décisions gouvernementales. Toute décision collective qui entraverait le libre marché transatlantique serait susceptible d’être punie. Par exemple, si la France estime qu’il faut interdire un conservateur déterminé afin de protéger la population d’un risque sanitaire donné et que cette interdiction engendre une perte pour une multinationale, cette entreprise pourrait poursuivre l’état et exiger des dommages et intérêts.

Il s’agit là d’un pouvoir inédit dans l’histoire de l’Humanité qui serait offert aux grandes entreprises. Une menace directe contre toutes formes de démocraties. L’idée même de prendre des décisions démocratiques au nom de l’environnement contre une industrie serait implicitement compromise. Allons-nous laisser la démocratie mourir sous une salve d’applaudissements ?

Mais TAFTA, c’est quoi déjà ? Petit rappel dans notre précédent article.


Source : RTBF Info

 / rfi.fr / latribune.fr

———-note www.stopmensonges.com——————–

Ce n’est pas simplement le TAFTA qu’il faut arrêter, c’est tous nos gouvernements corrompus à leur LOI du MARCHÉ.

Un nouveau système sans gouvernement doit être mis en place.

Arrêtons de donner notre pouvoir en votant.

Rendons le pouvoir au peuple, arrêtons cette fausse démocratie.

Namasté

Laurent

http://stopmensonges.com/1-million-de-signatures-contre-tafta-a-la-poubelle/

201508_JCJ_Anti-démocrateMerci bien M. Jean-Claude J. pour votre si pointilleux antidémocratisme, outre les détournements de fonds que vous n’avez pas pu « empêcher » bien que président du Luxembourg !

* https://stop-ttip.org/fr/

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF