GT : après Williamsburg et ces gens costumés, voici l’île de Chincoteague et ses moustiques (en Virginie, toujours)

201509_Amérique_79Après une salutaire nuit de repos (le texte du billet de la veille n’était même pas fini tellement Michel M. était cuit), rien de tel qu’un véritable petit-déjeuner à l’américaine (les Pancakes et le yaourt grec étaient merveilleux) pour se requinquer le mental et faire le plein de calories, histoire d’affronter dans de bonnes conditions une dure journée de…

201509_Amérique_80…bagnole jusqu’à Chesapeake avec un bon bol d’air (vent, douceur et quelques gouttes de pluie annonciatrices de la dépression qui est entrain de passer sur leur tête en ce moment même, samedi 25 à 23h39) à la clef.

 201509_Amérique_81201509_Amérique_82

Le plus plaisant dans cette visite, c’est qu’elle se fit dans un silence extraordinaire pour un tel lieu, habituellement rempli d’enfants beuglants et de parents non moins lourdingues. Être en roue libre s’annonce peut-être pour Elena A. et Michel M. comme la meilleure partie de leur séjour en Amérique du Nord. Et cela, malgré les délices tropicaux de la Floride ainsi que ceux des vingt-quatre heures vécues dans les Appalaches.

Et les débuts de leur venue sur l’île de Chincoteague

201509_Amérique_83leur promettent là aussi un séjour inoubliable. D’une nuit initialement prévue sur le site, c’est in fine deux qu’ils vont y passer.

Accessoirement, le poids des images et vidéos thésaurisées depuis le 11 septembre doit dorénavant équivaloir au bas mot à plusieurs milliers de boîtes à chaussures (mais si mais si) ! La modernité imposée par l’homme à sa nature est véritablement une chance, n’est-il pas ?

La suite du périple
Départ dimanche en cours de matinée / début d’après-midi pour quelques heures à Washington, suivi du retour sur Richmond afin de rentre l’automobile. Puis, ils prendront un bus pour Philadelphie où ils passeront la nuit. Enfin, départ lundi en fin de matinée pour New-York, ultime étape d’un voyage irrémédiablement devenu extraordinaire, et qui se terminera dans la nuit de jeudi à vendredi par un (long) vol de nuit, avec un décalage de six heures à encaisser, où ils atterriront à 20h45 à Paris à l’aéroport Charles-de-Gaulle, accueillis par son charmant personnel, si accueillant et tellement souriant !

201509_Amérique_84Alors, et alors seulement, pourra commencer la soupe à la grimace…

PDF24    Envoyer l'article en PDF