Ré-info (ben oui hein, c’est le moment ou jamais, sapristi !) : le communiqué de l’Elysée que vous ne lirez pas

logori3Suite aux événements tragiques d’hier, il a été décidé que la France réexaminera sa stratégie et politique étrangère.

1) Considérant les soutiens de certains pays avec les mouvements terroristes, soit par leur création à des fins géostratégiques douteuses, soit par leur financement, soit par une complaisance à leur égard, la France révisera ses relations avec les Etats-Unis, le Qatar, l’Arabie-Saoudite, Israël et la Turquie.

2) Considérant le rôle actif joué par la France elle-même dans le point 1), les membres des gouvernements successifs annoncent leur démission en bloc et leur mise à disposition de la Justice française et internationale, non sans avoir au préalable engagé des actions contre les figures politiques, culturelles et médiatiques qui ont défendu et encouragé ces politiques criminelles.

3) Considérant que les 5 années d’interventions occidentales en Syrie et les 15 années de campagnes « d’éradication du terrorisme » ont produit moins de résultats qu’un mois d’intervention russe, la France révisera ses alliances stratégiques en matière de lutte contre le terrorisme et reconsidérera les propositions russes et autres pour une paix au Moyen-orient.

4) Constatant le rôle extrêmement belliqueux et destructeur de l’OTAN ces 30 dernières années, la France se retire de toutes les instances de cette organisation et soumet à l’examen de la Justice la responsabilité des dirigeants de cette organisation pour des actes de guerre illégaux et actes de crimes contre l’humanité.

5) Reconnaissant le rôle indispensable joué par les marchands d’armes dans les guerres, l’Etat français procédera à la nationalisation sans indemnisation et la liquidation de toutes les entreprises privées engagées dans cette filière. Un référendum sera soumis au peuple français sur le devenir d’un éventuel secteur public dédié exclusivement à la Défense.

6) Constatant (pendant qu’on y est) qu’il circule librement et à ciel ouvert des « armes interdites » par les Conventions internationales, la France lancera des mandats d’arrêt internationaux contre les responsables d’entreprises et leurs subordonnés employés dans les services de Recherche et Développement (l’argument « je ne faisais qu’obéir aux instructions » ou « si ce n’est pas nous, c’est quelqu’un d’autre qui le fabriquera » ne saurait être opposé).

7) Considérant que « lorsque nos réactions sont prévisibles, nous devenons manipulables », le Gouvernement de la France se refuse à tomber dans le piège tendu et retire toutes les mesures de surveillance massive et d’atteintes aux libertés publiques et engagera une véritable lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes, d’où qu’il vienne, et contre tous ses promoteurs, alliés ou non (qu’on se le dise).

Vive la France (pour ce qu’il en reste), vive la République (pour ce qu’elle en vaut).

Fait à l’Elysée, le 14 novembre 2015

Le Président

Viktor DEDAJ

source: http://www.legrandsoir.info/le-communique-de-l-elysee-que-vous-ne-lirez-pas.html
___________________________________________________________________________________
Bon sang, quelle sacrée audace (comme disait l’autre), dont l’ectoplasmique François H. ne se rendra évidemment pas apte ! Dommage, car de telles déclarations pouvaient l’envoyer directe sur le podium des méritants du Prix Nobel de la Paix, au minimum !
Ah ! Bin nan en fin de compte, puisque le comité du Prix Nobel de Paix, c’est ça. Merdalors, ils ont aussi noyauté ce machin didonc !
_________________________________________________________________________
Ensuite, il y a cela aussi qui est plutôt pertinent…
entrefilets banniereTuerie à Paris, premiers constats à chaud

14/11/2015 Premiers constats à chaud au lendemain du massacre barbare revendiqué par Daesh à Paris, et qui a fauché 130 vies innocentes (beaucoup de blessés sont encore dans un état grave). Où nous rappelons d’abord les causes de l’avènement du terrorisme islamique en général, et de Daesh en particulier, et où nous essayons d’évaluer les différents impacts possibles du carnage.

Premiers constats au niveau global
Les Etats-Unis sont à l’origine de l’émergence du fondamentalisme islamique qu’ils ont instrumentalisé dès la première guerre d’Afghanistan. D’abord pour lutter contre l’URSS, ensuite pour briser les nationalismes arabes. Le soutien aveugle à l’Arabie pétrolière, dont le wahhabisme est la matrice idéologique du terrorisme islamique, impliquait l’engagement US pour faire triompher le leadership musulman saoudien dans sa rivalité avec Téhéran.

Il en ressort que les Etats-Unis ont développé au fil du temps une relation incestueuse avec le terrorisme international.

La création hors sol d’Israël a de son côté totalement déséquilibré le Moyen-Orient. La politique des deux-poids-deux-mesures qui s’en est suivie en faveur exclusive de l’expansion sioniste a nourri le fondamentalisme et la rhétorique terroriste.

Depuis la première guerre d’Irak en 1990, les pays musulmans ont connu une série de massacres de masse perpétrés par les pays occidentaux sous leadership US au nom de la démocratie et de la liberté avec, au final, plus d’un millions de civils exterminés soit par les bombes de papier de l’ONU, soit par le Pentagone et ses obligés européens.

Ce mépris pour la vie arabe et musulmane a, lui aussi, lui surtout, gonflé les rangs de groupes islamistes de plus en plus radicaux, et désigné l’Occident et non plus seulement Washington comme le «Grand Satan». Daesh est l’enfant malade de toute cette dérive pilotée par Washington.

Il ne faut par ailleurs jamais oublier que le chaos, où qu’il se développe, et quelle que soit les formes qu’il prenne (attentats terroristes ou crise migratoire) sera toujours bénéfique à l’Empire US qui, dans son sanctuaire, n’en trouve que davantage de liberté d’actions.

Avec son obscène tentative de récupération en célébrant la pseudo communauté de destin et la fraternité d’armes américano-françaises, Obama était parfaitement dans son rôle pour verrouiller encore un peu plus la soumission de l’Hexagone à la politique US. Mais tout cela n’est que de la bouillie pour les chats. Faut-il vraiment rappeler qu’en tant que VRP de l’Empire, Obama se fout comme de sa première trahison de la France et des Français?

A l’étage au-dessus, les groupes comme Bilderberg trouvent également dans le chaos généralisé l’occasion de faire progresser leur idéal totalitaire et l’abolition de l’homme.

Enfin, nous concluons ce chapitre avec le constat que l’émotion quasi planétaire suscitée par les 129 victimes de Paris ne va pas sans provoquer une certaine gêne lorsqu’on la compare avec l’indifférence quasi planétaire qui a accueilli la mort des 230 Russes et des 40 Libanais massacrés récemment par Daesh dans le désert du Sinaï et à Beyrouth.

Premiers constats au niveau local français
La politique africaine de la France est une abomination.

La politique Moyen-Orientale de la France est une honte (notamment son soutien à l’entité sioniste).

Son appui à la politique du chaos étasunienne dans la région est une infamie.

Son initiative de regime-change en Libye, avec le massacre de dizaines de milliers de Libyens et la transformation du pays en plaque tournante du trafic d’armes et en base terroriste, est un crime contre l’humanité et une faute politique.

Sur fond de cette politique étrangère désastreuse, la politique de la France s’est définitivement égarée en Syrie où, depuis 4 ans, elle soutient des groupes terroristes comme al-Qaïda et al-Nosra, avec l’obsession unique et aberrante de faire chuter le Président Bachar al-Assad.
Or c’est ce soutien aux terroristes de la première heure en Syrie qui a permis l’expansion de la guerre dans ce pays et l’accouchement définitif de Daesh.

Conséquences
Au lendemain de ce massacre, il va devenir difficile à Hollande de renouveler son soutien aux terroristes.

De même, il va lui être difficile de s’accrocher à sa stratégie de regime-change en Syrie, qui ne peut qu’aboutir à offrir le pays sur un plateau à Daesh.

Il va devenir difficile à Fabius de prétendre encore que «al-Nosra fait du bon boulot en Syrie».

Il va devenir difficile à la France de continuer à vendre sa complicité et son «amitié» aux monarchies d’Arabie Saoudite et du Qatar, dont il est devenu impossible à cacher qu’elles sont les principaux soutiens tant financier qu’idéologique des terroristes islamistes.

Au plan intérieur, c’est la fin des libertés individuelles.
Évidemment, c’est également la fin, au moins provisoire, de la politique bisounours d’accueil sans restrictions ni contrôles de l’immigration de masse voulue par le patronat, la pègre bobo-gaucho-libérale et leurs idiots utiles, et qui ouvrait nécessairement grandes les portes de l’Europe aux djihadistes de Daesh.

Au plan politique, c’est aussi l’obligation faite au parti libéral à deux têtes Républicains-PS de s’approprier le thème de la sécurité intérieure pour la présidentielle de 2017, sous peine de voir Marine Le Pen élue au second tour, avec un risque de guerre civile évident, la caste médiatico-politique dominante actuelle n’étant démocrate que parce qu’elle détient le pouvoir.

Conclusions
Le mal est fait, et on voit mal comment l’on pourra éviter une offensive coalisée contre Daesh, avec son cortège de tueries supplémentaires et de monstrueux dégâts collatéraux.

La puissance militaire française est toutefois devenue beaucoup trop faible pour peser sur un théâtre d’opération aussi vaste que la Syrie.

Or dans les faits, seule la Russie a la volonté réelle de mettre à genoux Daesh, contrairement aux USA qui préfèrent nettement le statuquo et le chaos qu’il permet et qu’ils peuvent exploiter. D’où leur colère contre l’intervention russe.

Idéalement, la France devrait donc immédiatement renoncer à son objectif imbécile de chute de Bachar al-Assad, et rejoindre la Russie dans sa campagne de dératisation de la Syrie.

Détruire Daesh en soutenant la Russie et ses alliés syriens, iraniens et du Hezbollah pour les opérations au sol, est la seule stratégie militaire viable.

D’une manière générale, idéalement toujours, il serait aussi impératif, vital, de prendre rapidement ses distances avec le mortifère Empire US pour en finir avec la politique du chaos qui ravage la planète depuis des décennies.

Hélas, trois fois hélas, la caste politico-médiatique en place brille par sa médiocrité et sa soumission à l’idéologie atlantiste made in Hollywood. Il est donc probable que les choix français à venir se feront à l’ombre de Washington, avec les stratégies foireuses à mesure que l’on devine.

Noir c’est noir il n’y a plus d’espoir, ti la la laaa..

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire