Noël 2015 et toussa

201512_Noel4Cette (magnifique) photo a été prise (par Michel M.) samedi 26 décembre. Elle confirme cette idée d’un hiver français hollandais (lui-même consécutif à un automne déjà bien suave et mou), selon le dogme présidentiel (qui ne supporte aucune contestation) d’un réchauffement climatique, et comme l’a évoqué Michel M. il y a quelques jours. Mais ce qui importe ici, c’est que la michèlémienne brune mie Elena A. et son homme s’y soient trouvés, alors que tout autour trônait un calme serein…

201512_Noel5Outre la nature environnante, ces deux-là se sont mutuellement photographiés, des fois que l’absence de l’un pour l’autre (du dimanche soir au jeudi soir inclus) lui soit trop pénible. Ainsi pourra t-il / t-elle regarder ces clichés en sentant se serrer le cœur d’attendre le vendredi en fin de journée pour leurs retrouvailles. Mais le spectacle était indubitablement aussi ailleurs…

201512_Noel3Afin de parfaire la promenade, Elena A. et Michel M. ont fait quelques images animées de l’endroit, ce qui donne ce tout petit film (1mn 25′) bien reposant :

Un endroit idyllique, n’est-il pas ?

201512_Noel2Anecdote : sur le chemin de l’étang, tous deux sont passés devant une maison probablement micro-climatisée, car icelle arborait sur sa façade de splendides stalactites !

Ah ! oui, et pour Noël ?
Hé bien les parents d’Elena A. se sont pointés chez Michel M. et la soirée s’est déroulée très tranquillement, comme il se doit entre adultes consentants.

201512_Noel1Car cette fête étant essentiellement dédiée aux enfants, il n’y avait pas matière à faire les fous dans l’appartement michèlémien. D’ailleurs, les voisins se sont dit la même chose semble-t-il, car aucun son n’a filtré ni d’en haut, ni d’en bas, ni de droite ni de gauche heu non, de gauche ce n’est pas possible car c’est le mur Ouest. : il donne sur l’entrée de la cour. Enfin, même dans la rue, alors qu’Elena A. et Michel M. raccompagnaient sur une partie du parcours les parents de la première, ils ne rencontrèrent aucun fêtard. Il faut dire, aussi, qu’il était aux alentours de vingt-heures et des brouettes lorsque tous quatre étaient dehors, ceci expliquant sans doute cela…

Vivement le 2 janvier, que Michel M. puisse passer à autre chose, ces fêtes de fin d’année ne représentant pas/plus grand-chose pour lui depuis belle lurette, pardi !

À bientôt.

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire