Dernier coup de théâtre michèlémien de l’année 2015

201601_Saint-SylvestreAlors que rien ne laissait présager un quelconque évènement perturbateur pour cette soirée, puisque l’un et l’autre avaient souhaités un 31 décembre sans effusion particulière, l’ami Vassia a convié Elena A. et son homme à venir en province participer au repas de noces de son ami Vladimir G. (le genre d’impromptu que l’auteur imagine mal se produire du côté de ses congénères, lors d’un mariage à la française), qui épousait le jour même Elena (sur les quatre femmes originaires de l’ex URSS, elles étaient trois ce soir-là à se prénommer ainsi, mais ce prénom a perdu de sa popularité depuis quelques décennies, à l’instar de Michel en France par exemple).

Après une longue route, c’est l’arrivée. La suite de cette très sympathique soirée est narrée en images et films (de quoi reposer leur ciboulot aux ex festifs !).

L’anecdote
Le personnage au crâne rasé de la photo ci-dessus, qui a pour prénom Dmitri, est le premier véritable mauvais garçon (« Bad Guy » en étranger) russe qu’il a été donné de rencontrer à Michel M. Mais alors attention, hein, il s’agit vraiment du gars qui donne l’impression tenace qu’il zigouillera sans aucun souci son prochain, pour peu qu’icelui lui ait été présenté comme cible à descendre, ou bien tout simplement parce qu’il l’empêche d’arriver à ses fins.
Son discours est parsemé de « Bliat' » (« Putain » en français, « Fuck » en étranger) et, alors qu’il avait enfilé, lors du trajet, le poing américain qu’Elena A. a en sa possession, il lui confirma que l’objet était de très bonne qualité. Au poing même (Ah ! Ah ! Ah !) qu’il affirma qu’il pouvait étaler 10 mecs à mains nues en temps normal, mais que grâce à cet arme, c’est 20 gars qu’il mettrait au tapis ! Bon, il était certes un tantinet bourré depuis le début de l’après-midi (il passera d’ailleurs une bonne partie de la soirée allongé sur le canapé du salon, ivre mort, comme en témoigne le diaporama ci-dessous), mais pour l’avoir senti le pousser lors de l’escalade du portail et après lui avoir touché le bras, Michel M. a bien senti que même son senseï Alain C., malgré ses trente années de Shotokai, aurait sans doute du mal à se défaire d’un tel adversaire, nom d’un Mawachi guéri ! Ce voyou savait visiblement de quoi il causait, par la Sainte Mule de Celui qui n’existe pas !

En tout cas, cette soirée fut en tout point plaisante, Vova G. étant parvenu à associer le raffinement français de la table avec le tempérament éminemment sociable russe, une symbiose réussie qui rend tellement médiocre les mauvaises façons françaises faites au peuple russe depuis si longtemps… Mais fi de ces billevesées, place aux images.

Le diaporama

Le film

Tout cela fit que les cinq parisiens furent de retour sur la capitale qu’à l’aube, avec un contrôle d’alcoolémie à la clef sur la route (ni Elena A. ni Michel M. n’en avait été témoins / victimes depuis belle lurette !). Mais comme Vassili s’appelle toujours Sam depuis qu’il est passé entre les mains guérisseuses du docteur HIlash M., qui l’a définitivement guéri de son travers (depuis plus de cinq années, Vassili n’a plus bu UNE SEULE goutte d’alcool, preuve du séreux du travail effectué alors !), le résultat fut négatif, malgré trois expirations exigées par le gendarme, un brave type qui devait sans doute être très déçu de ne pas pouvoir sévir contre cette bande de sales russkoffs de malheur, nom d’un russophobe !

201601_Saint-SylvestreQuand il y pense, Michel M. se dit qu’il avait été bien sot d’obtempérer à la demande de Dima de grimper là-dessus : outre le risque de se faire tirer dessus par le propriétaire (un triste faits divers pour une Saint-Sylvestre, n’est-il point ?)201601_Saint-Sylvestre_Portail… il pouvait tout aussi bien s’éventrer sur la grille, saperlipopette de fin de vie à la noix ! Quel mauvais exemple pour les enfants qui sont susceptibles de tomber sur ce billet, l’auteur en a froid dans le dos !

À bientôt là-dedans !

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire