En terres qataries heu… cathares – Intro

Ce qui peut signer une culture, un peuple, une nation ce sont, outre les arts, les écrits, les mythes et légendes, etc., qu’elle a laissés après sa disparition mais, aussi, les vestiges de leur passé (quand il y en a, hein, parce qu’avec les armes modernes, il est devenu fastoche de raser un pays et d’en faire un gigantesque terrain de boules, comme l’ont si bien fait les États-unis d’Amérique avec leurs tapis de bombes, et cela qu’ils soient seuls (Corée, Vietnam) ou bien accompagnés par leurs vassaux européens, Anglais et Français principalement (Irak, Libye, Afghanistan) pour le faire.
En l’occurrence, dans le pays d’Oc et, plus particulièrement, du côté des cathares, ce sont les ruines de leur splendeur passée qui témoignent de leur existence. C’est ainsi que ces trois derniers jours (du vendredi 8 au dimanche 10 janvier 2016), deux êtres parmi les plus grands amoureux (hétérosexuels) du XXIème siècle, s’en sont allés rencontrer ces vestiges d’une société qui osa s’opposer à l’Église, alors toute puissante et dont la terrible Inquisition n’avait rien à envier au djihad actuel des Sunnites, pardi !

Après une heure et des brouettes de vol, voiture louée récupérée, Elena A. propose à son chauffeur d’homme (ce qui veut dire que Michel M. conduisait, pas qu’il aime caresser ses pairs !) de voir de plus près une ruine, entraperçue à travers les arbres effeuillés sur la route de Carcassonne et sise dans la ville d’Alet-les-Bains.

201601_En_terres_cathares01À suivre (hin hin hin).

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF