Floraison hivernale d’intérieur et (plein) d’autres petites choses existentiellement michèlémiennes

Floraison hivernale d’intérieur
201601_FloraisonC’est une plante sans nom qui a été « offerte » à Michel M. au mois de mai dernier par une collègue sur le départ (retraite et ce qui s’en suit) et qui, faute de repreneur, allait probablement finir son existence dans une poubelle (la plante, pas la collègue). Quasi moribonde alors, car visiblement en train d’étouffer dans un pot dont elle avait été extraite, ne voici t-il pas qu’en l’espace de six mois, icelle a fichtrement repris de la feuille et de la racine, au point de fleurir comme il est probable qu’elle ait rarement fleuri jusqu’à présent (l’ancienne propriétaire n’est pas là pour infirmer ou confirmer les écrits de l’auteur d’abord).

Accessoirement et alentours, les visiteurs peuvent admirer l’ « Ouzbek bienveillant », l’Ange du Travail, le petit cadre enchanteur acquis à Rome (en hiver 2013), la danseuse de flamenco suivie de près par le fier et bigarré taureau ibère, la cathédrale Sainte Marie de la Fleur en boule à neige, ainsi que la statue de leur éternité, plus vraie que nature, incontournables objets qui égayent de si belle manière le petit salon de son appartement à Michel M. Autant de sujets à réflexions, lorsque le regard s’attarde sur l’un d’entre eux, les voyages et leurs souvenirs étant devenus à l’un et à l’autre, sa brune mie et lui-même, le plus moelleux matelas sur lequel ils aient pu se rouler, rembourré qu’il est de leur intense passion de 5 ans, et plus puisque affinité.

Lever de métro
201601_Lever-de-métroLundi 18 janvier 2016, un matin rose et frisquet sur le quai de métro de la station Châtillon-Montrouge, alors qu’Elena A. et son homme partent au travail. En effet et exceptionnellement Michel M. était resté la veille, dimanche, chez sa brune mie, puisque arrivé en cours de journée de samedi. Que les plus méchants parmi les visiteurs du blog n’aillent cependant pas s’imaginer que ces deux-là ne puissent pas vivre plus de deux nuits sous le même toit sans se balancer la vaisselle au travers du visage, tss tsss !

Pour la petit histoire, depuis que Michel M. prend les transports en commun pour rejoindre sa belle, le Citroën Picasso se morfond dans son parking souterrain. Aussi ce jour, samedi 23 janvier (car il s’agit d’un second samedi qui voit l’auteur ne pas s’être radiné la veille : c’est un hasard de la vie car vendredi soir, l’auteur était de sortie avec Marc V. et Gilbert T. (dont il sera question plus loin dans le billet)), Michel M. a-t-il pris son automobile afin de retrouver Elena A. et de lui faire prendre un peu l’air (à l’automobile) et, accessoirement, d’y balancer quelques centaines de milliers de particules fines et polluantes, Ah ! Ah ! Ah ! Il fallait bien, aussi, qu’il trouve le moyen de trimballer l’énorme plateau de produits baques offert par son fils Kévin pour son Noël, pardi !

Le cadeau utile
201601_Cadeau_Kévin
À l’heure à laquelle l’auteur rédige ce billet, ont été ingurgités. Le fromage et la confiture de cerises noires en un pris eux aussi un coup (deux très bons produits itou). Il reste tous les autres produits pour demain dimanche : indubitablement, voici bel et bien un cadeau utile qu’a offert là à son père un fils cadet bien aimant (et bien aimé).

D’un vieux druide perdu dans la ville…
AGM_abdication
…à un tout jeune vénérable retraité
Ne faisant désormais plus partie des collègues de Michel M. du fait d’une prise de retraite dûment méritée, Gilbert T. a toutefois été invité par le susnommé à garder un pied-à-terre dans le monde du travail, en venant prendre la place laissée vacante par le vieil AGM depuis plus d’une année désormais.

Un Adrien G-M semble-t-il moins pêchu qu’auparavant : venu en coup de vent dans le bureau de Michel M., le vieux bonhomme remercia à deux reprises son ex hôte pour « tout ce que tu as fait pour moi », ce qui mis la puce à l’oreille de l’auteur, de tels propos évoquant bien plus un « Adieu » plutôt qu’un « À bientôt ». Michel M. s’est dit alors que l’hiver est une saison qui rend décidément bien des gens dépressifs ! Sans compter que bon nombre de personnes âgées claquent en hiver : ce ne sont les décès récents de quelques célébrités (Michel Galabru, Michel Delpech, Michel Tournier, etc.) qui contrediront l’auteur, saperlipopette de Faucheuse !

Aussi, quid de Gilbert T. ?
201601_Gilbert_T_en-_roue_libreSacré lascar en vérité que ce bonhomme-ci, mais dans un genre-style Docteur Jekyll & Mister Hyde, les crimes et transformations en moins (enfin, jusqu’à ce qu’un torche-cul à sensation ne révèle que Gilbert T. était en fait un redoutable brigand de grand-chemin de la ville d’Aix-en-Provence…). Quoi que, au vu de l’animation ci-dessus, il est indéniable que le susnommé possède un don certain pour le travestissement. Peut-être même qu’il fait partie d’une de ces confréries de l’ombre dans lesquels les membres adorent porter des costumes et ânonner des paroles, s’enorgueillissant ainsi d’appartenir à une bande de potes « éclairés » qui se sont extraits du troupeau, ayant en outre poussé leur vice jusqu’à développer tout un tas de rituels afin de se rendre encore plus mystérieux aux yeux des autres… Toutes choses qui ennuient fortement Michel M., lui qui n’aime rien tant que la rectitude, l’honnêteté et toutes ces valeurs désormais jugées d’une obsolescence inouïe par des « Modernes » d‘un XXIème siècle qui vénère le calcul, le mensonge, le déni et autres trucages utilisés pour garantir à leur tenants une meilleure part de gâteau du Pouvoir.

Elena A. à la barre
201601_Elena_A_barreNative d’un « pays » continent (l’ex URSS) dans lequel la culture du corps était aussi importante que celle de l’esprit, la brune mie de l’auteur a su garder jusqu’à présent une propension certaine à être bien plus sportive que l’immense majorité des personnes que Michel M. connait dans son entourage… Néanmoins, trop de sport tuant le sport et, surtout, l’âge aidant, la belle se sent de moins en moins « forte ». Afin d’appuyer ses dires, Michel M. révèle ci-dessous la fin de cette débauche de flexions que sa mie pratiqua alors qu’elle était venue passer sa nuit chez son homme, après une conférence de géopolitique organisée par la revue Conflits, déjà évoquée sur le blog alors que tous deux se trouvaient en Grèce au mois d’avril 2014…

201601_Instruction-grecqueAccessoirement, cela donne à Michel M. une indication quant à l’époque à laquelle il avait commencé à se détourner de l’occidentaliste doxa, un définitif schisme en ce qui le concerne, une franche rupture de celles qui incluent une cautérisation de la déchirure à la clef, tant en aucun cas le chemin ne pouvait dès lors être refait en sens inverse.

Pour en revenir à Elena A. et à ses étirements, Michel M. se fait un plaisir d’exposer ci-dessous de quel manière s’est terminé l’exercice.

Revue Conflits – Conférence Puissance 21
201601_Géo-conférence
Le professeur de géopolitique Frédéric Munier annoncé dans le courriel (ci-dessus exposé) connaissait évidemment son sujet, comme tout académicien qui se respecte, pardi !
Pensons donc, traducteur français de Joseph Nye, il s’agit in-con-tour-na-ble-ment d’un type important (Joseph N., pas Frédéric M.) dans le domaine de la géopolitique mazette ! De ceux qui théorisent « ce qui se passe dans le monde (et même au-delà peut-être, tellement ils sont balèzes !) », une lumière en l’occurrence, style_&_genre intellectuellement burnée mais qui, hélas car c’est là qu’est l’os, restent indéfectiblement américanistes, donc coupables ET responsables de la merde géopoliticienne dans laquelle s’est enferrée la civilisation humaine. Michel M. épargnera aux putatifs lecteurs de son blog la liste des opérations que ces messianiques « Gendarmes du Monde » ont manigancées afin de foutre en l’air les États qui refusaient d’obéir à leurs ordres. Une considération indubitablement michèlémienne et qui est extrapolée d’un apophtegme (à peine) inventé par l’auteur (et toujours démontré jusqu’à ce jour) qui impose que l’on ne peut être qu’AVEC les États-unis, avec à la clef une allégeance extrême (François H. est un excellent pion en l’occurrence), sans quoi on est susceptible de voir une « insurrection spontanée » communément appelée « Révolution colorée », « Printemps machin chose », etc.

Ainsi donc, Elena A., Gilbert T. (prochain phagocyteur du blog ?) et Michel M. se sont-ils pointés à leur première conférence de géopolitique (l’auteur démontrant là sa capacité à embrigader des proches dans ses propres turpitudes existentiellistes, sacrebleu !). L’émérite professeur de géopolitique Frédéric M. fit donc son exposé sur les « Hard, Soft, puis Smart Powers ». Il connaissait son sujet pour sûr (c’est un minimum lorsque l’on est conférencier, Ah ! Ah ! Ah !), mais… et puis ?

Expliquer les résultats d’une théorie en restant dans une vision conceptuelle des « choses », c’est à dire en en abordant pas les conséquences humaines, cela ressemble rapidement à une croyance en un maître (Joseph Nye pour le coup), en une doctrine. En court, cela se rapproche d’une religion (audacieuse extrapolation michèlémienne pour sûr, et puis ?) puisque vénération à l’endroit d’un « visionnaire ».

Une chance pour les auditeurs (car en ce qui concerne M. Frédéric M., la messe fut rapidement dite : seul l’âge lui permettra (peut-être) de prendre un chouia de hauteur par rapport à un quelconque « guru » d’emprunt), deux autres intervenants étaient présents : le directeur de la revue Conflits (Pascal G.) ainsi qu’un « ancien » barbouze ou, plutôt, ancien agent des « services spéciaux » français. Grâce à ces deux gars, la jonction entre théoricien et homme de terrain put être faite.

Et c’est bien là que fut porté le fer par les deux briscards. Iceux firent en effet clairement comprendre / entendre (mais avec toute la déférence qu’il se devait) au prof’ de la « Prépa Saint-Louis » qu’entre une théorie papier et ses implications sur le terrain, il serait bon qu’un monde de réalisme puisse être pris en compte.

Pour l’ultime petite anecdote de ce billet, certains lecteurs jubilerons de lire que, du fait des circonstances, les trois susnommés inscrits pour cette conférence se retrouvèrent placés au premier rang. Cerise sur le gâteau, ET Gilbert T. ET Elena A. posèrent chacun leur question, Michel M. quant à lui se contentant de commenter les propos émis par les conférenciers (il se rachètera peut-être lors de la prochaine conférence des mêmes organisateurs qui est déjà annoncées).

À bientôt, là-dedans.

PDF24    Envoyer l'article en PDF