La mort, la vie et l’existentiellisme michèlémien dans tout son anodinisme

Billet pour initié

201410_Amigovaritch_Sergio_VDeux billets (au moins) l’ont évoqué (ici et ), plus (au moins) itou d’allusions à son endroit en leur temps, firent de ce personnage l’un des nombreux gravitationnistes michèlémiens d’occasion.

2014_03_Second_MariannauteD’autant plus, en l’occurrence, que le non encore nommé sujet dont il est question dans cette « intro pour initié » lit régulièrement le blog.
Et que ce soit essentiellement pour y apprécier le profil d’Elena A., ce que Michel M. peut comprendre (et, bien évidemment, en ressentir une délictueuse pointe de fierté), ne le rend pas pour autant suspect ni pervers aux yeux de l’auteur, que nenni et tss tsss. Ne serait-ce que parce que ledit auteur, et ce n’est pas faute de l’écrire là-dedans, a pigé depuis belle lurette que son écriture pose bien trop d’énormes problèmes d’intelligibilisme aux visiteurs, au point qu’iceux ne s’occupent même plus des âneries amoncelées dans ce puits sans fond de l’anodin, tout comme Michel M. lui-même ne s’occupe plus d’être lisible. Outre l’évidence faite à l’univers tout entier dans son ensemble généralisé que le profil en question (celui de sa brune mie) fait indubitablement partie des plus belles réussites que l’aléatoire alchimie de la nature ait pu donner jour au sein de l’humanité, depuis qu’icelle existe.

L’amigovaritch Sergio V. est donc (re)venu faire un signe à l’auteur, cela après une absence que le second avait fini par considérer comme la résultante d’une bifurcation existentielliste, de celles que tout à chacun constate dans son parcours de vie (bin oui hein, s’il fallait que l’on garde contact avec tous les gens que l’on rencontre et avec lesquels on vit un bon moment, on passerait son temps à penser aux autres et jamais à soi, merdalors !). Toujours est-il que ce soir, vendredi 29 janvier 2016, Sergio V. a envoyé un texto (« SMS » en étranger) qu’il fallut quelques millièmes de seconde secondes à l’auteur pour piger de qui il en retournait. Et cela, non pas parce que ce numéro de Sergio V. était enregistré dans la liste de ses contacts, mais parce que gars signa par un « Serge » (même pas Sergio, hein, signe probant de la solennité de la chose alors entreprise par lui).

Aussi, afin de rendre ce billet plus humain encore (pour le coup, Michel M. qui, pourtant, se revendique d’une misanthropie certaine, risque fort de frôler un humanisme le plus à même de lui attirer la sympathie de quelques « frangins » en mal d’apprentis à (dé)former, saperlipopette de grand architecte de ses deux !), l’auteur va reproduire ci-dessous la teneur du fil de discussion entamé entre Segio V. et lui-même. Michel M. n’a pas demandé à son ami sa permission, mais il se fait confiance, comme ils sait que Sergio V. lui fait confiance.

Texto (un chouïa remanié pour une compréhension améliorée des putatifs lecteurs) reçu ce vendredi 29 janvier à 19h39.

«  Sergio.V. : Nouvelles de ma pétrolette, celle que t’as vue. Amicalement. Serge.
201601-PapymotoMichel M. : Hé ! Hé ! Ho ! Ho ! Ma parole, tu es devenu pro-russe mon pauvre propagandé !!! 😁 Content de voir que tu penses à mézigue. Alors, vite fait : 2016 sera pire que 2015, mais bien meilleure que 2017 m’est avis, Sergiovaritch amigoff !!! Quant à la moto, elle ressemble à un Mig21 ! Bellissima !
Sergio V. : Je pense souvent à vous mais bon cela fait 6 mois que j’ai été défoncé par un motard bourré alors que j’étais en vélo. Passé le coma, les opérations, les réas, la consolation avec corset et minerve jour et nuit pendant deux mois et demi, puis 2 mois dans un centre de rééducation corporelle, me vl’a de retour depuis peu à la maison. Tout refonctionne à peu près, sauf la main et le bras gauche… Faut attendre, qu’ils disent, que le nerf repousse.
La déco, c’est le cadeau de mon fils pour mon retour.
Question bellissima, t’es gâté toi. Revenu sur ton site. D’ailleurs, embrasse-la pour moi, ta dame.
Camarade, paluche amical d’un bergeracois. »

Ayant lu cela Michel M. se dit que, plutôt que de poursuivre cette conversation par l’écrit, un bon petit échange à l’ancienne, c’est à dire de vive-voix, serait bien plus appropriée, pardi ! Ainsi apprit-il avec moult détails les circonstances de l’accident, le déroulé de la convalescence du Papy-vélo-moto et les circonstances du cadeau du fils.

Mais c’est un propos de Sergio V. (de mémoire michèlémienne) qui donne toute a quintessence de l’expérience vécue : « Ça m’a fait me rendre compte que j’étais tombé dans l’égocentrisme, le train-train de la vie [d’un jeune retraité] ». De ces mots qui renvoient plus ou moins directement au carpe diem d’Horace (ainsi que précepte ô combien michèlémien) que Michel M. s’applique à vivre au quotidien, lui-même ayant été autrefois considéré comme épicurien par une professeur de philosophie qui avait démissionné pour incompatibilité avec l’Éducation nationale, au temps jadis des Sectis adorem rectum et de leur éclairante maxime : « Felix qui potuit rerum cognoscere causas« .

Ainsi, peut-être que lors d’une virée de l’auteur en compagnie de sa brune mie du côté du centre de la France, ces deux-là se rencontreront-ils, qui sait ? En tout cas, rendez-vous est éventuellement pris sur Sputnik et / ou Russia Today, les deux uniques sites sur lesquels Michel M. dépose désormais ses commentaires.

Reste des courses
Les deux châteaux cathares ne sont plus du tout d’actualité. En revanche, les vidéos-diaporamas s’y rapportant seront montés, un jour, puis diffusés sur le blog au gré d’un billet. Patience…

Gilbert T. est plus que jamais présent dans le quotidien michèlémien depuis qu’icelui lui a proposé un pied-à-terre dans son bureau. Seulement, là où Adrien G-M. donnait dans le taudisme…

2012_12_Invasion_agmiste03… Gilbert T. fait plutôt dans l’érudit et le collectionneur (de cartes postales en particulier, une photo du bureau de l’auteur après installation du susdit est à venir), ainsi que dans…

201601_Gilbert_T_en_roue_libre_3…le sociabilisme hédoniste (quoi que, le druide du VIIème passa lui aussi pas mal de temps dans le même endroit, lorsqu’il venait reprendre goût à « la vie active » au contact de l’auteur).

201601_CafeteriatQuelques messieurs très (trop ?) tranquilles.

Enfin, du côté de la bande de La Cafèt’, la nouvelle année ne laisse présager aucun changement. Qu’importe, car s’il y a une chose dont l’auteur est certaine, c’est qu’il est parfaitement inutile de s’attendre à quelque chose, puisque tout est possible.

201601_Gilbert_T_en-_roue_libre2À bientôt.

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF