Il a neigé en Île-de-France lors de cet hiver, la preuve en image

201604_NeigeVu de l’ancienne maison de Michel M., côté place.

C’est Kévin M. qui a saisi cet extraordinaire évènement qui se déroula en cette fin d’avril, le 26 précisément. Michel M., qui travaillait alors avec grande application et comme il le fait consciencieusement chaque jour ouvré, avait bien vu de l’une des deux fenêtres de son bureau que « quelque chose d’incroyable se passait ».
Seulement, tout à  son ouvrage qu’il était, il n’avait pas creusé plus que cela la chose…

C’est alors que le jeudisme était bien entamé, mousses à l’appui, que son fils cadet lui amena ce témoignage visuel selon lequel la neige avait bel et bien fait son apparition. Cela alors que l’impression relative à  l’hiver 2015 – 2016 qui dominait était que l’ectoplasmique président François H. avait bien eu raison d’altérer heu… d’alerter l’univers mondial dans son ensemble cosmogonique tout entier que le climat se réchauffait, pardi ! Concept dogmatique s’il en est, et qu’il avait même scellé par une magistrale messe mondialisée. Un évènement considérable qu’il avait fait nommer par ses conseillers « COP21 » (21ème conférence concernant les changements climatiques).

Toujours est-il que, jusqu’à ce fameux vendredi 26 avril, pas un seul flocon n’avait montré le bout de son cristal en Île-de-France, donnant raison aux susnommé.

Mais grâce à ce témoignage (désormais filmé ci-dessous), l’erreur est réparée : il a indubitablement neigé lors de l’hiver 2015 – 2016, la preuve ci-dessous.

Ni plus, ni moinsss.

Avril est terminé, le joli mois de mai se radine : Elena A. et Michel M. vont pouvoir faire ce qui leur plait.

À suivre.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Pour la commémoration des 30 ans de la catastrophe de Tchernobyl…

…le site Russia Today a réalisé un travail absolument remarquable !
201404_TchernobylQue les lecteurs de ce blog n’hésitent pas à cliquer sur cette image, un calme Enfer sur terre va se révéler sous leurs yeux ébahis.

Et s’ils n’en ont pas eu assez avec cette atmosphère bien pesante, ils pourront ensuite lire sur le blog Fukushima 福島第一 beaucoup de choses qui sont totalement tues ailleurs (en effet, qui évoque encore Fukushima dans nos chers médias ?) en ce qui concerne le Japon, et cette atroce plaie à ciel ouvert qui finira par détruire le pays.

Une conférence commémorative commune à Tchernobyl et Fukushima a eu lieu à la mairie du II ème arrondissement parisien, le 22 avril 2016 de 9 heures à minuit (!).
Ni Elena A. ni Michel M. ne s’y rendirent, l’animation n’ayant pas reçu autant de publicité qu’elle aurait du en avoir dans une société bien informée.
En toute honnêteté, il n’est pas dit que ces deux-ci s’y soient rendus s’ils avaient su…

Qu’importe, ces deux accidents nucléaires sont à jamais inscrits dans la mémoire de la civilisation humaine. Seules leurs conséquences à long terme ne sont pas quantifiables, seulement envisageables…

201604_Tchernobyl2Des liquidateurs vont à l’abattoir heu… au boulot. © RIA

« La lutte contre l’incendie à la centrale de Tchernobyl était une affaire d’une extrême difficulté, au regard des doses mortelles de rayonnement auxquelles étaient exposés les pompiers en essayant de lutter contre le feu. La tâche des liquidateurs était d’essayer de contrôler le feu. Ils passaient des périodes de trois minutes en costume de plomb, essayant de remettre autant de débris que possible dans le cœur du réacteur.

Environ 350 000 liquidateurs étaient des membres de l’armée soviétique, de la police locale et des services de lutte contre les incendies ainsi que du personnel de la centrale de Tchernobyl. L’OMS estime que près d’un quart du million de liquidateurs a reçu les doses de rayonnement les plus élevées de la catastrophe. »

201604_Tchernobyl3Monument aux liquidateurs de Tchernobyl, près du bloc 4 de la centrale. © Reuters

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Un bref passage par Herblay, lieu de vie de la précédente existentielle vie de l’auteur

Jeudisme : nouvelle « activité » en vue

201604_Herblay2L’incontournable gigotage michèlémien : ici dans un champ herblaisien et
démontrant à son fils cadet que le poids des ans ne l’a pas atteint car ses mains ne tremblent pas.

Rendez-vous avait été pris avec Kévin M. pour aller récupérer dans sa maison (enfin, l’ex maison de l’auteur dont il céda à moindre prix sa part à Sylvie T., sa précédente compagne) un pécé spécialement préparé pour le jeudisme et ses longues soirées enfumées heu alcoolisées heu entre hommes adultes et consentants, quoi.

201604_Herblay1D’un gigotisme voulu à une gîte tout court,
il n’y a que quelques pas que ces deux-là font allégrement.

C’est donc sur le chemin d’une brocante mouillée (un temps vraiment pourri a régné ce dimanche 24 avril, merdalors de crottes de bique !) qu’Elena A. pris ces clichés d’un père et de son fils

Initialement, Guillaume M., aîné des deux fils M., devait venir avec son épouse Aurélie M. Manque de bol, icelle se déclara souffrante le samedi matin, posant ainsi un quasi lapin à Sylvie T. ainsi qu’au frère de son époux.
Accessoirement à son père aussi (enfin, à celui de son mari), mais bien involontairement puisque ni elle ni Guillaume M. n’avaient été informés de la visite d’Elena A. et de Michel M. ce dimanche-là à la Brocante de Chennevières,

201604_Brocante_Chennevièresune faute manifeste de Sylvie T. : l’ensemble des personnes ayant été « impactées » par cette erreur d’appréciation sont toujours en train d’étudier la façon de la lui faire payer.

Seconde mission, la récupération du pécé de joueur (« Gamer » en étranger) préparé pour les soirées ci-dessus évoquées. Après les photos, voici la vidéo prise sur le chemin de la mission, toujours par l’extraordinaire brune mie de Michel M.

201604_Herblay3Beauté picturale du printemps

Sans nul doute (croix de bois crois de fer, s’il ment il filera en Enfer) : photos à venir des parties futures, style-genre « Crazy-Gamer » (« joueur-fou ») contre le reste du monde.

Café du Musée, terrasse inaugurée
201604_Café_du_Musée2Ayè, les travaux qui ont duré un peu plus de trois semaines sont terminés : en voici le résultat. Mais il est bien difficile d’en avoir une bonne vision sans y pénétrer…

201604_Café_du_Musée1Arthur et Elena A., fils et mère débarqués en France au tout début des années 00,
se repaissant d’un Whisky pour l’une, d’une mousse pour le second.

Arthur, digne et prodigue fils de la brune mie de l’auteur, était venu afin de fêter les 83 années d’existentielle vie de son grand-père, Oleg A.  pour cette fin de semaine dernière (du 14 au 16). Ayant absolument tenu à siffler des bières avec son « beau-père » avant de s’en retourner pour Londres et sa City, c’est donc le samedi 16 que tous trois s’y astreignirent.
Comme de bien entendu, en bonne mère (et femme) qu’elle est, Elena A. avait proposé à ses deux hommes de se cultiver un chouïa l’âme, avant d’aller se remplir le ventre. C’est donc au Petit Palais que ces trois-ci se rendirent (entrée gratuite, à noter pour les lecteurs désargentés).
Michel M. ne va certainement pas se lancer dans des explications ou descriptions assommantes de ce qu’ils y virent, que nenni ! En revanche, deux clichés seront à même de satisfaire la curiosité des plus mordus. Par les écrits michèlémiens tout du moins, car en ce qui concerne les œuvres exposées dans l’endroit, ils feront bien mieux de s’y rendre eux-mêmes, pardi et Ah ! Ah ! Ah !

201604_Petit-Palais2Le Petit-Palais possède un « petit » jardin dans lequel il fait bon prendre un café, un thé
(mais pas une mousse, quand le Café du Musée est annoncé !).

201604_Petit-Palais1Une Maman et son fils préféré (quand on en a qu’un c’est plus fastoche, bin tiens !)

À jour ! Michel M. se sait désormais à jour de ses narrations. De quoi redorer le blason de son blog qui, mine de rien, continue de recevoir un nombre de visites tout à fait honorable :

Stats201603_17au23Pour info, Michel M. expose ci-dessous le TMF du mois de mars qui n’avait pas encore été affiché, tant le désœuvrement avait envahi l’auteur durant ces quelques dernières semaines :

Stats201603Un TMF en perte de vitesse, puisque l’annonce avait été faite par l’auteur que le blog devenait comme un boulet pour lui, alors qu’il avait créé un profil Facebook (ne jamais écrire « Fontaine jamais je ne boirai de ton eau« ) à la date du 2 janvier 2016 à 17h52.

Seulement ATTENTION : que les amateurs avertis ne s’accrochent pas au plafond en découvrant ce billet digne de la meilleure époque de « MichelM, le blog » (enfin, il est probable que certains s’y soient collés avant de lire cela : Michel M. espère qu’ils ne se feront pas trop mal en tombant des nues), car il est très plausible que l’endroit ne redevienne sous peu aussi vivant que la chambre mortuaire du roi de la pyramide de Khéops avant que John Greaves ne l’explore, Ah ! Ah ! Ah !

Quoi qu’il en soit, à bientôt la compagnie.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

En attendant la fin… du blog ? De cette civilisation ? De l’univers ? Qui peut savoir, hein ?

…Voici une histoire de famille en une seule image.

Famille Marais-GrignonAh ! Les années 60 et la couture maison avec les patrons Burda
De gauche à droite et de haut en bas : Claude M. (+ ou – 1970) & Huguette G. (+ ou – 1990),
les parents, Christine, Claude et Françoise M. et le petit dernier, Michel M. soi-même-t-il en personne (+ ou – 1964), les enfants.

Composition pyramidale incontournable pour un tel sujet ainsi que selon les valeurs morales qui prévalaient jusqu’à présent en Europe de l’Ouest. Mais qui, depuis la fin des années 60 du fait des constants coups de boutoir (de plus en plus pressants depuis quelques années) de l’omniprésent anglo-sionisme qui a totalement corrompu la « Communauté internationale », tendrait à vouloir s’inverser (merci les Charlie-No-Borders-LGBT et autres ravis moutonistes utiles !).
Notamment avec l’instauration de l’Enfant Roi, et de la disparition de la famille comme référence éducationnelle, cela au profit d’un État qui se la pète style-genre régalien, mais qui est lui-même désormais corrompu absolument par les idéaux que trimballent cette « philosophie anglo-sioniste« , avec tout nouvel exemple in situ.

L’auteur laisse sans plus de façon les anthropologues et autres patentés physionomistes à leurs réflexions quant à l’analyse morphologique de ces cinq têtes si bien faites (et de ce qu’on peut en déduire, bien que cette « science » ait montré ses limites)

À bientôt !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF