Fête de la musique 2016 à l’hôtel Matignon

201606_Fete_musique_01Dans la cour de l’hôtel Matignon, quand le premier ministre arrive chaque matin au boulot, il a de quoi se sentir investi d’une sacrée mission avec un tel fronton ! Manque de bol, Manuel V. a clairement pris parti pour une autre nation, bien avant celle qui l’a accueilli (le susdit étant issu de l’immigration espagnole), à savoir la France.

Michel M. ne s’en est jamais caché, même si ses cris les plus tonitruants ont été exposés ailleurs, il estime que cette équipe gouvernementale est une véritable calamité. Enfin, calamité pour les Français « de souche » comme s’en ressent l’auteur, c’est à dire ces personnes ô combien ringardes qui aiment leur pays quand il est souverain, un concept que les moins de 20 ans ne peuvent pas comprendre (d’où la sur représentation des jeunes britanniques qui, en majorité, ont voté pour l’U-E lors du tout récent Brexit).

En revanche, pour certains influenceurs style-genre CRIF, LICRA, et autre BHL, Manuel V. est le bon gars* au bon endroit (et qui plus est au bon moment, comme l’auront parié un certain temps ses maîtres à « penser »). Ben oui hein, il sert au mieux ces personnes dont le but n’est certainement pas de (re)donner à la France un poids dans le « concert des nations », ni d’améliorer les conditions de vie des Français (surtout pas car il s’en fout royalement, HA ! HA ! HA !).

Mais bon, l’auteur s’égare en des domaines subalternes qui pourraient néanmoins lui valoir d’être fiché « S », soit le niveau ultime de la scrutation policière, puisque l’état d’urgence prévaut toujours dans le pays (ce qui fait partie des incongruités exposées par cette équipe gouvernementale dite « socialiste », AH ! AH ! AH !), et que tout libre-penseur est donc un terroriste en puissance (qui s’ignore), pardi !

Mais fi de cette nauséabonde introduction, place au « festival ».

201606_Fete_musique_03Unique photo d’un groupe de filles qui officiait au moment de l’arrivée sur les lieux
des deux protagonistes : Sirius Plan (rien que ça).

201606_Fete_musique_04Les chaussures « à bascules » Méphisto d’Elena A., achetées en solde en Bretagne tout comme celles de l’auteur (voir en photo suivante), ont sans doute fait impression. À moins que ça ne soit Elena A. en personne qui, avec ses rayures « à la normande » entre autres subterfuges style-genre attrape-couillons, ait pu en laisser plus d’un dans l’expectative…

201606_Fete_musique_05La classe michèlémienne dans toute sa splendeur : les pompes de Michel M. (Méphisto toujours, et en solde à Vannes car la boutique fermait) n’y sont pas pour rien, soit dit en passant.

Et maintenant, voici la quintessence de cette sortie parisienne par le biais d’une vidéo d’une durée d’une minute et trente secondes, qui en dit bien plus que ce billet (selon un principe qui veut qu’un son et lumière soit plus moderne et « explicite » qu’une longue narration, n’est-ce pas ?).

À bientôt là-dedans !

* Ne JAMAIS oublier qu’en 2008, le même Manuel V. déclarait sa flamme pour la Palestine :
« Selon que vous serez puissant ou misérable,  Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Un saut dans le golfe du Morbihan pour Elena A. & Michel M. 1/3

20606_Morbihan00Avant midi, il n’est guère conseillé d’aborder Elena A.

Le train quittant le quai de la gare Montparnasse à 10h et des poussières de temps, le réveil fut tôtif pour les deux voyageurs du Grand Ouest. Il faut savoir, des fois que les quelques rarissimes lecteurs du bouge qui sont faits de chair et de sang (à l’inverse des (ro)bots qui thésaurisent à tout va le net pour d’obscures raisons) la rencontrent, qu’Elena A. n’est pas abordable avant midi. En effet, le risque est grand pour tout audacieux qui tenterait de l’aborder, de se trouver devant un mur de silence tant la belle ne fonctionne qu’au radar (éteint). De là à se dire ensuite « Quelle fieffée bêcheuse, celle-là ! » il n’y aurait dès lors qu’un pas. Il serait bien dommage de garder une aussi fausse impression de la brune mie de l’auteur, tant icelle ne fait pas dans ce registre, pardi !

Après un voyage en train à grande vitesse (TGV en acronymisme) de trois heures, c’est à Vannes centre qu’ils débarquent…

20606_Morbihan01

201606_Morbihan04…se retrouvant rapidement dans un quartier médiéval,
comme en possèdent bon nombre de villes françaises.

201606_Morbihan04bUne visite de l’église catholique Notre Dame de Lourdes s’imposait. Non pas que l’église réformée ou que l’église protestante évangélique ne soit pas à rencontrer : c’est juste que celle-ci était la plus proche, et qu’ils n’allaient pas tous deux passer leur temps à s’enfermer dans des lieux bénis (oui-oui on non, Ah ! Ah ! Ah!).

201606_Morbihan04cLe quartier du port.

20606_Morbihan05Elena A. est une femme généreuse (II.B.), et ce n’est certainement pas Michel M. qui s’en plaint !

20606_Morbihan07Le jardin des rempart de la ville : une flèche qui indique peut-être le sens de la vie, mmhm ?

201606_Morbihan07bOn comprendrait aisément pourquoi ce M. Émillion est parti de la Bretagne pour le Libournais, tout du moins en ce qui concerne le climat. Mais cela n’a rien à voir :
« Au VIIIe siècle, un moine breton natif de Vannes nommé Émilian choisit comme lieu de retraite Ascumbas (ancien nom du site de Saint-Émilion). Cet homme de cœur quitta sa famille et sa Bretagne natale pour entrer dans les ordres. Il fut d’abord victime des pires injustices auxquelles il répondit toujours par la plus grande bonté.

Économe au prieuré de Saujon, en Saintonge, comblé de louanges et de respect en raison de sa grande vertu, Émilian finit par se retirer, loin de tous, dans la forêt des Combes qui recouvrait jadis l’actuel site de Saint-Émilion. » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-%C3%89milion).

201606_Morbihan08

201606_Morbihan08bLavoir (fermé) sur Marle et sa population alentours.

201606_Morbihan09Après avoir longé la rivière (la Marle, donc) qui part du petit port de Vannes pour se jeter dans le golfe du Morbihan, Elena A. et Michel M. se posent dans un pré essentiellement fréquenté par des hordes de lapins qui ne sont pas effarouchés plus que cela par la présence de chiens qui accompagnent leur maitre : rendez-vous est pris à proximité avec François B., leur hôte pour ces trois petites journées en Bretagne.

201606_Morbihan09

201606_Morbihan10Se devine sur ce cliché le début du golfe ainsi que les travaux d’un tunnel…

201606_Morbihan11… dont la mise en circulation a pris un certain retard.

201606_Morbihan13En traversant le pont qui est parallèle au tunnel…

201606_Morbihan12…vue plongeante sur cette langue d’eau par laquelle peuvent s’échapper du port les quelques voiliers et autres coquilles de noix qui y mouillent.

Bien entendu, si ces deux-là ont quitté le près sur lequel il se sont reposés durant une petite heure sous un timidissime soleil, c’est que…

201606_Morbihan14… François B. est arrivé : son attitude de franche camaraderie ne l’empêche pas de jeter un œil sur le téléphotophone de son ami de trente ans, petit voyeur va !

Plus aucun cliché n’ayant été pris ce soir-là, Michel M. clôt cette narration sans plus de façon. Qu’importe, les spectateurs en auront eu pour leur argent, et ils en auront encore lorsque que l’auteur se remettra à l’ouvrage.

Youpi et à bientôt !

201606_Morbihan14b

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les cinquante-six balais d’un Michel M. en famille et en narration circonstanciée

201606_56Mima_4L’hôte et sa compagne, sous le regard étain d’un Génie du travail et entourés par quelques objets plus ou moins touristiques, récupérés lors des différents périples effectués par eux-mêmes, ou d’autres. Par exemple, le petit ouzbek ventru au pied du Génie a été offert par la tante d’Elena A., qui demeure en Ouzbékistan, pays de naissance de la belle brune.

201606_56Mima_0Gala A., belle-mère d’Elena A. Origine d’Omsk en Russie du Nord.

201606_OmskPour la petit histoire, le nom de cette ville est constitué d’un anagramme qui signifie « L’endroit éloigné des bagnards exilés », rapport aux prisonniers politiques et autres mauvaises personnes qui étaient envoyés dans des prisons de plein air du temps des Tsars (devenus Goulags sous l’ère soviétique).

201606_56Mima_1Alors qu’un obscur match de football de l’Euros est diffusé à la téloche, rencontre sportive dont les noms des pays protagonistes échappent à l’auteur alors qu’il écrit cela (sont-ce les prémisses du surdosage à venir ou bien une sénilité précoce chez Michel M. ?), des moments d’intenses discussions ont toutefois lieu : à regarder ces deux visages au sérieux affirmé, le spectateur ne peut que se dire que « Chez Michel M., ça ne rigole vraiment pas tout le temps ! ». Et pourtant, pourtant…

201606_56Mima_2« C’est sympa, le Saint-Pourçain… »

Kévin M. a offert à son géniteur pour son anniversaire un cadeau « empoisonné » d’un genre particulièrement original…

201606_anniv5…mais avec une bouteille de vin de Bourgogne (cépage Pinot noir) « coincé » dans le casse-tête, une erreur de distribution (« casting » en étranger) en l’occurrence comme le précisera ultérieurement l’auteur, Michel M. acheta trois autres boutanches issues de cépages bourguignons : un Bordeaux aurait à coup sûr doute flanqué par-terre le raffinement qui est le propres des cépages bourguignons, ces vins de Bourgogne que les Russe n’apprécient pas d’une manière générale, tant ils sont habitués aux purges espagnoles ou bien aux riches vins géorgiens (mais sans tanin !). C’est ainsi que lorsqu’ils ont la chance de rencontrer des vins de Bordeaux, ils se régalent gouleyamment, puisque un bon vin se doit d’être fort en tanin ainsi que puissamment boisé (du vin « parkerisé », en court).

Pour en revenir à l’affaire du casse-tête kévinien, le problème de la bouteille de vin de Bourgogne, c’est qu’elle est moins haute que cette de Bordeaux ! Aussi, après y avoir passé un temps plutôt long…

201606_56Mima_5… au point qu’Oleg A. parvint à se faire oublier par la petite communauté , il réapparut soudain avec un casse-tête certes démonté, mais pas comme il aurait du l’être, pardi ! Car rien n’avait été dénoué du tire-bouchon, de la corde et de la serrure de l’ensemble.

201606_56Mima_6Gala caresse le front de son mari alors qu’il planche assidument sur son casse-tête.

À la décharge de l’ancien maître de chaire en physique des métaux (!), son ciboulot n’est plus aussi vif qu’auparavant comme le fit-il remarquer : à quatre-vingt trois ans, il n’est en effet pas exclu que l’on puisse avoir quelques faiblesses intellectuelles…

201606_56Mima_3Des quatre vins de Bourgogne présentés par Michel M., deux furent éclusés et un troisième à peine entamé. Bin oui hein, les Russes ne sont pas tous des pochetrons, comme l’occidentale russophobie ambiante aime à le dire, une image d’Épinal d’une grande stupidité, comme bien souvent dans toute généralisation….

Comme l’a démontré cette petite galerie de portraits, l’existentiellisme michèlémien poursuit son cheminement, dans un quotidien plus que jamais sous le signe de la sérénité et du tranquillisme.

À bientôt !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Ce temps qui s’écoule : cinquante six balais pour Michel M., mine de rien…

Nuit des musées 2016
Elena A. et Michel M. y étaient, donc (car précédemment annoncé). À Issy-les-Moulineaux se trouve le Musée de la carte à jouer. Moderne (mais de la part de cette ville, il n’y a rien de bien étonnant à cela) et possédant une collection de cartes hallucinante (il faut bien donner l’envie aux putatifs véritables lecteurs de s’y rendre pardi !), la visite fut couronnés de succès pour ls deux visiteurs. Ce film en témoigne.

La crue de la Seine
Elena A y était le 3 juin 2016. Arrivée au pont Alexandre III, icelle prit le temps de prendre ces quelques clichés, ainsi qu’un petit film.

Inutile d’en tartiner des mille et des cents, les médias s’étant très certainement appropriés cet évènement pour donner un bref mais bon coup d’arrêt à l’hémorragie de leur lectorat. Une chute qui ne cesse de se poursuivre, et cela pour cause d’un asservissement tellement affirmé vis à vis de la doctrines anti-russe, « occidentalement » organisée par les États-unis d’Amérique. S’ils pouvaient en crever de cette servilité, cela ferait chaud à son âme à Michel M., sacré nom de celui qui n’existe pas !

Anniversaire michèlémien

201606_anniv1Le 7 juin 2016, Elena A. et Michel M. fêtèrent l’anniversaire du second en se faisant une petite balade du côté de Montmartre. Traversant la place du Tertre sans s’y arrêter, car piège à touristes avéré, c’est dans une des rues annexes et bien moins fréquentées de la Butte qu’ils s’installèrent dans ce restaurant dans lequel la brune mie de l’auteur se souvenait être aller diner, en compagnie de son fils Arthur A. et d’un ami avocat d’alors.

201606_anniv2Bien entendu, ils auraient pu se sustenter dans cet établissement, Le Moulin de la Galette de la rue Lepic… Mais les rupineries du début de leur relation (et qui auront duré cinq années tout de même, qui dit mieux pour deux « sans-dents » lambda ?) se sont calmées. Les quelques ronds que Michel M. a pu garder de la vente de sa maison du Val d’Oise sont mis de côté et « bloqués », et la somme qu’il a empruntée (pour ne pas taper dans ce petit matelas) est quasiment consommée. Le voyage en Russie occidentale (Moscou puis Crimée) de cet été est probablement leur dernier grand périple avant un moment…
Seulement, comme le futur n’existe pas, il ne faut jamais dire ou écrire « jamais », c’est bien connu.

TMF des mois d’avril et de mai

Stats201604Après un décevant 219,45 visites uniques par jour en mars, le rebond était déjà sympatoche  le mois suivant, avec un joli 242,70 en avril c’est bel et bien en mai 2016 qu’un sacré pic est atteint (avec un sommet himalayesque de 1 437 visites le 5 mai !), suite à une ribambelle de TQC (Taux quotidien de connexion) tous plus ahurissants les uns que les autres, comme en témoigne ce TMF :

Stats201605Parfaitement : 394,19 visiteurs par jour, c’est le plus haut TMF de tous les temps, ni plus, ni moinsss. Une véritable pulvérisation de tout record si durement gagné jusque là.

En fait, il y a eu six jours de folie, entre le dimanche 8 et le vendredi 13 (!), que rien, absolument rien ne peut expliquer, en dehors des ineffables bots thésauriseurs ainsi que les mystères d’internet. Mystères qui sont pour le moins aussi impénétrables que ceux d’une entité considérée comme supérieure, et selon laquelle tout, absolument tout, est possible (cela s’appelle même  » Miracle « ).

En susss, suite à cette folie pure du vendredi 13, la chute n’a même pas été si « terrible » que cela, puisque les trois cent visites par jour ont régulièrement été dépassées. Mais que les pisses-vinaigres se rassurent, celle folie s’est enfuie, le blog devrait retrouver de périclits TMF dès le mois de juin.

Quoi qu’il en soit, c’est à suivre ici-même !

Bonus 201606_anniv3Un montage (automatique car réalisé par le bais d’un logiciel Androïd) d’Elena A. qui exprime ainsi l’amour absolu qu’elle porte à l’endroit de son homme Michel M., expression pictural du Sentiment ultime qui la meut (mais qui ne laisse pas non plus indifférent l’auteur, ce dont il ne s’est jamais caché soit dit en passant).

Accessoirement, ce soir débute la compétition européenne de football : Michel M. en fêtera son entame en compagnie de Kévin M. Et c’est très bientôt.

Et, justement :  « À bientôt » là-dedans.

Et, toujours…

201606_anniv4

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

En attendant cet avenir qui point ne se radine, voici un zeste d’art

Lors de la visite de l’exposition Viktor Mikhailov de Châtillon…

201605_Viktor_Mikhailov00… Elena A. et Michel M. se sont comme de bien entendu laissés aller à prendre quelques clichés des œuvres exposées, du lieux exposant et d’eux-mêmes.

Présentement, et sans que cela n’indique quelque égocentrisme que ce soit, l’auteur affiche ci-dessous l’un d’iceux (les clichés), toujours dans la veine artistique de la sortie que ces deux-là faisaient alors à la Maison des Arts de la ville de Châtillon. Un cliché qui, par le plus grand des hasards, salue le travail réalisé par un autre artiste (grâce à cette extraordinaire incrustation réalisée de main de maître par Michel M.). Certes, Gilbert T. est moins connu que le premier mais, en l’occurrence, il est bien plus proche de Michel M. que ne le sera jamais cet illustre Viktor M., pardi !

201605_Viktor_Mikhailov01Un Gilbert T. que l’auteur loge toujours dans son bureau, le temps que la retraite du premier finisse par l’imbiber totalement, au point qu’il s’effacera de la vie de Michel M. (avant de disparaitre tout court comme nous tous, AH ! AH ! AH !). À l’instar d’un AGM dont la présence a fini par se diluer dans le fil du temps et qui, lors de la dernière visite qu’il rendit à l’auteur, ne cessa de lui répéter à quel point il le remerciait « pour tout ce qu’il avait fait pour lui ». Ce qui ne laissa évidemment pas indifférent Michel M., qui entendit dans ces propos un adieu certes un tantinet solennel, mais qui signent probablement la dernière fois que l’un et l’autre se seront rencontrés.

Un Gilbert T., donc, qui croqua l’auteur en 2012 à partir d’un lot de portraits de lui-même que Michel M. lui avait fourni à ce dessein. Jusqu’à ce jour, Elena A. n’avait jamais trouvé ressemblant ce croquis représentant l’homme de sa vie. À sa décharge, son compagnon ne prend que très rarement cette pose, icelle signifiant qu’il est soit en plein réflexionisme michèlémien, soit qu’il s’ennuie profondément. Toujours est-il que grâce à ce cliché, la brune mie à vie de l’auteur se trouve confrontée à l’évidence : ce que Gilbert T. avait en effet souligné dans son crobard n’était autre que la faculté que possède Michel M. à s’enfoncer dans les méandres spirituels de sa si féconde pensée, cela au détriment de son entourage, puisque alors il devient inaccessible pour tous.

Pour le reste, l’exposition est à indubitablement à voir (elle est gratuite, pour commencer), surtout pour les personnes que l’esprit dadaïste ne répugne pas.

201605_Viktor_Mikhailov02 201605_Viktor_Mikhailov03201605_Viktor_Mikhailov04201605_Viktor_Mikhailov05Ça fait envie, n’est-ce pas ? En outre, en sachant que les tarifs s’échelonnent de 200 à 2400 €, les moins sans-dents parmi les putatifs lecteurs du blog peuvent se faire un cadeau très original (ainsi qu’à Michel M. éventuellement, dont l’anniversaire se fête le 7 juin).

201605_Viktor_Mikhailov6À bientôt la compagnie !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF