Vœux & résolutions

1er janvier 2017 à Fontenay-aux-Roses L’hiver en Il-de-France, c’est 48 heures de brouillard givrant
à -2°. En simultané et à Moscou, l’hiver c’est de +0,6° le 1er janvier à -25,8° le 6.

En ce tout début d’année, rien de tel que des résolutions pour (ré)initier l’énergie précédemment instiguée à force de pertinence michèlémiste.

Que les lecteurs de ce blog (quelque peu laissés et laissé à l’abandon depuis un mois et un tiers, certes mais, ce jour, Michel M. a décidé de garder ce blog sous le coude alors qu’il avait envisagé de le faire mourir : de fait le pérennise-t-il pour l’année neuve au minimum) apprennent donc que, selon un glissement naturel de la maturité (présumé par l’auteur comme explication du phénomène), lui sont venues en fin d’année de drôles d’idées qui sont au nombre de trois.

Par et pour des raisons diverses qui leur sont propres, ces réflexions-idées consistaient en trois démarches qui auraient indubitablement mis en phase Michel M. avec la société humaine qui prévaut en cette époque. Lui sont donc en effet venues à l’esprit, et ceci à trois reprises et dans le désordre, les prémices d’un début d’idée d’avoir l’envie de :
– s’ « enloger » (pas de loge précisée tant le secret est-il o-bli-ga-toi-re chez ces gens-là)
– s’inscrire à un parti politique (l’UPR de François Asselineau)
– se syndiquer (à FO pour des raisons bassement matérialistes puisque « carriéristes »).

Hé bien non.
S’ « enloger », c’est souscrire à un égrégore qui n’est vraiment pas « de son âge » ni (et même surtout) sa tasse de thé. Notamment dans ce que Michel M. considère comme rédhibitoire, car franchement infantile, et qui se traduit par ces mille et uns rituels auxquels souscrivent avec moult sérieux ces hommes de la franc-maçonnerie (et Michel M. sait de quoi il cause puisqu’il est en relation régulière avec l’un des  » hauts représentants  » de cette confrérie, un auguste qui ne se prive pas de lui causer de « toussa », en totale dissidence avec ses frères qui, comme l’Histoire en a témoigné à plusieurs reprises, cultivent le secret comme d’autres les mensonges)
S’inscrire à un parti politique, c’est perdre son libre arbitre au profit d’un « chef » dont les buts sont rarement désintéressés, ni uniquement destinés au bien être de ses soutiens. Depuis la fin des années 60, il faut être foutrement crétin pour ne pas avoir perçu le changement qui s’est opéré dans le personnel politique : là où il avait des gars prêts à perdre leur renommée (leur vie ?!!) par conviction, on ne rencontre plus que des poseurs asservis et qui font le job pour un autre.
Se syndiquer pour une raison purement égoïste, c’est profiter sans participer (anti fraternité). Pire : c’est même en l’occurrence se « parjurer » pour l’auteur puisque, et cela de tous temps, Michel M. a systématiquement critiqué les syndicats pour ce rôle qui leur est imparti par « le système » (que les lecteurs s’accrochent en cliquant sur ce lien) qui est de canaliser les ras-le-bols à répétition des « travailleurs » tout en préservant les gouvernements qui les subventionnent (les syndicats). À l’instar de la presse officielle et subventionnée (« MSM* » en étranger) jusqu’à son apothéose négationniste, rencontrée lors de la narration ô combien nauséabonde qu’elle fit de la guerre de Syrie. Ce qui lui vaut aujourd’hui une désaffection certaine.

Quelque exemples tout récents :
Médiapart
BFM
Libération
France-inter
Le Monde
etc.

Or, et comme précisé depuis quatre année et demi dans la rubrique de présentation du blog (« Civilité« ), Michel M. « Ne fait partie d’aucune chapelle, confrérie, association, ni d’aucun syndicat, parti, complot etc. : l’expression «Libre penseur» est apparemment adéquate. » Aussi et plus que jamais, en 2017 Michel M. restera cet homme libre et remarquable dont l’univers tout entier dans son ensemble interstellaire loue la probité.
* MSM : « Mainstream »

_________________________________________________________________________

Après les résolutions, c’est au tour des voeux de Michel M. d’être présentés pour ses lecteurs, pour son existentielle vie ainsi que pour le monde, tout simplement !

Quoi d’autre ? (« What else ? » en étranger)

Mich Elm souhaite à tous (même à ceux qui n’ont jamais entendu causer de son existence) une année 2017 des plus pertinentes, de celle à même de leur ouvrir leur conscience, sérieusement endormie par plus de 70 années de propagande.
_________________________________________________________________________

Pour le reste…
Pascal P. dans les cordes : c’est pour mieux rebondir en 2017, bien sûr !
La cafét’ est chamboulée comme en témoigne la photo ci-dessus. Mais la bande de la cafétéria s’adaptera. Comme elle le fera itou ultérieurement suite aux départs annoncés de certains de ses piliers… Michel M. y reviendra sans doute en temps et en heure.

En conclusion, et si le terme peut être en adéquation avec le cliché ci-dessous, Michel M. est plus que jamais serein quant à la suite de son existentielle vie.

La chambre des mille et une maturations de l’auteur.

Et malin celui qui prétendra le contraire, pardi ! Quoi qu’il en soit et ce qui est le plus important,  il découle de ce qui précède que ce blog ne mourra pas de sitôt, c’est dit.
A contrario de celui des SAR (Sectis Adorem Rectum) dont Michel M. ne prorogera pas l’abonnement. Aussi, dans le courant de l’été 2017 l’aventure sarique disparaitra définitivement des quelques radars toujours en fonction qui la localisaient encore.

Bonne année à tous, bots y compris.

Michel M.

PDF24    Envoyer l'article en PDF