Semaine blanche et bleue pour Kévin et Michel M., bleue et bleue pour LNA A.

Samedi 25 mars
Un père et son fils au départ pour Les Karellis, une station de ski de la vallée de la Maurienne.
Une semaine « entre couilles », pendant que LNA A. file de son côté à Nice avec sa bicyclette, afin de faire (éventuellement) les repérages d’un coin dans lequel elle et son homme pourront poser leur existence, quand ils n’auront plus besoin de travailler pour vivre. Sous cette phrase quelque peu sybilline se cache un projet d’acquisition d’une petite bicoque, mais l’auteur en causera plus au fur et à mesure de l’avancée dudit projet.

C’est donc une semaine palpitante qui s’ouvre sur le blog de Michel M. et c’est youpi !

Les 2M. dans leur TGV Paris – Saint-Jean de Maurienne.
Le vélo de la brune mie de Mich Elm se trouve dans cette housse-maison avec laquelle LNA A. va pouvoir prendre le TGV. Pour être autorisé à prendre le train avec son vélo, il faut impérativement démonter sa roue avant.
LNA A. recluse dans son recoin du wagon pour cause de bicyclette.
 Vue de la chambre : la terre est un tantinet pelée, ce qui n’est guère encourageant pour les activités prévues…
Qu’à cela ne tienne : les rituels, c’est du sérieux : ils passeront toujours avant l’amusement !
 Dimanche 26 mars
Le jour et la nuit entre la vue de la veille et celle qui s’offre en ce dimanche matin : l’étoile michélémienne a encore fait des siennes car là, c’est véritablement un cadeau que la vie fait aux deux M., et le bulletin météo sis en fin de billet le confirme !
Il est tombé environ 15 centimètres de poudreuse dans la nuit, de quoi embellir le paysage qui, jusque là, faisait un peu penser à une terre perdue, à un « no man’s land » guerre engageant.
Quelques nuées restent accrochées au cimes, mais ceux qui fréquentent la montagne savent qu’icelles finissent immanquablement par se fondre dans l’immensité azuréenne en cours de matinée.
Un aperçu de l’une des pistes du domaine skiable des Karellis : Les Copies, piste verte et à n’emprunter que ce jour, puisque dès demain, la boue devrait y pointer le bout de son nez, puisqu’il s’agit d’une piste de moyenne altitude, ensoleillée et assez plates (d’où sa couleur verte, oui parfaitement). Nonobstant, la vue est féérique.
Cerise sur le gâteau :
C’est pas beau ça, hein ?
Ce matin, se fut ski, cet après-midi, c’est repos : il ne faut pas avoir les yeux plus gros que les jambes quand on fait du ski…
À suivre.
PDF24    Envoyer l'article en PDF