Adieux, les Karellis !

Ça manque de prises électriques sur les quais de gare, merdalors ! Ce qui est bien fâcheux quand on doit attendre plus d’une heure son train ! Qui en mettra deux et demi pour atteindre Lyon. Puis, après une autre heure d’attente, un TGV qui fera arriver les 2M. à 18h08 ! Une durée équivalent à + ou – celle d’un trajet en automobile, quoi…

En attendant le TER (et la pluie), Michel M. prend quelques ultimes photographies d’un endroit qu’il n’est a priori pas près de fréquenter à nouveau…

À bientôt.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Retour sur les conditions de ski rencontrées par les 2M.

De la neige style-genre Peau de Chagrin (http://www.expressio.fr/…/se-reduire-comme-une-peau-de-chag…) !

Les 2M ont eu une chance (presque) incroyable, avec l’arrivée de cette dépression sans lendemain qui étendit un blanc manteau sur les pistes jusqu’alors rendues aux limites du praticable, dans la nuit de samedi à dimanche. L’étoile micheléenne dans ses œuvres, quoi…

Mais c’est désormais le retour : avec cette fameuse étoile, ils éviteront peut-être la pluie qui se radine, mais qui ne devrait toutefois pas refaire le coup du blanc manteau, tant pis pour les réels vacanciers qui, eux aussi, rappliquent à compter de ce samedi.

Un ultime regard sur les crêtes des versants Sud (cliché pris la veille) qui se dressent en face à la station, puis c’est le départ en bus jusqu’à Saint-Jean de Maurienne. Le trajet durera près de 8 heures, équivalent celui qu’ils auraient fait en automobile, et qui est dû à une mauvaise organisation entre les prestataires car / train.

À bientôt.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Quid de LNA A. ?

Quid de LNA A. ?

Hé bien… Son homme est allé faire un tour sur sa page FB et a dégotté cette petite vidéo :

Tout allait visiblement bien alors, c’est à dire le 28 mars…

Puis, deux jours plus tard, elle a publié cette photo sur son compte Google :La belle a visiblement présumé de la résistance de son épiderme face au soleil de printemps du Sud de la France.

Le texte incrusté dit, en gros, qu’elle fait peur aux gens, mais que ses bras, ses joues et son nez sont rouge-fraises, sous-entendu suite à un excès d’exposition sans protection (!) contre les dardant rayons solaires, évidemment. Ah ! Ces personnes qui se croient plus fortes que la nature, hein, tss tsss…

En tout cas, Michel M. qui pensait depuis le début de leur rencontre que sa brune mie était une dure à cuire, voilà que cette légende s’effondre !

PDF24    Envoyer l'article en PDF