Grand moment d’intellectualisme comme seuls les SAR savent les perpétrer

Dans le cadre des aventures des binoclards…

Michel M. présente : « Le Pot de Marc V. ».

Arrosé par un excellentissime rhum du Père Labat qui titrait un bon petit 59°et dont une bouteille d’un litre et 2/3 de la seconde ont été sifflés par plus ou moins ces gars-là, plus quelques satellites qui ont préféré s’exfiltrer avant que d’être totalement abasourdis par leurs sangs bouillonnants, c’est sur le coup de 14h 30 que les plus durs à cuire (ce qui est le cas de le dire) parmi les Binoclards se retrouvèrent pour le dernier café avant fermeture du bouge.

Aussi, puisqu’il a tiré de ce moment puissamment testostéroné une vidéo, plutôt que d’en tartiner des tonnes comme Michel M. sait si bien le faire, et comme en témoigne ce blog en pleine renaissance, ces quelques clichés volés feront-ils foi qu’en ce lieu et qu’à cette heure, c’était bel et bien une franche camaraderie qui régnait là.

Contrairement ce que laisse accroire cette image (ainsi que la vidéo sise en fin de billet), Nicolas P. (petit joueur en l’occurrence mais il le payera en mars prochain) fit partie des satellites susnommés qui s’exfiltrèrent à l’anglaise afin de ne pas risquer une apoplexie libationnelle (et non libidineuse, mais ce sujet est une tout autre histoire comme le laisse supposer le précédent billet).

Tout en filmant, Michel M. prenait de-ci, de-là, quelques clichés qu’il se savait pouvoir insérer dans le présent billet…

Arrivées consécutives de Gilbert T. et d’Alain C., le senseï de Michel M. (les plus mordus de la prose imprégnée du style coruscant (selon le grand érudit autant que soporifique Gilbert T., dit Tonton Gigi pour les intimes) de l’auteur trouveront une séance de gym filmée dans sa totalité (si, si !) quelque part dans ce blog), seulement le bar avait alors fermé, et la bande s’éparpilla juste après.

Bon sang ! Coup sur coup deux billets faisant l’étalage d’états répétés d’ébriété chez ces gars-là ? Si ce n’est pas un complot, ça y ressemble salement, saperlipopette de sacrebleu ! Michel M. doit faire très attention : il est probablement sous surveillance…

Quoi qu’il en soit, place au remarquable court-métrage réalisé par Michel M. qui expose toute la substantifique quintessence du sarisme 2.0 qui, il faut bien le reconnaitre toutefois, ressemble comme deux goûtes de rhum heu d’eau, pardon, à ce que les Sectis adorem rectum avaient coutume de pratiquer à l’époque de leur splendeur, soit de mars 2007 à août 2012, année de naissance puis de mort du sarisme première mouture, dont seule reste la chaine youtube qui y était associée pour en attester, l’abonnement au blog de la société discrète Sectis adorem rectum (au sarisme) similaire à icelui n’ayant pas été reconduit par l’auteur l’année dernière.

Bon visionnage et à bientôt.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF